Accueil Aller plus loin... En une seule heure, tant de richesses ont été détruites !
En une seule heure, tant de richesses ont été détruites ! PDF Imprimer Envoyer
Aller plus loin...

« En une seule heure, tant de richesses ont été détruites ! »

(Apoc. 18. 16)


Il fut un temps où de telles paroles paraissaient étonnantes, voire irréalistes. Comment un système économique en place depuis des décennies aurait-il pu détruire tant de richesses en une seule heure ? Nous vivons des temps, où ces paroles ont pris corps dans l’actualité de notre monde, montrant, une fois de plus, la pertinence du message de la Bible. En effet, il semble bien que ce soit une crise financière mondiale que décrit l’Apocalypse de Jean au chapitre 18, aux versets 9 à 19 ! Certes, le texte ne nous permet pas d’inscrire avec précision cet événement dans le temps et l’espace. Nous nous garderons ici de faire un raccourci facile et rapide entre ce texte et notre actualité. Bien de choses restent voilées et cachées dans ce livre. Ce qui ne l’empêche pas de nous interroger quant au message que Dieu nous adresse à travers lui.  

L’année 2008 restera marquée dans les mémoires comme une année de crise. Nul ne peut à ce jour évaluer les conséquences de la crise financière mondiale que nous sommes en train de traverser. Plusieurs déjà ont perdu leur toit, d’autres leur emploi, d’autres encore leurs économies à cause de quelques financiers corrompus et sans morale. Ajouté à cela un système où les inégalités se creusent de l’ordre de la démesure, le tableau est complet ! Triste image d’un monde devenu fou ou fin d’un monde ? 

Le monde est en crise. Une crise qui inquiète, qui angoisse, qui plonge et qui plongera des millions d’innocents dans la détresse. Ce qui arrive est scandaleux, et les solutions proposées tout autant ! Nul n’est dupe. L’argent virtuel le restera et ne fera que différer une crise encore plus grave. On ne construit rien de juste et de bon sur le mensonge (la spéculation) et la cupidité. Le déficit public démesuré n’est qu’une bombe à retardement. Les dirigeants de ce monde ont du mal à l’admettre ou font semblant de l’ignorer. Ils feignent d’ignorer que la crise que le monde traverse est bien plus morale qu’économique et que l’argent ne règle pas tout. Tout le monde aurait à gagner à retrouver un peu plus de morale, de bon sens, et de Vérité. A rejeter ce « matérialisme égoïste » fondé sur la « surconsommation » et sur cette philosophie, si s’en est une, du « toujours plus à n’importe quel prix ». Il serait nettement plus sage d’adopter un mode de vie plus respectueux de l’être humain, du prochain comme de l’environnement, avec une répartition plus juste des richesses. Il nous faut prier pour cela.  

Mais au-delà de ces considérations, la crise a révélé aussi le caractère fragile des biens matériels, de l’argent, de la richesse sur laquelle notre monde est fondé. La Bible n’a jamais caché sa méfiance vis-à-vis d’un matérialisme à outrance et sans morale. Le Christ a souvent mis en garde ses auditeurs à ce sujet. Il leur disait : « Ne vous amassez pas des richesses sur la terre où elles sont à la merci de la rouille, des mites qui rongent, ou des cambrioleurs qui percent les murs pour voler. Amassez-vous plutôt des trésors dans le ciel, où il n’y a ni rouille, ni mites qui rongent, ni cambrioleurs qui percent les murs pour voler. Car là où est ton trésor, là sera aussi ton cœur. » (Mat 6. 19)  

« Ne vous amassez pas des trésors sur la terre… » : C'est-à-dire, ne sacrifiez pas votre vie à constituer des fortunes, à les entasser de façon égoïste. Ne pensez pas qu’elles vous mettront à l’abri de tous les aléas de la vie. Ne vous confiez pas dans les richesses matérielles. Elles sont fragiles, fluctuantes. Elles peuvent disparaître du jour au lendemain. Elles ne peuvent satisfaire pleinement vos besoins profonds et intérieurs. Dieu seul peut combler vos cœurs par la foi en Jésus Christ et le don de l’Esprit Saint. Lui seul est un rocher inébranlable. Certes, il ne s’agit pas ici de condamner la richesse, ni de faire le plaidoyer de la pauvreté. Le Christ nous met simplement en garde contre les dangers que constitue l’argent, bon serviteur mais mauvais maître. L’argent est utile et nécessaire à la vie, nul ne peut le nier. Nous sommes tous contraints d’en avoir pour vivre. Mais la Bible nous invite à ne pas placer notre confiance dans ces choses. « Si la fortune augmente, n’y attachez pas votre cœurs ! » (Ps. 62. 11). Elle nous invite aussi à être généreux, à savoir partager ce que Dieu nous donne. A en jouir sainement et utilement, avec action de grâce. C’est ce que l’apôtre Paul écrit à Timothée : « Recommande à ceux qui possèdent des richesses en ce monde de se garder de toute arrogance et de ne pas fonder leur espoir sur la richesse, car elle est instable. Qu’ils placent leur espérance en Dieu, qui nous dispense généreusement toutes ses richesses pour que nous en jouissions. Recommande-leur de faire le bien, d’être riches en œuvres bonnes, d’être généreux et de partager avec les autres. Ils s’assureront ainsi pour l’avenir un beau capital placé en lieu sûr afin d’obtenir la vraie vie. » (1 Tim. 6. 17 à 19)

« Amassez-vous plutôt des trésors dans le ciel… » : C'est-à-dire, utilisez votre vie et tous les dons que Dieu vous a donnés, pour faire le bien, pour faire du bien à ceux qui vous entourent. Constituez-vous des fortunes avec des actes et des gestes d’amour, dignes de ceux qui croient en Dieu. Constituez-vous des fortunes de pardon, de paroles d’encouragement, d’aide et de soutien, de solidarité. Constituez-vous des fortunes de services joyeux dans l’Eglise du Christ. Constituez-vous des fortunes de témoignages du Christ en paroles et en actes autour de vous. Faites le plein de toutes ces œuvres bonnes, qui ne sont pas nécessairement liés à des espèces sonnantes, à l’argent. Sans remettre en cause son utilité, réalisez qu’il y a bien d’autres choses de beau, de bon, de satisfaisant dans ce monde que l’argent. Et de plus, dit Jésus, ces trésors sont éternels, nous les retrouverons un jour dans son royaume.

« Là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur »,  c’est un choix de vie : Se donner tout entier aux trésors de la terre qui vont périr, ou aux biens du ciel qui sont permanents et qui seuls peuvent rendre heureux. Que Dieu nous aide à faire le bon choix. Choix de vivre et de jouir des richesses de ce monde sans nous y attacher. Sans placer notre confiance dans ces valeurs fragiles et fluctuantes qu’une crise peur détruire en un instant. Choix de vivre en nous confiants pleinement en Lui, conscients de notre destinée éternelle, et des « Trésors » qu’Il nous invite à amasser.  

« En une seule heure, tant de richesses ont été détruites ! » Prions et soyons solidaires de toutes les victimes innocentes. Restons confiants en Dieu. Rien ne pourra jamais détruire l’espérance de ceux qui se confient en Lui. A chacun de choisir.  


Pasteur Joël Mikaélian

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux