Accueil Messages du Culte Culte du dimanche 28 novembre 2010 - "Vous aussi, tenez-vous prêts…"
Culte du dimanche 28 novembre 2010 - "Vous aussi, tenez-vous prêts…" PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte
Esaïe. 2. 1 à 5 - Lire le passage
Rom. 13. 10 à 14 - Lire le passage
Matt. 24. 37 à 44 - Lire le passage

« Vous aussi, tenez-vous prêts… »

Les textes bibliques de ce 1er dimanche de l’Avent nous invitent à méditer sur le retour du Seigneur. Ils nous disent que l’histoire est faite de temps, d’époques qui avancent inexorablement et que généralement les hommes ont cette tendance à être seulement préoccupés par leur quotidien et leur lendemain. C’est souvent le cas aujourd’hui encore et même chez les chrétiens. Nous vivons comme si le but ultime de la vie est notre bien être quotidien et ceux du lendemain. Même les nouvelles modes de spiritualités chrétiennes vont aussi dans ce sens. « Se faire du bien, être bien… » Ce qui est tout à fait légitime. Mais si Jésus revenait aujourd’hui, serions-nous surpris comme les contemporains de la naissance de Jésus ?

1°) « Il arrivera dans la suite des temps… »

* Le prophète Esaïe voit loin, il voit même très loin puisqu’il nous est difficile de discerner ici les temps auxquels il fait référence. On pourrait penser à la naissance de Jésus, venu apporter le salut, inaugurer le temps de la grâce et du salut pour tous les peuples. Mais certains détails du texte nous mènent à penser qu’il s’agit d’un temps apparemment nouveau que le monde n’a pas encore connu. Certains y verront une allusion au fameux « Millénium », un temps de règne du Christ sur terre de 1000 ans. Temps de paix, de conversion, de recherche de Dieu. Temps de justice où le Seigneur règne. D’autres y verront une allusion symbolique au royaume de Dieu, royaume éternel de paix et de justice dans de nouveaux cieux et une nouvelle terre et non ici. Peut être ces trois événement s’entremêlent ici comme souvent dans les prophéties bibliques. Difficile de trancher tant de mystères demeurent à ce sujet ! Quoi qu’il en soit, cette prophétie nous annonce des temps à venir caractérisés par un profond changement de la nature humaine. Elle ouvre sous nos yeux, des perspectives nouvelles, rassurantes quant à la justice et la paix. Choses que nous avons de plus en plus de peine à voir aujourd’hui.

* L’histoire avance que nous le voulions ou pas. Entre nous et cette prophétie, des siècles sont passés. Des temps de joies et de bonheurs pour les uns, de souffrances pour les autres, au gré des dominations, des pouvoirs, des forces des uns et des autres. Entre-temps un événement a changé le cours de l’histoire, un événement qui s’inscrit dans la suite des temps, la naissance de Jésus, la venue du Fils de Dieu sur terre. Evénement extraordinaire qui a surpris les grands de ce monde, les rois et empereurs d’alors, les croyants, les autorités religieuses, et les habitants de Bethléem comme de Jérusalem. L’événement a surpris même et surtout ceux qui l’attendaient ! De quoi faire réfléchir les chrétiens que nous sommes, censés vivre en attendant le retour de Jésus. Retour qui s’inscrit dans la suite des temps aussi, retour promis et annonciateur de temps nouveaux, de nouveaux cieux, de nouvelle terre, d’éternité.

2°) « Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même… »

* Jésus lance le pavé dans la mare. En réponse à la question de ses disciples concernant son retour : « Dis-nous, quand cela arrivera-t-il, et quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde ? », Jésus évoque tout un tas de signes avant coureur de son retour. Puis il arrive à la question cruciale à savoir, le jour et l’heure. Hélas, les disciples auraient bien aimés avoir un scoop ! Mais non. Désolé leur dit Jésus : « Pour ce qui est du jour et de l’heure, personne ne le sait, ni les anges, ni le Fils, mais le Père seul ». Et Jésus de poursuivre en évoquant le temps de Noé et du déluge. Il en sera de même. La Bible ne nous dit pas grand-chose de ce temps si ce n’est que la terre était corrompue, pleine de violence, portée au mal. Jésus n’insiste pas sur les détails. Il fait référence à ce temps pour mettre l’accent sur le caractère inattendu et dramatique du déluge et de la fin de tout un monde. Il évoque ce temps pour marquer aussi le caractère irréversible du jugement dernier à son retour. « L’un sera pris, l’autre laissé… »

* Le retour du Christ et la fin du monde sont inscrit dans l’histoire et dans la suite des temps. Tout comme sa naissance s’est inscrite dans l’histoire de l’humanité, son retour est arrêté, décidé, ce n’est qu’une affaire de temps, de jours et d’heure. Mais ce qui le caractérise reste le mystère de la connaissance du jour et de l’heure. Ce qui le caractérise, ce sont aussi les conséquences dramatiques que ce retour engendrera : Un pris, l’autre laissé ! Un sur deux diront les « littéralistes », sans se rendre compte qu’en disant cela, ils se mettent à la place de Dieu. Dieu seul est juge et il juge non pas par rapport à un quota, ni sur les apparences mais selon le cœur de chacun, que lui seul connaît.

Le Seigneur insiste sur l’aspect inattendu de son retour par deux paraboles au message simple et évident.

* La première compare son retour à la venue d’un voleur. Généralement le voleur ne s’annonce pas. Et parce qu’il ne s’annonce pas le maître de la maison prend les dispositions nécessaires. Aujourd’hui nous dirons que nous fermons notre porte à clef chaque fois que nous nous absentons ou la nuit quand nous dormons. Si nous prenons cette précaution par rapport aux voleurs dit Jésus, faites de même pour mon retour.

* La seconde parabole, nous parle de deux serviteurs. L’un qui accomplit fidèlement son service en l’absence de son maître. Il fait simplement les choses demandées. Il obéit tout simplement à ce qui lui a été dit. L’autre se dit : « Mon maître tarde à venir… » et agit alors selon son bon plaisir. Il bat ses compagnons et profite de sa vie sans se soucier de ce que son maître lui a demandé. Il pense que peut être son maître ne reviendra pas. Ou bien, qu’il a encore le temps pour faire ce que son maître lui a dit. Il a du temps devant lui pour obéir ! Peut être se dit-il qu’il obéira lorsqu’il sentira le moment, ou les choses venir… « Insensé… », dit Jésus dans une autre parabole, « cette nuit même ton âme te sera redemandée… ». En d’autres termes, c’est aujourd’hui qu’il faut obéir car nul ne peut savoir à l’avance quand viendra la fin, quand viendra sa fin ! Peut -être ce soir ?

3°) « C’est pourquoi, vous aussi, tenez-vous prêts… »

* C’est en définitive la réponse de Jésus à la question de ses disciples. Notons qu’il s’adresse à eux directement et en premier lieu. Il ne s’adresse pas aux incroyants, même si en d’autres lieux et en d’autres termes il le fera aussi.

* « Tenez-vous prêts… », Comment ? Vivez en étant prêts à toute éventualité et en l’occurrence à l’éventualité de mon retour et de la fin du monde. C'est-à-dire plus concrètement, vivez en obéissant à ma parole, ne remettez pas au lendemain ce que je vous demande aujourd’hui. Ne remettez pas au lendemain ce que vous savez que j’attends de vous. Ce service dans l’église, cette participation aux réunions et à la vie de l’église, ce temps de communion avec moi par la lecture, la méditation, la prière, cet engagement, peut être même cette conversion que j’attends.

* « C’est l’heure de vous réveiller enfin du sommeil… », dira l’apôtre Paul en référence au retour de Jésus. Etre réveillé, ce n’est pas nécessairement s’agiter, c’est plutôt aimer son prochain, le plus proche comme le plus éloigné. C’est aimer, pardonner, apprécier, encourager, penser à l’autre comme on pense à soi. Etre réveillé, nous dit l’apôtre Paul, c’est vivre honnêtement, loin du mal, du péché, de la débauche, des querelles, des jalousies, des convoitises de la chair… Et ce à tout moment puisque nul ne sait ni le jour ni l’heure.

Conclusion : « Vous aussi, tenez-vous prêts… »

« Il arrivera dans la suite des temps… » un nouveau ciel et une nouvelle terre où la justice et la paix habiteront. Ce temps arrivera de façon aussi certaine que la naissance de Jésus, de façon inattendue, à la différence que ce ne sera plus un temps de grâce mais un temps de jugement. Comme du temps de Noé. Rendons grâce à Dieu pour la venue de Jésus et pour l’espérance de son retour.

« Ce qui arriva du temps de Noé… » N’oublions pas, ce retour sera soudain, comme un voleur, sans que l’on sache le moment.

« Tenez-vous prêts… », aujourd’hui, il est encore temps d’agir, de réagir, d’obéir, d’aimer, de pardonner, de se repentir, de servir, de participer, de vivre dans la sainteté, de rejeter le mal… Afin que lorsque le Seigneur reviendra, nous soyons dans la joie pour toujours.

Pasteur Joël Mikaélian
28/11/10

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux