Accueil Messages du Culte Culte du dimanche 12 décembre 2010 - "Es-tu celui qui devait venir ou devons-nous en attendre un autre…?"
Culte du dimanche 12 décembre 2010 - "Es-tu celui qui devait venir ou devons-nous en attendre un autre…?" PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte
Esaïe 30 v.1 à 11 - Lire le passage
Matthieu 11 v.2 à 11 - Lire le passage
Jacques 5 v.7 et 8 - Lire le passage

« Es-tu celui qui devait venir ou devons-nous en attendre un autre… ? »

Du fond de sa prison, Jean Baptiste s’interroge et interroge Jésus : « Es-tu le Messie » ? Alors que nous nous préparons à fêter Noël, la naissance de Jésus, nombreux sont ceux qui se posent encore la question et ont des doutes quant à la personne de Jésus. Certains refusent d’y croire et en attendent un autre. D’autres restent sceptiques ou n’y pensent pas du tout. Mais ne les condamnons pas si vite. Le chrétien aussi a ses instants de doutes, de questionnement lorsqu’il traverse des situations difficiles à l’image de Jean Baptiste. Il se peut que nous aussi parfois, du fond de nos « prisons », ou même pour certains en proie à de réelles persécutions, nous ayons des doutes, des questions concernant Jésus, son amour, sa bonté, sa grâce. Pour toute réponse, Jésus renvoi les disciples de Jean aux écrits des prophètes et à la réalité de ce qu’ils entendent et voient : « Racontez ce que vous entendez et ce que vous voyez… ». Quels sont les signes qui attestent que Jésus est bien le Messie ? Quel est le message du Seigneur pour nous ce matin ?


1°) « Que le pays désert et que la terre aride se réjouisseNT ! »

C’est bien la joie qui caractérise la venue du Messie. Les prophètes tels Esaïe et bien d’autres évoquent cette joie qui accompagnera la venue du Messie sur terre. Lorsque Jésus est né à Bethléem, il y avait des bergers dans les champs qui gardaient leurs troupeaux. Ceux-ci sont alors envahis d’une grande crainte lorsqu’un ange leur annonce la Naissance du Messie. Et l’ange de les rassurer immédiatement : « N’ayez pas peur, je vous annonce une nouvelle qui sera pour tout le peuple le sujet d’une très grande joie... ». La naissance de Jésus, c’est une grande joie pour tous. C’est bien ce que le prophète Esaïe annonce comme signe de la venue du Messie. Il emploie des termes forts : « Que la steppe jubile, … que sa joie éclate… qu’elle pousse des cris de joie… »

« Il viendra lui-même et vous sauvera. » dit Esaïe en parlant de Dieu. Le Messie est Dieu. Il vient lui-même sur terre pour sauver et non pour juger et condamner. C’est exactement ce que dira Jésus tout au long de sa vie. Ce sera même l’acte d’accusation principal qui le conduira à la croix. Comment un homme peut-il prétendre être Dieu ? C’est inconcevable et passible de la peine de mort. Mais Jésus n’en démordra pas. Il est bien venu d’ailleurs, il est homme mais aussi Dieu. Il est le Sauveur, c’est ce que les anges diront aux bergers.

« Retournez auprès de Jean et racontez-lui ce que vous entendez et voyez… » Jésus renvoie ses interlocuteurs à la prophétie d’Esaïe. « Ce jour là s’ouvriront les oreilles des sourds et les yeux des aveugles. Le boiteux bondira… le muet criera de joie…» Ce sont là tous les signes et les miracles que Jésus a accomplis devant une foule de témoins. Ce sont là des vérités que nul ne peut contester ! Jésus a accompli ces prophéties, c’est bien lui le Messie, le Sauveur, celui qui libère tous ceux qui croient, de la condamnation du péché et de la mort. C’est lui qui donne la vie éternelle, qui guérit, qui rétablit, restaure… « Heureux ceux qui croient ! » Réjouissons-nous, louons Dieu, poussons des cris de joie, et allons le dire aux autres !

2°) « Fortifiez les mains défaillantes, affermissez les genoux chancelants, à ceux qui sont troublés dites : Prenez courage, n’ayez aucune crainte… »

A l’évidence, le prophète n’est pas un doux rêveur. Il est conscient des difficultés de la vie car elles font partie de son expérience humaine aussi. Il sait les combats et les luttes des croyants. Il connaît les fatigues tant physiques que spirituelles, les limites de la nature humaine. Dieu aussi sait tout cela et en Jésus, le Messie, il en a fait l’expérience. Dans le jardin de Getsémané, Jésus a connu l’angoisse de la souffrance, sur la croix il a connu le sentiment d’abandon, de solitude extrême, l’incompréhension, et même la mort.

Alors Dieu adresse un message par la bouche du prophète. Un message fort à tous ceux qui passent par des moments d’épreuves, à tous ceux qui souffrent, qui sont traversés par le doute comme Jean Baptiste du fond de sa prison. Dieu envoie un message à tous ceux qui se sentent comme prisonnier de leurs situations difficiles. Qui doutent de l’amour, de la bonté, de la grâce de Dieu. « Fortifiez les mains défaillantes… Prenez courage, n’ayez pas peur… Votre Dieu va venir… » Il est plein de miséricorde. Il est venu sur terre. Il est là aujourd’hui présent par l’Esprit Saint qu’il a envoyé. Il viendra lui-même et vous sauvera. C’est ce qu’il a fait pour notre salut éternel. C’est ce qu’il fera aussi chaque jour pour ceux qui se confient en lui, pour ceux qui prient, qui ne se lassent pas… Pour toi aussi ce matin. « Prenez patience… » dit l’apôtre Jacques aux chrétiens, « Jusqu’à l’avènement de notre Seigneur. » Comme le laboureur qui doit attendre patiemment. Dieu a des projets merveilleux, au-delà de ce que nous pouvons penser ou imaginer.

3°) « Oui, ceux que l’Eternel aura libérés reviendronT… Un bonheur éternel couronnera leur tête. »

La prophétie d’Esaïe ne se limite pas au cadre de cette vie. Elle nous mène plus loin encore, plus loin que notre expérience humaine. Elle nous parle d’éternité, de bonheur éternel. Car même les plus belles choses que Dieu peut faire pour nous en ce monde auront une fin. Même les vies les plus heureuses, les expériences de la bonté de Dieu, ses bénédictions les plus merveilleuses ne sont pas éternelles.

Le prophète voit un chemin, une route appelée « Route sainte », réservée au peuple de Dieu. Un chemin pour tous ceux qui auront accepté le salut, la grâce de Dieu en Jésus. Tous ceux qui auront compris le sens de Noël et reconnu que Jésus est bien le Messie. Dieu venu lui-même nous sauver. Cette route est pour eux. C’est elle qui conduit au-delà de cette vie, jusque dans l’éternité, à ce bonheur éternel.

C’est là, nous dit le texte, « qu’ils auront en partage la joie et l’allégresse, tristesse et plaintes s’enfuiront. » C’est là qu’il n’y aura plus de mal, plus de souffrance, plus d’injustice, et la mort ne sera plus. C’est là seulement, dans cette dimension tout autre que sera le bonheur éternel. Jésus en parlera aussi en faisant référence à Jean Baptiste, pour montrer que cette vie, n’est pas comparable à celle qui est à venir.

A chacun d’emprunter ce chemin, cette route sainte, en croyant que Jésus est le Messie. Qu’il a expié toutes nos fautes sur la croix. Qu’il est ressuscité et retourné dans cette dimension éternelle et glorieuse. C’est de là qu’il viendra à nouveau un jour pour mettre un terme à ce monde, au mal, aux injustices. C’est de là qu’il viendra pour juger et rendre à chacun selon ses œuvres. Là encore,  l’apôtre Jacques nous dit : « Prenez patience, soyez plein de courage, car la venue du Seigneur est proche. » Et de nous rappeler de nous aimer les uns les autres afin de ne pas être condamnés.

Marchons sur ce chemin de la sainteté, de la sanctification avec persévérance, sans nous lasser, sans nous décourager de nos chutes et de nos fautes, comptant sur le pardon de Dieu. Marchons sur ce chemin, sans être découragés par nos difficultés, nos épreuves, nos soucis, toutes les contrariétés de la vie.

Conclusion :

« Es-tu celui qui devait venir ou devons-nous en attendre un autre… ? »

Jésus est bien celui qui devait venir, nous n’en attendons pas un autre, mais nous attendons son retour. Que notre attente soit joyeuse, courageuse et pleine de foi, sainte et pleine d’espérance.

Et que Noël soit pour nous aussi l’occasion de rappeler au monde qui est Jésus.
 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux