Message du culte du 11 novembre 2018 - « En ce temps là… » - Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux
Accueil Messages du Culte Message du culte du 11 novembre 2018 - « En ce temps là… »
 
Message du culte du 11 novembre 2018 - « En ce temps là… » PDF Print E-mail
Messages du Culte

Dan.12. 1 à 3 / Marc 13. 24 à 32 / Héb. 10. 11 à 14

« En ce temps là… »

L

e temps passe, et nous aussi. Depuis des siècles, Dieu parle aux hommes et attire leur attention sur cet aspect temporel de la vie humaine. Quelques textes des Ecritures Saintes lèvent un coin du voile sur les événements de la fin et sur le nouveau monde à venir. Ils nous appellent à la conversion, à nous préparer à « l’après » de cette vie. Malheureusement, depuis toujours, beaucoup font la sourde oreille, à l’image des responsables du Titanic. Malgré la réalité de la mort, le monde suit sa course, comme si de rien n’était. Les prévisionnistes font de savants calculs, des projections pour 2030, 2050… Quelques réalistes tirent des sonnettes d’alarmes pour la sauvegarde de la planète. On parle de plus en plus de transition énergétique. Et c’est bien ! Cela fait partie du « mandat créationnel » que Dieu a confié à l’homme : prendre soin de la création. Mais est-ce suffisant ? Cela nous dispense-t-il de porter nos regards un peu plus loin ? Non pas vers 2050, ni vers 3000, voire plus, mais vers « après » ! Vers « ce jour » de l’évangile, dont nul ne connait la date si ce n’est Dieu le Père seul, et vers cet « après » de Dieu. Portons nos regards quelques instants vers ces événements à venir, et ouvrons nos cœurs au message que le Seigneur nous adresse à travers ces paroles.

1°) « En ce temps là… »

C’est un ange qui révèle à Daniel tout un pan de l’histoire du monde vers 539 av JC (Dan. 10 à 12). Il le fait avec une précision telle que beaucoup de chercheurs et de théologiens ont de la peine à croire que cela ait pu être révélé avant que ces événements aient lieu. Et pourtant, Dieu connait toute chose, il révèle ce qu’il veut à qui il veut et quant il le veut ! Dieu conduit, dirige l’histoire du monde. C’est lui qui élève, qui abaisse, qui permet telle ou telle chose, avec une logique qui n’est pas la nôtre et qui nous dépasse. C’est ainsi qu’il révèlera à Daniel toute la succession des grands empires qui précéderont la naissance de Jésus. Dans les évangiles, Jésus nous révèle aussi plusieurs événements concernant la fin des temps. Il le fait avec plus de précision encore. Il évoque même des cataclysmes, des guerres, et pour finir les dérèglements cosmiques qui précéderont la fin. En prenant soin de ne pas donner la date de ce jour, que nul ne connait et ne peut connaître. Mais c’est un fait, il n’y a aucun doute, ce jour viendra ! Il viendra comme le jour de notre fin. Et l’on serait tenté de dire qu’il n’y a rien à faire, puisqu’on ne peut pas changer les choses. Il n’y a qu’à attendre sans plus, disent la plupart de nos contemporains. « Wait and see » ! Mais n’est-ce pas là une posture irresponsable ? Les textes bibliques nous donnent assez d’éléments pour que nous agissions autrement. Pour que nous fassions partie de ces « gens réfléchis qui resplendiront », comme le dit l’ange à Daniel, et non de ceux qui se réveilleront…trop tard !

2°) « Quiconque se trouvera inscrit dans le livre… »

L’apocalypse de Daniel comme l’apocalypse de Jean, nous parlent de ce livre mystérieux. Jésus y fait référence aussi lorsqu’il disait à ses disciples émerveillés par les miracles : «Ne vous réjouissez pas que les esprits mauvais vous sont soumis, mais réjouissez-vous que vos noms sont écrits dans les cieux ! » (Luc 10. 20). Face à la réalité de la fin, comme celle de notre fin, la Parole de Dieu nous invite à la sagesse. Sagesse d’assurer notre éternité. Sagesse d’assurer cet « après » de la vie humaine. De s’assurer que nos noms soient bien inscrits dans ce livre de vie. Puisque l’Apocalypse de Jean n’hésite pas à dire que : « Quiconque ne fut pas trouvé inscrit dans le livre de vie fut précipité dans l’étang de feu » (Apoc. 20. 15).

Ces textes nous questionnent : nos noms sont-ils inscrits dans ce livre ? Jésus a dit : « La volonté de mon Père, c’est que quiconque voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour » (Jean 6. 40). Jésus a tout accompli à la croix pour que chacun puisse par la repentance et la foi, recevoir le pardon et la vie éternelle. Il a tout accompli pour que ton nom puisse être inscrit dans le livre de vie. Il te suffit de croire et d’accueillir le Christ dans ta vie, afin qu’il inscrive ton nom dans le livre. Son sacrifice est unique, nous dit l’épître aux Hébreux, et suffisant pour tous. Que nul ne se prive de cette grâce. Si tu ne l’as pas encore accepté, fait-le aujourd’hui. Assure ton « après », cet « après » de Dieu, cet « après » avec Dieu ! Quant à nous qui avons déjà cette assurance, rendons grâce à Dieu et vivons pleinement cette espérance. Au sein même de nos difficultés et de nos épreuves, que cette espérance ne nous quitte jamais. Soyons en les témoins. Prions, partageons, proclamons cette bonne nouvelle afin que nul ne soit privé de l’éternité, du royaume de Dieu. « Veillez et priez… » dit Jésus.

3°) « Les gens réfléchis resplendiront… à tout jamais »

Qui sont-ils ces « réfléchis… ces intelligents… ? ». L’ange le dit à Daniel, ce sont : « Ceux qui auront enseignés la justice à la multitude… ». Ceux-là brilleront comme des étoiles à tout jamais. L’ange révèle à Daniel que dans «Â l’après » de Dieu, il n’y a plus de temps… Il y a un : « à tout jamais ». Une existence sans fin, où la vie n’est plus tributaire du temps, où l’espace- temps a cessé d’exister. Certes, cela nous dépasse et n’est pas saisissable par notre cerveau limité par le péché. Notre intelligence, celle de nos plus grands savants, scientifiques et penseurs buttent et butteront toujours sur cette question. Peut-on concevoir une vie, une existence hors du temps ? Mais c’est pourtant ce que l’Evangile affirme. Et l’Apocalypse de Jean, nous en décrit quelques aspects, à travers des pensées, des visions certes, mystérieuses, mais bien réelles. C’est une existence où la mort n’est plus, puisque le mal, qui en est la cause, n’est plus. Et son absence ouvre la vie à un monde tout autre et brise le cadre de nos limites. Son absence rend obsolète toute sensation de mal-être, de fatigue, de déception, de crainte, de souffrance. Comme aussi d’orgueil, de rivalité, de convoitise, de jalousie, de conflit entre les êtres. Et c’est ainsi que nous devrions commencer à vivre. Si nous voulons être témoins de ce monde à venir. Et donner envie à tous ceux qui ont faim et soif de justice, d’amour, de vérité, de paix…

Conclusion : « En ce temps là… »

Certains se réveilleront et resplendiront à tout jamais, d’autres se réveilleront, mais trop tard, pour la honte éternelle.

Certains pensent que ceci est écrit pour faire peur ; que tout ceci a été inventé pour aliéner les hommes, les maintenir dans la soumission à Dieu…

Mais, ceci a été écrit pour notre instruction, afin que nous vivions notre vie avec Sagesse, dans la foi en Jésus, avec l’assurance et l’espérance de cet « après » avec Dieu pour toujours. Dans la joie de la venue de ce jour. Et que nous soyons des témoins, des « veilleurs et des prieurs ».

Pasteur Joël Mikaélian 18/11/18


 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux