Accueil Messages du Culte Culte du dimanche 28 décembre 2008 - Comment faire face à l’épreuve, à l’adversité, aux défis dans notre vie ?
Culte du dimanche 28 décembre 2008 - Comment faire face à l’épreuve, à l’adversité, aux défis dans notre vie ? PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte

1 Rois 19 v. 1 à 18 - Lire le passage

Matthieu 14 v. 25 à 31 - Lire le passage

Comment faire face à l’épreuve, à l’adversité, aux défis dans notre vie ?

Message en français

Message en arménien

Face à l’épreuve, à l’adversité ou aux défis dans nos vies, nous avons diverses réactions, en fonction de notre maturité spirituelle et du niveau de notre discipline intérieure. Voyons ensemble le cas du prophète Elie dans 1 Rois 19, v.1-16, 18 puis celui de Pierre dans Matthieu 14 :25-31, pour en tirer des enseignements pour nos vies, personnelles et communautaires. Elie sortait d’une épreuve qui fut un véritable triomphe, une extraordinaire victoire de la foi sur l’occultisme et les pratiques idolâtres. Seul contre tous les prophètes de Baal, au nombre de 450. Il fait descendre le feu du ciel qui consume le sacrifice et aspire toute l’eau (plus de 75 litres) remplissant la fosse creusée pour cela. Suit l’exécution spectaculaire des 450 prêtres de Baal, et l’acclamation par le peuple, de cette victoire à la gloire de l’Eternel.

Après avoir été ce champion de l’Eternel, voici Elie dès le lendemain en face d’une deuxième épreuve, celle de la menace de mort d’une femme influente, sanguinaire, en colère. Que va faire Elie ? Nous nous attendrions à cette alternative :- qu’il adresse à Jézabel une réplique cinglante lui lançant un défi, ou- qu’il apporte et dépose cette menace devant son Dieu. Mais contrairement à toute attente, il choisit de fuir. Il a certainement eu peur puisqu’il prend la fuite pour sauver sa vie, nous dit le texte. S’en suit pour lui la journée la plus longue et la plus pénible, car au terme de cette journée, il déprime. Il demande à Dieu la mort. Comme toute réponse, Dieu le fait dormir, puis le réveille au bout d’un moment pour l’alimenter. Il le laisse dormir à nouveau, puis le réveille pour lui donner à manger pour la seconde fois, avec en plus, un petit commentaire : « Lève-toi, mange, car le chemin est trop long pour toi ». Avec ce réconfort et cette force, Elie parvient à Horeb, « la montagne de l’Eternel». Là encore, l’Eternel le laisse passer la nuit. Enfin Elie est en état mental, physique et spirituel, pour analyser la situation. C’est alors que l’Eternel se révèle à Elie dans un « murmure doux et léger » et lui confie une nouvelle mission. Quels enseignements pour nous aujourd’hui ?

1. Après les sommets suivent les vallées ! Après une victoire spirituelle, restons vigilants. C’est après de grandes victoires qu’une négligence peut nous faire chuter face à des épreuves de moindre importance. Ne vivons pas sur nos victoires passées. Rappelons-nous aussi sans cesse que « cela n’arrive pas qu’aux autres » et que très souvent c’est sur nos points forts que nous sommes attaqués ou tentés. Enfin souvenons-nous que le meilleur parmi nous peut devenir le pire.

2. Notons que l’Eternel ne commence pas par des reproches, encore moins par une condamnation. Il commence par rassurer, réconforter et remettre en état de marche. Après cela, il se révèle à Elie, avant de lui poser la question : «Que fais-tu ici, Elie ? » La question suggère la volonté de l’Eternel qu’Elie se sente toujours en mission de prophète de l’Eternel et qu’il doit se remettre en marche pour une nouvelle mission. Revoyons donc nos méthodologies dans la relation d’aide et dans nos rapports mutuels au sein de l’église.

3. Dieu se révèle dans un murmure doux et léger. C’est ce mode de révélation qui était sûrement le plus adapté dans le cas d’Elie. Il aurait pu aussi se révéler dans :· Le vent fort et violent qui déchirait les montagnes et brisait les rochers, comme dans le cas de Job (Job 38 :1), ou
· Le tremblement de terre, ou
· Le feu comme Jérémie qui comparait la Parole de Dieu à un feu dévorant (Jér.5 :14,23 :29)Mais Dieu choisit ici « le murmure doux et léger ». Efficacité immédiate car Elie est touché, il s’enveloppe le visage de son manteau et se rend disponible pour recevoir la révélation de l’Eternel. Et le dénouement suit, avec une nouvelle mission, comme preuve de la confiance de Dieu en Elie et de sa fidélité à l’appel qu’Il lui a adressé.

Conclusion

· Apprenons à rester dans la zone de sécurité dans laquelle on se maintient seulement par la foi. Qu’as-tu que tu n’aies reçu ? Qu’es-tu que tu ne sois devenu par la grâce de Dieu ? Sans la foi, il est impossible d’être agréable à Dieu. Celui qui s’approche de Dieu doit s’approcher par la foi. La foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas. Pour l’avoir abandonné, même une fraction de seconde, on se met à considérer les circonstances et événements autour de nous, comme Elie et Pierre. On commence à intellectualiser et on quitte la zone de sécurité. C’est alors le risque de chute.

· Sachons encourager ceux qui sont découragés. Ne courons pas le risque d’achever ceux qui sont tombés. Agissons dans le but de les rendre à même de poursuivre la route, rassurés et réconfortés.

· Attention, nos responsables spirituels ne sont pas inusables. Prions pour eux et pensons à leur condition humaine. Elie était de la même nature que nous.

· Ce « murmure doux et léger » était le mode de révélation adapté au cas d’Elie. Cela nous rappelle qu’il ne faut pas mépriser les faibles commencements. Ne cantonnons pas Dieu dans un type de révélation à notre entendement. Ce serait une méconnaissance de Dieu et de l’orgueil. Or Dieu résiste aux orgueilleux mais Il fait grâce aux humbles.

· Dieu peut transformer nos erreurs en bénédiction, si dans notre erreur, nous nous tournons vers Lui pour avoir le secours, comme Elie qui se dirige vers Horeb la montagne de l’Eternel et Pierre qui crie à Jésus. Dans les deux cas la grâce de Dieu a été efficace. Que Le Seigneur nous conduise tous les jours dans cette vigilance, en particulier dans ces lendemains de Noël que nous avons vécu comme étant sur des sommets ; soyons vigilants pour ne pas être surpris par des épreuves « peaux de banane ». Qu’Il nous donne cette ouverture d’esprit et l’humilité nécessaire pour vivre dans sa grâce toujours renouvelée en nous approchant de Lui dans la foi, face à n’importe quelle situation de la vie. Que Dieu vous bénisse !

Paul Poudiougo

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux