Accueil Messages du Culte Culte du dimanche 4 janvier 2009 - Nous sommes venus pour l’adorer
Culte du dimanche 4 janvier 2009 - Nous sommes venus pour l’adorer PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte

Esaïe 60 v. 1 à 3 - Lire le passage

 

Matthieu 2 v. 1 à 12 - Lire le passage

« Nous sommes venus pour l’adorer… » 

Message en français

Message en arménien

C’est aujourd’hui la fête de l’Epiphanie pour les Eglises Latines. Fête qui célèbre la manifestation de Jésus au monde, appelée fête des rois mages, car elle fait référence au texte que nous venons de lire : la visite des mages à Jésus. Pour les Eglises orientales, le 6 janvier correspond à la fête de la nativité. Il faut dire ici qu’à l’origine, le 6 janvier correspondait pour les chrétiens, à toutes les manifestations de Jésus au monde (Nativité, visite des mages, baptême de Jésus…). Pour nous, nous fêtons aujourd’hui deux événements, la Nativité et l’Epiphanie. Deux événements qui nous invitent à aimer et à adorer le Seigneur. 

I. Noël nous invite à aimer

1. L’Evangile souligne que la naissance de Jésus, est la manifestation de l’Amour de Dieu pour l’humanité. « Car Dieu a tant aimé le monde, qu’il a donné son Fils unique… » (Jean 3. 16). Ces paroles nous rappellent que c’est l’Amour qui a motivé ce geste de Dieu. C’est le même Amour qui a motivé l’obéissance du Fils. C’est par Amour que Dieu le Fils a accepté de quitter sa gloire pour naître parmi nous simplement, humblement de façon anonyme. C’est par Amour que Dieu envoie son Fils nous sauver. C’est par Amour que le Fils accomplira sa mission : Naître, vivre sans commettre de péché, prendre l’ensemble des péchés de l’humanité sur lui, accepter la juste condamnation des coupables en  mourant sur la croix. C’est toujours par Amour qu’il pardonne, sauve, et continue à pardonner aujourd’hui sans cesse tous pécheur repentant et à le sauver. 

2. L’apôtre Jean, dans sa première épître (4 : 10 et 11) rappelle cette vérité : « L’amour de Dieu a été manifesté envers nous en ce que Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui ». L’apôtre poursuit en écrivant aux chrétiens « Bienaimés, si Dieu nous a ainsi aimés, nous devons aussi nous aimer les uns les autres. » Noël nous renvoie à nous mêmes, l’Amour de Dieu manifesté à Noël, nous interpelle. C’est un exemple à suivre. Dieu nous invite à nous aimer de cet Amour que nous avons reçu de lui. De cet Amour qui se donne, qui accepte le sacrifice. De cet amour qui pardonne, qui efface les fautes, les tords, qui renonce même à ses droits. De cet amour qui doit nous conduire à être solidaires les uns des autres, comme Dieu a été solidaire, de notre humanité déchue. Noël nous invite à aimer ; et à aimer comme Dieu nous a aimés, avec la même dimension ! 

II. Noël, comme l’Epiphanie, nous invite à l’adoration

1. Comme ces mages d’Orient, venus de loin pour adorer l’enfant Jésus, nous sommes aussi invités à adorer le Seigneur. Reconnaître qu’il est Dieu. L’adorer pour sa venue, l’adorer pour son sacrifice, l’adorer simplement car il est Dieu. Reconnaître en Lui notre Sauveur. Reconnaître qu’il est le seul être parfait, qu’il a vécu une vie exemplaire, qu’il a vaincu le mal, la mort et qu’il est plus fort que tout. Nous incliner devant lui et reconnaître sa majesté, sa grandeur. C’est cela l’adoration, c’est à cela que nous sommes invités. « Adorer en Esprit et en Vérité ».  

2. Cette adoration peut prendre différentes formes. Il n’y a pas qu’une seule forme d’adoration. Celle-ci peut être silence et émerveillement. Elle peut susciter en nous des sentiments profonds. Elle peut être prière, chant. Elle peut être obéissance, don de soi, consécration. Elle peut être don matériel à l’mage de ces mages qui offrent à Jésus des biens matériels de grande valeur. L’offrande matérielle est aussi une forme d’adoration.  

3. N’oublions jamais aussi que l’adoration est assortie d’une belle promesse : « J’honorerai celui qui m’honore » dit le Seigneur (1 Samuel 2. 30) Alors, que ce soit toujours avec joie et enthousiasme, avec tout notre cœur, que nous adorions le Seigneur. 

Conclusion :

La Sainte Cène, le repas du Seigneur, que nous allons partager évoque bien ces deux mouvements auxquels nous sommes invités ce matin. 

  1. Amour, solidarité, conversion, pardon
  2. Adoration, don de soi, consécration. 

Qu’en ce début d’année ce soit là notre vœux le plus cher, c’est mon vœux pour nous tous. 

Pasteur Joël Mikaélian
Dimanche 4 janvier 2009

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux