Accueil Messages du Culte Culte du dimanche 31 mai 2009 - "Ne crains rien..."
Culte du dimanche 31 mai 2009 - "Ne crains rien..." PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte
Esaïe 44 : 1 à 4
Actes 2 : 1 à 8
Jean 16 : 12 et 13 

« Ne crains rien… »

 
L a crainte fait partie de notre condition humaine. Nul ne peut dire qu’il n’a jamais éprouvé ce genre de sentiment. Qu’on l’appelle inquiétude, peur, souci, questionnement ou interrogation elle fait partie de notre quotidien. Elle rythme notre vie au gré des circonstances, des différentes périodes de nos vies. Elle sera présente tout au long de notre existence. La crainte nous rappelle nos limites humaines. Elle nous invite à lever les yeux vers Dieu. C’est auprès de lui, dans une relation de confiance et d’Amour, que toutes nos craintes s’apaisent et se gèrent. Face à nos peurs, Dieu nous dit sans cesse « Ne crains rien… ». Pourquoi ?
 
I.
« Je répandrai mon Esprit… »
 
En réponse à la crainte, ou aux craintes de son peuple, Dieu parle. La Parole de Dieu est une source de paix, elle rassure dans les moments difficiles, ou dans les moments d’inquiétude. Ici, dans le texte d’Esaïe, à travers ce qu’il dit à son peuple, Dieu souligne des vérités que nous oublions facilement.
 
1. Tout d’abord, il nous dit qu’il nous a choisis. Dieu a fait ce choix d’aimer et de sauver l’humanité en Jésus Christ. Il a fait ce choix de sa propre initiative, sans attendre quoi que ce soit de nous, si ce n’est d’accepter cette grâce par la conversion. Il nous a choisis, non en fonction de nos mérités mais de son Amour, en sorte que nul ne peut dire « Dieu ne m’aime pas, il ne veut pas de moi. » C’est à nous qu’il laisse cette liberté de le refuser.
 
2. Ensuite, Dieu nous rappelle qu’il nous a fait. Il est notre créateur. C’est lui qui nous donne la vie, le souffle. C’est par lui que l’humanité existe, que nous existons. Dès notre naissance nous sommes dans son plan. Il se présente à nous comme notre soutien.
 
3. Et puis, le ton se fait plus personnel, il s’adresse à ceux qui ont bien voulu accepter de lui appartenir. C'est-à-dire, à nous qui sommes ses enfants par Jésus Christ. En réponse à toutes nos craintes, nos soucis, nos inquiétudes, il annonce cette promesse de l’Esprit ; promesse qui se réalisera pleinement à la Pentecôte. « Je répandrai mon Esprit… » Par les images de l’eau sur le sol desséché, Dieu promet que l’Esprit est comme une eau qui redonne la vie, qui donne vie dans les situations les plus difficiles. C’est par l’Esprit Saint que Dieu nous soutien, nous encourage, nous rassure, apaise nos craintes. Et Dieu va encore plus loin. Dans sa grâce et son Amour immense, il donne des promesses pour l’avenir, pour nos familles, nos enfants ou petits enfants. C’est ce qu’il veut, ce qu’il souhaite pour nous aussi aujourd’hui. C’est lui qui le fera, il accomplira ces promesses comme il a accompli celle de l’Esprit Saint à la Pentecôte. Il le fera à la mesure de notre confiance en lui, de notre attente et de notre obéissance.

II. « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire… » 

1. Jésus est conscient des limites de ses disciples. Il sait qu’ils ne peuvent pas tout comprendre, qu’il ne peut pas tout leur dire. Ici, avant de se séparer d’eux, il précise ce qui se passera après son ascension, avec la venue de l’Esprit Saint. Le Saint Esprit continuera à leur parler, à les conduire, à les éclairer, à les conseiller. Jésus ne sera plus là physiquement auprès d’eux, mais le Saint Esprit sera là. « Il sera en vous… », dit Jésus.
 
2. Depuis la Pentecôte, le Seigneur répand son Esprit sur tous ceux croient en Lui. C’est par lui qu’il nous parle, au travers de sa Parole, la Bible. C’est le Saint Esprit qui nous permet de comprendre le message de la Bible. C’est lui qui fait résonner dans nos cœurs cette parole, au point que la lecture de la Bible, n’est pas une lecture comme les autres. C’est une lecture vivante, où un dialogue s’établit autre Dieu et le lecteur, par le Saint Esprit. C’est lui qui fait résonner aussi en nous les paroles d’un cantique, un message, un témoignage, ou une parole. C’est lui qui console, qui rassure, qui encourage, qui conseille, qui aide à discerner, qui nous reprend aussi… Il ne demande de nous qu’obéissance, attention, désir de sa présence, désir de plénitude… Car ce qui le caractérise, c’est qu’il ne force personne, n’oblige personne, ne fait pas violence. Il nous laisse toujours libres, mais responsables de nos choix, de nos refus et de nos endurcissements.

III. « Comment les entendons-nous… ? » 

Pour finir, face à nos craintes et nos peurs par rapport au témoignage à porter, face à nos incapacités et nos limites pour être ses témoins, le Saint Esprit est répandu pour nous accorder des dons spirituels. Ces dons sont très divers, il en existe plusieurs listes dans les épitres. Ils sont donnés pour le témoignage et l’édification de l’Eglise. A la Pentecôte, c’est le don de parler des langues étrangères, mais intelligibles, que le Saint Esprit accorde aux disciples, afin que tous les étrangers présents à Jérusalem ce jour-là, entendent la Bonne Nouvelle dans leur langue maternelle. Prions pour que le Seigneur nous accorde des dons utiles à l’avancement du royaume de Dieu. Celui de parler un langage compréhensible pour ceux qui nous entourent.

Conclusion : « Ne crains rien… » 

Face à nos peurs et nos craintes diverses, les soucis du lendemain, les circonstances difficiles, la crainte de ne pas savoir quoi faire, crainte de la solitude, de l’absence de parole, du silence, crainte des décisions, peur de ne pas être à la hauteur devant nos incapacités… Le Saint Esprit donne : Vie à celui qui a soif. Il parle et éclaire ceux qui lui obéissent. Il accorde des dons extraordinaires pour l’édification et le  témoignage.
 
Soyons toujours conscients de sa présence, de son aide, de son soutien et de son action. Faisons lui confiance. Que Dieu nous remplisse de Lui.

Pasteur Joël Mikaélian
Dimanche 31 mai 2009
 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux