Accueil Messages du Culte Culte du dimanche 28 septembre 2008 - "Vous êtes le sel de la terre..."
Culte du dimanche 28 septembre 2008 - "Vous êtes le sel de la terre..." PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte

 

Vous êtes le sel de la terre… Vous êtes la lumière du monde…
Message à l’occasion du 80ème anniversaire
de l’Eglise Evangélique Arménienne de Paris – Issy les Moulineaux
(le 28 septembre 2008)
 
Lectures bibliques : Jérémie 29. 7 / Matthieu 5. 13 à 16 / 1 Timothée 2. 1 à 6
 
Vous êtes le sel de la terre… Vous êtes la lumière du monde…
C’est par ces propos et bien d’autres que le Christ a confié une mission à ses disciples et par delà aux chrétiens et à l’Eglise dans son ensemble. Une mission vis-à-vis du monde, de l’humanité, de la cité. C’est dire que l’Eglise ne peut se désintéresser du monde dans lequel elle vit au risque de rater sa mission, de perdre toute saveur. Mais par ailleurs, elle n’est pas appelé non plus à diriger ou gérer les affaires de ce monde. Le Christ a bien dit à ceux qui voulaient le faire roi : « Mon royaume n’est pas de ce monde ». De ce fait, l’Eglise vit une tension continuelle entre les choses spirituelles et les choses temporelles, entre « le ciel » et « la terre ». Le Chrétien est à la fois citoyen du monde et citoyen des cieux. « Ils sont dans le monde… et ils ne sont pas du monde», disait le Christ dans sa prière au sujet de ses disciples.

 

Tout au long de son histoire, l’Eglise a eu du mal à trouver un juste équilibre entre ces deux réalités qui sont les siennes : Être dans le monde tout en n’étant pas du monde ! L’Eglise et l’Etat, c’est une longue histoire. La place du religieux dans l’espace public, c’est tout un débat, remis à l’ordre du jour dernièrement par le Président de la République Française et par le Pape Benoit XVI. Un débat qui montre bien que l’homme a besoin de spiritualité, de transcendance. Je crois qu’il nous faut œuvrer ensemble pour vivre une complémentarité harmonieuse et respectueuse des compétences de chacun. Ce serait à mon sens un grand bien pour tous. L’Eglise est un lieu de prières, de réconfort, de paix, d’éducation, d’apprentissage du vivre ensemble, du respect de l’autre, de sa différence. Le lieu par excellence où doit se vivre l’amour et le respect du prochain… C’est un bien pour la ville. C’est ce que notre Eglise a toujours recherché. Nos anciens déjà mentionnaient souvent ces paroles du prophète Jérémie : « Recherchez le bien de la ville où je vous ai mené… » Propos d’autant plus fort dans la bouche de rescapé du Génocide. C’est ce qu’ils ont dit, ce qu’ils on fait et enseigné à leurs enfants. Nous devons leur rendre hommage aujourd’hui.
 
« Vous êtes le sel de la terre… » : Plus que jamais, le monde a besoin d’entendre et de réentendre le message que le Christ a confié à l’Eglise. Elle se doit de répondre aux questions existentielles que tous se posent. Avec humilité et honnêteté, consciente de ses limites. Libre à chacun d’accepter ou de refuser l’Evangile. Mais il faut témoigner que Dieu existe bel et bien, il n’est pas mort. Ce sont ceux qui on dit cela qui sont mort. Il faut dire que Dieu est amour, qu’il est éternel, bon, juste et saint. Il est vrai que nul homme ne peut l’appréhender dans la totalité de son être. Ce qui explique que l’Eglise n’a pas réponse à tout. Qu’il n’est pas toujours aisé de comprendre pourquoi tant d’injustice dans ce monde ! Mais ce que nous savons de Dieu nous a été révélé par le Christ. C’est que Dieu ne peut accepter le mal. Il est contraint de le condamner pour rester juste. Que la conséquence du mal en chacun de nous est la mort éternelle. Mais Dieu dans son amour envoi son Fils dans ce monde. Le Christ accepte non seulement de partager notre condition humaine, mais aussi de prendre la condamnation du monde entier sur lui. Il meurt à notre place. Ressuscité, il invite tous les hommes à accepter la grâce du pardon de Dieu. Tous ceux qui croient en lui et acceptent cette grâce sont alors libérés de la condamnation, de la culpabilité, et reçoivent son Esprit. C’est l’Esprit Saint qui accorde à l’homme qui croit, la paix intérieure, une communion nouvelle avec Dieu. C’est lui qui remplit ce vide existentiel, au sujet duquel Pascal dira que « c’est un vide qui a la forme de Dieu ». C’est par le même Esprit, que Dieu soutien, aide ceux qui souffrent, les consoles par cette présence. Il donne de l’espérance pour cette vie, et une assurance réelle quant à la vie éternelle.
 
C’est ce message essentiel que l’Eglise se doit de communiquer au monde. C’est sa mission dans la ville dans la société. Certes ce message ne peut se suffire de mots ou de bon discours. Il doit s’incarner bien sûr dans le quotidien et se décliner en des actions diverses pour le bien de l’humanité :
- L’Eglise se doit d’enseigner les chrétiens à suivre les valeurs de l’Evangile, à être de bons citoyens, intègre, honnêtes, généreux, ouverts aux autres, respectueux, prêt à toute bonne œuvre… Par là elle a une action bénéfique dans la cité.
- Elle doit œuvrer en faveur de la justice et de la paix. Œuvrer pour la reconnaissance du génocide arménien mais aussi les autres génocides.
- Elle doit dire ses convictions même si elles vont à contre courant de la pensée majoritaire
- Etre chrétien, c’est aussi prendre part aux grands débats de société en y apportant nos réflexions, celles que nous nourrissons à partir de la Bible. Le christianisme qui se cantonne au domaine de la vie privé seulement, n’est plus du christianisme. Il doit avoir sa place dans l’espace public, il doit apporter sa saveur, la lumière du Christ. Interpeller parfois les pouvoirs publics, les élus, les gouvernements, avec respect et dans le cadre de la loi… c’est aussi sa mission.
 
C’est toute cette lumière qui doit briller, que nous voulons faire briller, que notre Eglise essaie de faire briller ici avec d’autres. Et je me réjouis des relations fraternelles et respectueuses que nous entretenons à Issy entre les Eglises de différentes confessions.
 
Vous êtes le sel….La Lumière… que votre lumière luise…
Que luise encore et toujours la lumière du Christ
Continuons cette œuvre commencée ici il y a 80 ans
Rendons grâce à Dieu pour tout le chemin parcouru et le témoignage de tous ceux qui nous ont précédés.  
 
Pasteur Joël Mikaélian 
 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux