Accueil Messages du Culte Culte du dimanche 21 décembre 2008 - Car rien n’est impossible à Dieu…
Culte du dimanche 21 décembre 2008 - Car rien n’est impossible à Dieu… PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte

Esaïe 40 v. 9 à 11 - Lire le passage

Romains 16 v. 25 à 27 - Lire le passage

Luc 1 v. 26 à 38 - Lire le passage

« Car rien n’est impossible à Dieu… » 

Message en français

Message en arménien

C’est en ces termes que l’ange conclue l’annonce faite à Marie, de la naissance de Jésus. Des propos qui nous renvoient à des notions de forces, de puissance, de pouvoir. Paroles qui nous renvoient aussi peut-être à ce vieux rêve humain de posséder tout pouvoir, la force de faire tout ce qu’il veut ; ce vieux rêve qui n’en finit pas d’en agiter plusieurs. Ah, si nous avions tout pouvoir, si rien ne nous était impossible ! Ces paroles nous renvoient aussi à ce désir de force et de puissance que l’on souhaiterait avoir en tant que chrétiens. Chose que l’on fait peut être en transformant cette pensée en prière : « Rien n’est possible à Dieu », alors, que Dieu fasse tout ce que je lui demande, qu’il accomplisse tout mes désirs !  Mais les textes de ce jour, nous rappellent que la force et la toute puissance de Dieu, ne se manifeste par toujours comme on le pense. Elle se trouve souvent là où on ne l’attend pas ; dans les choses discrètes de la vie, de façon anonyme et souvent surprenante.  

I. Car rien n’est impossible à Dieu : 

1. C’est dans le cadre de la naissance de Jésus, « Dieu est salut », que l’ange prononce ces paroles. C’est aussi dans le cadre du salut que Jésus prononcera ces mêmes paroles, suite à sa rencontre avec le jeune homme riche et à la question de ses disciples « Qui peut être sauvé ? » Jésus dira « à Dieu, tout est possible ». C’est là que se manifeste la force et la puissance de Dieu sa toute puissance. C’est la toute puissance de son Amour. Toute puissance pour préparer et mettre en œuvre un plan de salut pour l’humanité, suite à la chute. Plan de salut caché pendant des siècles, puis révélé et manifesté aux hommes à la naissance de Jésus. La force et la puissance de Dieu, sont d’abord une force d’Amour et de salut. Une volonté de tout mettre en œuvre pour sauver les hommes. Une puissance de salut que même le plus grand sacrifice n’a pu arrêter, le don de son Fils Unique. (Noël). Tout est possible à Dieu, il peut aimer tous les hommes, même les pires d’entre eux. C’est la force de son Amour. Et il nous invite à faire de même. A lui demander cette force, cette puissance d’aimer, de ne jamais dire « Impossible d’aimer un tel… » 

2. Ces choses impossibles aux hommes et possibles à Dieu, ne se manifestent pas toujours de façon visible et grandiose, comme la création du monde, par exemple. Elles se manifestent ici, par une naissance qui passe presque inaperçue, en son temps. Loin de tout le battage médiatique et des traditions grandioses qui ont entouré, par la suite, l’anniversaire de cette naissance. On le sait, Jésus naît dans la plus grande discrétion, loin des palais, des regards des chroniqueurs de son temps. Il naît dans une famille tout aussi anonyme. C’est pourtant là que se manifeste quelque chose de grand et d’impossible humainement. Dieu vient naître et connaître une naissance humaine, sans le secours ou l’intervention de l’homme. Apprenons à voir, à discerner la force et la toute puissance de Dieu, dans les choses discrètes de la vie, dans ce qui apparaît petit à nos yeux. Dieu peut accomplir de grandes choses, à partir de choses anodines. Ne les méprisons pas. Ce peut être un geste de bonté que je donne ou reçois, une parole encourageante, un aveu, une reconnaissance, un pardon, une réconciliation…Tout est possible à Dieu, il peut sauver aujourd’hui encore, et ce salut peut prendre des formes différentes, de façon inattendue, discrète, de ces « petits commencements » dans les cœurs, invisibles à leur départ… Apprécions-les ! 

II. Car rien n’est impossible à Dieu : Cette force et cette toute puissance de Dieu, se manifestent aussi dans sa fidélité.

idélité dans l’accomplissement de la promesse du Messie, faites bien des siècles avant sa naissance. Fidélité que l’on perçoit de façon admirable tout au long des Ecritures Saintes, de cette histoire qui se déroule sous nos yeux. Elle qui nous choque, nous heurte parfois dans ses aspects barbares, guerriers… Histoire que l’on dit Sainte pourtant, parce qu’elle nous montre la force, la toute puissance de la fidélité de Dieu. C’est la fidélité puissante que le Seigneur promet à ses brebis, à travers cette belle image du berger. Jésus est ce berger annoncé par Esaïe, « Il vient avec puissance… » et de poursuivre « comme un berger… » Il paitra son troupeau, prendra les agneaux dans ses bras, il les portera, les conduira…  Jésus ira plus loin dans la révélation de la puissance de sa fidélité. Le bon berger donnera sa vie pour ses brebis. Voilà jusqu’où il est prêt à aller ! Et où il ira ! Tout est possible à Dieu. Dans sa fidélité, il n’abandonne pas et n’abandonnera jamais ses brebis. Il n’oublie pas et n’oubliera jamais ses promesses, ni mes prières, l’amour que j’ai pour lui, pour son œuvre, la consécration que j’ai pour son Eglise, cette fidélité que je veux garder… La puissance de la fidélité de Dieu, c’est de ne pas oublier ses promesses et ses engagements, comme de ne pas oublier nos engagements. Voilà notre Dieu ! 

III. Car rien n’est impossible à Dieu : La force et la toute puissance de Dieu, sont aussi dans sa grâce.

Le texte de l’annonciation est un des plus beaux et fort à ce sujet. Tout dans le dialogue entre l’ange et Marie, met en lumière la puissance de la grâce de Dieu. Rien ne lui est impossible ! Il ne lui est pas impossible de choisir une femme, vierge d’Israël parmi d’autres. En effet, rien de la vie de Marie, ne semble la prédisposer à ce choix, si ce n’est son caractère profondément humain :. Elle est troublée par l’ange.. Elle est inquiète devant ce qui lui arrive.. Elle écoute et réagit immédiatement avec doute « Ce n’est pas possible ! » comment est-ce possible ? . Elle a besoin de preuve de signe. Et l’ange lui donnera celui de sa parente Elisabeth, mère de Jean Baptiste.. Et ce n’est qu’après, qu’elle exprimera une belle confession « Je suis la servante du Seigneur…qu’il me soit fait selon ta parole ». Tout est possible à Dieu, la puissance de sa grâce est si forte, que rien ne peut s’y opposer ou l’arrêter. Elle va même jusqu’à choisir ce qu’aucun homme aurait choisi en pareil cas. Il en va de même pour nous aujourd’hui : Dieu nous fait grâce en Jésus. Et la force de la grâce de Dieu va au-delà de nos questionnements, de nos troubles, de nos doutes, de notre foi chancelante. Elle nous force à l’émerveillement et à la soumission. . Qui suis-je pour tant de privilège ? . Je suis à ton service, fais comme tu veux Seigneur ! « Car rien n’est impossible à Dieu… » Son Amour est plus fort que tout, de même que sa fidélité et sa grâce. Sa puissance est étonnante, elle peut se manifester dans les choses les plus discrètes.Que notre confiance en Lui soit proportionnelle à sa puissance.Que notre consécration aussi.A lui soit la gloire (Romains 16 : 17) Voilà notre Dieu ! 

Pasteur Joël Mikaélian
Dimanche 21 décembre 2008

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux