Accueil Messages du Culte Culte du dimanche 16 mai 2010 - "Alors, il leur ouvrit l'esprit..."
Culte du dimanche 16 mai 2010 - "Alors, il leur ouvrit l'esprit..." PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte

Ps. 95. 1 à 3 / Luc 24. 44 à 53

 

« Alors, il leur ouvrit l’esprit… "

L a fête de l’ascension célèbre un événement surprenant pour les disciples comme pour nous. Voir Jésus disparaître dans les airs ne devait pas faire parti de ces faits divers qui alimentaient la chronique du jour et l’actualité d’alors. Le texte de l’évangile de Luc est riche de détails sur cette journée, mais il ne nous donne pas d’explication sur les moyens que Jésus emploie pour s’élever dans les airs. Toujours est-il que le texte nous présente les choses avec sobriété et naturel. « Il fut enlevé au ciel » Que recevoir de cette parole ? Qu’est ce que cet événement nous apporte dans notre vie quotidienne ? Quel effet cela a-t-il eu sur les disciples ? Que s’est-il passé ce jour là pour que les disciples soient si différents ?

 

1°) Tout d’abord, il est intéressant de noter que ce jour là, les disciples ont de nouveau eu droit à une explication du sens de la croix, du sacrifice de Jésus. Jésus répète inlassablement ces mêmes choses le concernant. Il devait souffrir, mourir et ressusciter au troisième jour. Cet acte qu’il accomplirait parfaitement donnerait le pardon des péchés à ceux qui se repentent de leurs fautes. Puis le Seigneur rappelle à nouveau à ses disciples qu’il compte sur eux pour être témoin de cela. Il leur dit qu’il a besoin d’eux. Il leur renouvelle la promesse de l’Esprit qui les assistera dans cette mission. Il y a là en quelques mots, un résumé de l’évangile et de la mission qui s’y rattache. C’est déjà une parole qui doit tous nous interpeller. Vivons-nous les réalités exposées ici ? Avons-nous expérimenté la repentance et le pardon en Jésus ? Vivons-nous toujours sous la culpabilité de nos fautes ? C’est à chacun de répondre bien sûr. Le Seigneur nous répète aujourd’hui à nouveau, comme il a dû le faire à maintes reprises avec ses disciples, que la repentance et la foi en lui, produit le pardon et la paix grâce à son sacrifice. Et ce, non seulement une première fois à notre conversion, mais aussi après cela chaque fois que nous faisons cette démarche suite à nos fautes. Quelle grâce extraordinaire ! Quel privilège énorme ! Comment peut-on résister à une telle grâce ? Que le Seigneur nous donne de vivre cette bénédiction au quotidien. Qu’il nous accorde de vivre pleinement dans cette paix, cette liberté que donne son pardon. 

Puis le Seigneur conclue cette explication leur adressant une seconde parole : « Vous êtes témoins de ces choses… » Il compte sur ses disciples, sur nous, pour témoigner de cela, pour le dire aux autres. Il compte sur nous pour que tous ceux qui n’ont pas connaissance de cette vérité, puissent l’entendre. Il ne parle pas ici de convertir qui que ce soit, mais de dire les choses, de les porter à la connaissance de tous. Nous avons tous dans notre entourage, dans nos connaissances, des personnes dans ce cas. Certaines même qui en ont eu connaissance mais qui résistent. Ne baissons jamais les bras pour eux. Mais aussi pensons, prions, aidons ceux qui font cette œuvre de témoins dans le monde, dans des lieux, auprès de personnes qui n’ont effectivement jamais entendu l’évangile. Hier à Marseille, en parlant avec un ancien collègue pasteur, il m’apprenait que son fils allait s’engager avec une mission pour porter l’évangile aux populations en Sibérie ! Chaque jour des milliers de témoins de part le monde partagent l’évangile avec ceux qui n’en ont aucune connaissance. Alors, si nous ne partons pas, si nous ne sommes pas appelés à cela, prions pour ceux qui le font. N’oublions pas de le faire aussi autour de nous lorsque les occasions se présentent.

Ce jour là, le Seigneur répète aussi à nouveau la promesse de l’Esprit. Promesse réalisée à la Pentecôte. Que de fois, pour nous aussi, le Seigneur a-t-il besoin de nous rappeler cette grâce ! Il nous a donné le Saint Esprit. Il est en nous. C’est une présence que l’on ne voit pas, mais dont on voit les effets, le fruit, à savoir, l’amour, la paix, la joie, la bonté, la patience… Réalisons tout à nouveau ce matin cette bénédiction de Dieu !

2°) « Pendant qu’il les bénissait… » Luc nous rapporte un détail merveilleux. Le Seigneur ne s’est pas séparé de ses disciples n’importe comment. Il a pris soin, une fois encore de les bénir. C’est la dernière image, le souvenir qu’il veut laisser de lui : un Seigneur qui bénit. C’est comme s’il leur disait à nouveau tout son amour, tout le bien qu’il pense d’eux, tout le bien qu’il leur souhaite. Dieu est le Dieu de toute bénédiction. C’est ainsi que le Seigneur agit aujourd’hui encore. De sa position glorieuse, de son pouvoir et de sa puissance, il est celui qui bénit sans cesse. Il nous dit et redit son amour, le bien qu’il veut pour tous ses disciples, pour toi, pour moi. Le Seigneur n’est pas indifférent, insouciant de ce que nous sommes, vivons. Cette bénédiction témoigne de toute son affection et de son souci pour ses disciples qu’il laisse dans le monde. C’est ce qu’il fait aujourd’hui encore avec nous tous.

3°) « Ils retournèrent à Jérusalem avec une grande joie… » Combien l’attitude des disciples est étonnante ici ? Voilà que Jésus vient de se séparer d’eux, ils se retrouvent seul. Jésus n’est plus là avec eux et ils réalisent sans doute qu’ils ne le reverront pas de si tôt ! Alors que jusque là, chaque fois que Jésus leur a parlé de cet instant de séparation, ils étaient en peine, ils avaient du mal à envisager leur vie sans Jésus, voilà qu’ils retournent à Jérusalem avec une grande joie. Que s’est-il passé ? Faut-il comprendre que le Seigneur leur ait ouvert l’esprit à ce moment là ? C’est ce que le texte suggère fortement. « Il leur ouvrit l’esprit… » Ce jour là, les disciples ont compris le sens du message de l’évangile et la réalité du royaume de Dieu. Jusque là, lorsque le Seigneur leur en parlait, ils avaient du mal à croire à la réalité d’une vie au-delà, à l’existence d’un autre monde. Ils étaient sans cesse à ramener les choses à cette vie. C’est le jour de l’ascension, face à ce Jésus qui est enlevé sous leurs yeux, qui disparaît dans les airs, qu’ils touchent du doigt qu’il y a bien quelque chose ailleurs, une autre vie un autre monde. Du coup, plutôt que de se lamenter de la séparation, ils se réjouissent et retournent à Jérusalem et vont louer Dieu dans le temple. C’est cette joie que le Seigneur nous invite à expérimenter nous aussi aujourd’hui et chaque jour. La joie de la réalité du royaume de Dieu, de l’existence d’une autre vie, d’un autre monde bien différent de celui-ci. Certes, tout n’est pas réjouissant autour de nous, et il nous faut aussi compatir à la misère de notre monde. Mais tout n’est pas là, il y a autre chose de bien meilleur qui est devant nous. Ayons alors nous aussi cette joie, joie qui nous pousse à nous réunir dans notre temple pour louer Dieu. A le faire sans se lasser, régulièrement, et ce, jusqu’à son retour. Louons Dieu pour cette vie, mais aussi pour celle à venir.

Conclusion : « Il leur ouvrit l’esprit… »

Que le Seigneur nous ouvre l’esprit, afin que nous comprenions nous aussi :

- La grâce du salut en Christ
- Dieu est le Dieu de toute bénédiction
- Le royaume de Dieu est une merveilleuse réalité pour nous qui croyons

Réjouissons-nous et que ce soit toujours avec une joie, un plaisir renouvelé que nous venions dans ce temple pour louer Dieu. 

Pasteur Joël Mikaélian
Dimanche 16/05/2010

 

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux