Accueil Messages du Culte Culte du dimanche 2 novembre 2008 - Je sais que mon rédempteur est vivant...
Culte du dimanche 2 novembre 2008 - Je sais que mon rédempteur est vivant... PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte

Job 19 : 1 et 23 à 27
Jean 5 : 24 à 29
1 Corinthiens 15 : 54 à 57

« Je sais que mon rédempteur est vivant… »

Telle est la conviction que Job, personnage célèbre, exprime ici, dans ce livre de la Bible qui porte son nom. Alors qu’il est en pleine détresse, qu’il vit des épreuves plus terribles les unes que les autres, Job essaie de faire surface. Tout est contre lui, tout l’enfonce : l'incompréhensible permission que Dieu accorde au diable, comme les accusations injustes de ses amis, comme les circonstances de sa vie. Quel message pour nous, que nous passions par l’épreuve, comme job, ou que nous vivions un temps paisible et heureux ! Quel est le message que le Seigneur veut nous adresser à travers ces textes et cette expérience ? Méditons.

I. « Je sais que mon rédempteur est vivant »

C’est dans son épreuve que Job s’accroche à Dieu et qu'il « s’accroche » avec Dieu. Il ouvre tout grand son cœur, ses pensées, sa vie. Il n’a plus rien à perdre, ni à gagner. Dans sa détresse, il crie, il exprime son désarroi, son incompréhension : « Pourquoi moi ? Qu’est ce que j’ai fait » ? Sa pensée oscille sans cesse entre l’amertume, une vue fataliste de la vie, la grandeur de Dieu, sa Justice, l’indignité de l’être humain… Il se questionne, il questionne Dieu et il n’a pas de réponse satisfaisante. Il ne sait plus !

Mais heureusement, Job a des amis qui viennent lui rendre visite pour le consoler. Ceux-ci compatissent en silence durant sept jours. Quels bons amis ! Puis ils se mettent à parler pour l’encourager, le consoler :

* Tu sais, lui dit le premier, un innocent ne peut pas souffrir et être éprouvé. Dieu est fidèle et juste. Façon indirecte et amicale de dire : « Job, tu as péché, tu as certainement fait quelque chose, il ne peut pas en être autrement, cherche bien ! ».

* Tu sais, lui dit le second, c’est vrai. Il en a toujours été ainsi. Ce sont tes fils qui ont dû pécher. Si toi tu es intègre comme tu les dis, Dieu va te relever. Ne t'inquiète pas, ne t'irrite pas.

* Et le troisième enfonce le clou. Tu sais, si Dieu te parlait, tu verrais « qu’il ne te traite pas selon ton iniquité. » Sous entendu encore : « Tu a péché, et si Dieu te traitait selon tes péchés… tu dégusterais bien plus ! Alors, estime-toi heureux » !

*Et pour couronner le tout, un quatrième viendra plus tard lui faire la morale. Tu sais, « Job, Dieu t’éprouve pour te purifier… c’est pour ton bien ! Oui, crois-moi, je m'y connais, l'épreuve est pour ton bien ! »

Merci les amis ! Mes amis, quelle consolation ! Quels encouragements ! Peut-être, reconnaissons-nous là quelques unes de nos pensées, paroles ou réactions face à ceux qui passent par l'épreuve. Ou bien face à nos épreuves !

 

II. Je sais que mon rédempteur est vivant :

Heureusement pour Job, Dieu veille. Il ne le laisse pas seul dans ses questionnements. Il se révèle à lui, il parle avec lui. Et au sein de sa détresse Job découvre la Vérité, bien avant qu’elle naisse, et  qu’elle soit révélée au monde. Job découvre le Christ. Job découvre qu’il a un rédempteur, c'est-à-dire que :

1. Il est pécheur, coupable devant Dieu. Il n’est pas parfait, pas innocent tout à fait. Il est intègre, certes, mais pas assez pour Dieu. C’est quelqu’un de bien, mais tout cela n’est pas suffisant face à la Sainteté de Dieu qu'il découvre.

2. Il y a quelqu’un qui a le pouvoir de le sauver pour l’éternité. Quelqu’un qui va payer le prix qu’il faut pour qu’il soit pardonné, délivré de toute condamnation, pour qu’il soit comme juste devant Dieu. Et qu'un jour Dieu lui fera justice et le récompensera de son intégrité et du respect qu'il aura manifesté durant sa vie.

Bien avant la naissance de Jésus, Job le découvre, comme la réponse à toutes ses questions.

. Oui, je ne suis pas parfait, mais je peux être pardonné et rendu parfait.
. Oui, je suis victime d’une profonde injustice si je me compare aux autres humains, mais un jour il y aura une juste justice.
. Oui, la vie ici, n’est pas tout, il y a autre chose, une autre vie et je « languis » après cela !

Voilà quelques éléments de réponse pour nous aussi aujourd’hui.

3. C’est Jésus qui accomplit tout ce que Job a compris dans son épreuve. Il est la vie. Il a la vie en lui-même, il donne la vie, la vie éternelle. Il a vaincu la mort pour toujours.

* Il y aura un jour où tous les hommes ressusciteront, reviendront à la vie, reprendront vie.
* Il y aura un jour un juste jugement de Dieu. Par grâce pour ceux qui auront accepté le rachat. Une condamnation éternelle pour ceux qui l'auront refusé.

« Celui qui écoute … pratique … croit … ne vient point en jugement. Il est passé de la mort à la vie »  dit Jésus. Sommes-nous passés de la mort à la vie ?

 

III. Je sais que mon rédempteur est vivant.

C’est tout ? Y a-t-il un autre message ? Y a-t-il quelque chose à espérer de cette vie et pour cette vie ? En attendant l’Eternité, la résurrection… ? Oui, il y a autre chose, quelque chose pour cette vie aussi. C’est ce que Job expérimentera. Il sera rétablit dans cette vie à deux conditions :

1. A la fin du livre, Dieu parle avec Job, il le questionne : Par toute une suite de réflexions sur la vie, le mystère de la vie, c’est comme si Dieu disait à Job, et nous disait : « Sais-tu qui je suis ? Me connais-tu vraiment ? » Et face à une cascade de vérités sur sa grandeur, Dieu amène Job à une prise de conscience salutaire : « Je mets ma main sur ma bouche… » Je me tais. Je n’ai rien à dire. « Mon oreille avait entendu parler de toi, mais maintenant mon œil t’a vu, … je me condamne et je me repens ». Job réalise combien il a besoin de la grâce de Dieu. Comme nous devons réaliser que nous avons besoin de la grâce de Dieu qui nous est offerte en Jésus Christ. Et nous repentir de nos fautes, nos ignorances, nos impertinences. Nous incliner devant Dieu.

2. Job devra accepter de pardonner à ses amis les souffrances qu’ils lui ont infligées. Il devra même prier pour eux. « Job, mon serviteur, priera pour vous… » Plutôt que la vengeance, la revanche, sur ceux qui l’ont mal jugé, Job doit pardonner et prier Dieu en leur faveur. Et c'est là, nous dit le texte que : « L’Eternel rétablit Job dans son premier état, quand Job eu prié pour ses amis. L’Eternel lui accorda de double… » Il fallait que Job passe par là aussi.

Oui, il y a quelque chose aussi pour cette vie, dans la mesure où je réalise que je suis bien peu de chose devant l’immensité de Dieu, et dans la mesure où je sais prier, pardonner à ceux qui m’ont fait du tord. C’est alors que mon « Rédempteur » me dit, et nous dit : « Je suis avec vous tous les jours ». « Je vous donne ma paix… que votre cœur ne se trouble point… Ayez confiance en moi ».

« Oh si je n’étais pas sûr de voir la bonté de Dieu sur la terre des vivants ! » Espère en Dieu ! Je sais que mon rédempteur est vivant. Gloire à Dieu !

Pasteur Joël Mikaélian
Dimanche 2 novembre 2008

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux