Accueil Messages du Culte Culte du dimanche 30 octobre 2011 - Quiconque s’élèvera sera abaissé, et quiconque s’abaissera sera élevé
Culte du dimanche 30 octobre 2011 - Quiconque s’élèvera sera abaissé, et quiconque s’abaissera sera élevé PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte
Es. 53. 1 à 5 / Phil. 2. 5 à 11 / Matth. 23. 1 à 12

« Quiconque s’élèvera sera abaissé, et quiconque s’abaissera sera élevé. »


Jésus enseigne ici un principe qui échappe à toute logique humaine. C’est un principe spirituel, divin, qui se démarque de façon radicale de tout fonctionnement normal et naturel. Le Christ nous encourage à nous abaisser pour être élevé. Et il met en garde ceux qui s’élèvent ou qui cherchent à s’élever, car ils seront abaissés. Comment comprendre cela ? Comment ce principe peut-il s’appliquer ? Dans quels domaines de la vie ? Peut-on prendre le risque d’appliquer ce principe dans notre monde fortement marqué par l’orgueil, la compétition et l’individualisme ? Que devons-nous recevoir de cet enseignement de Jésus ?

1°) « Jésus parlant à la foule… »

Tour d’abord, il est important de tenir compte de l’auteur de ce principe. Qui est celui qui parle ? Qui est celui qui enseigne ici ? C’est Jésus.

Celui qui enseigne ce principe, est quelqu’un qui l’a vécu et mis en pratique tout au long de sa vie. C’est ce principe que le Christ a mis en pratique de la façon la plus forte et la plus extrême. Il s’est appliqué ce principe d’abord à lui-même avant de l’enseigner aux autres. Dans l’épître aux Philippiens, l’apôtre Paul écrit au sujet du Christ : « Existant en forme de Dieu, il n’a point regardé son égalité avec Dieu comme une proie à arracher, mais il s’est dépouillé lui-même en prenant la forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; et il a paru comme un vrai homme, il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux et sur la terre, et que toute langue confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père » (Phil. 2. 6 à 11)

Celui qui parle et qui nous enseigne, qui nous indique un principe étonnant à vivre, c’est Jésus, le Christ qui l’a appliqué à sa personne. Il a expérimenté pleinement ce mouvement qui va de l’humilité la plus profonde à la gloire la plus immense.

De plus, en ce qui concerne son expérience, celle-ci a été vécue volontairement et par amour, pour nous sauver. Pour sauver les hommes de la condamnation éternelle, due à leurs fautes et à leurs péchés. Comme le prophète Esaïe l’a écrit bien avant sa naissance : « C’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris… » c'est-à-dire sauvés.

Celui qui nous parle, c’est le Christ, en qui nous avons la grâce du pardon de nos fautes et la vie éternelle. Acceptons-le, si nous ne l’avons pas encore acceptés, et adorons-le.

2°) « Ils disent et ne font pas… »

A l’inverse, ceux que Jésus pointe du doigt ici, ont justement la particularité de ne pas faire ce qu’ils disent. C'est-à-dire de vivre une sorte de schizophrénie spirituelle.

Les scribes et les pharisiens appartenaient à l’époque à une catégorie sociale privilégiée. Ces hommes avaient le privilège et la lourde responsabilité d’étudier la loi de Dieu, celle que Dieu avait donné à Moïse, pour la mettre en pratique et pour l’enseigner au peuple. Cette loi, fondée sur les fameux dix commandements, que tout le monde connaît (Exode 20), Jésus l’a résumé en deux phrases : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ta pensée, et ton prochain comme toi-même. » Et Jésus de dire ici, que les scribes et les pharisiens ont bien compris cette loi et ses conséquences. Ils l’enseignent bien. Ce qu’ils disent est juste. Ils sont fidèles, mais commettent deux erreurs :

- La première, « ils disent et ne font pas », ils ont oublié que dans le domaine spirituel, l’enseignement va de pair avec la vie, la pratique. Le dire et le faire sont intimement liés. L’un ne va pas sans l’autre au risque de se discréditer, au risque de ne représenter que de l’hypocrisie aux yeux de Dieu.

- La seconde erreur, plus subtile que Jésus discerne concerne les motivations. Pourquoi assurent-ils cette fonction ? Pour le bien d’autrui, le bien de la société ? Assurément non ! C’est pour être vus, admirés, appréciés, honorés. Pour être remarqués. A ce titre, ils en rajoutent même un peu puisque Jésus dit qu’ils portent de larges phylactères où étaient contenus des portions écrites de la loi, de longues franges à leurs vêtements, témoins de leur piété. Ils en montrent plus que la normale. Tout est dans l’apparence alors qu’à l’intérieur, Jésus discerne qu’ils en sont loin ! Ils sont seulement motivés par l’orgueil, le désir d’être remarqués, de donner une autre image d’eux-mêmes. C’est l’orgueil qui est la principale source de leur motivation.

Plus grave encore, ils prennent la place de Dieu le Père et du Christ. C’est ce que Jésus dénonce vigoureusement : de l’hypocrisie associée à l’orgueil. C’est là que Jésus rappelle un proverbe connu : « Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles ».

Ce qui nous ramène à nous-mêmes, à nos propres comportements et motivations spirituelles en temps que chrétiens. « Ils disent et ne font pas ». Y a-t-il des décalages entre ce que nous disons et ce que nous vivons ou faisons ? Sommes-nous des schizophrènes spirituels ? Le danger est bien réel ! Nous avons besoin d’être sans cesse rappelés à l’ordre dans ce domaine aujourd’hui encore dans nos églises.

De même, posons-nous la question de nos motivations ? Celle de l’orgueil qui peut nous animer les uns et les autres ? De ce regard que nous portons sur les autres ? Ces autres qui ne sont ni plus ni moins que nos sœurs et frères en Christ, enfants d’un même Père, serviteurs et témoins d’un même maître, le Christ ! Que dire de l’esprit de compétition et de l’orgueil spirituel qui peut facilement nous animer les uns et les autres dans l’œuvre de Dieu ? « Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles ».

3°) « Quiconque s’élèvera sera abaissé, et quiconque s’abaissera sera élevé. »

Comment fonctionne ce principe spirituel ? Est-ce qu’il fonctionne ? Et dans quels domaines ?

Tout d’abord, bien sûr, ce principe fonctionne dans le domaine de la vie chrétienne, de notre vie spirituelle. Il fait appel à une force surnaturelle, à une intervention divine. C’est Dieu qui résiste aux orgueilleux et qui fait grâce aux humbles. C’est de son intervention qu’il est question ici. L’apôtre Pierre encourage les chrétiens dans ce sens. Il leur écrit au sujet des relations humaines au sein de l’église : « Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu’il vous élève au temps convenable ». (1 Pier. 5. 6) Le principe que Jésus enseigne fonctionne par une intervention surnaturelle de Dieu lui-même. Il le fait au temps convenable, c'est-à-dire que c’est lui qui garde la maîtrise du temps. Il le fait comme il veut et quand il le veut, au bon moment. C’est pour nous une question de confiance.

Ce principe fonctionne aussi dans tous les domaines de la vie. L’histoire en est témoin. « Dieu résiste aux orgueilleux… » ! Que de rois, de dictateurs, d’hommes se prenant pour Dieu n’ont-ils pas eu une fin déplorable, et d’autres n’ont-ils été humiliés ! L’histoire récente en est la preuve. L’orgueil de la vie n’a jamais le dernier mot.

A l’inverse, que d’hommes humbles, croyants honnêtes et sincères, n’ont-ils été honorés et ont-ils contribué au bien de l’humanité !

Le chemin de Dieu, le chemin de la gloire céleste, est un chemin d’humilité et de communion intime avec Dieu. C’est là que nous sommes transformés de gloire en gloire par l’Esprit Saint et que notre vocation de témoin du Christ prend toute sa place et toute sa force. Lorsque nous nous tenons en sa présence comme ses créatures.

Soyons donc de ces témoins, de ceux qui font le bien qu’ils disent, qui aiment de l’amour dont ils parlent, qui vivent l’enseignement qu’ils ont reçu du Christ au quotidien.

L’élévation, la reconnaissance, tout ceci est du domaine de Dieu, c’est ce qui le concerne. Ayons confiance en sa sagesse et en sa bonté. Sachant nous seront un jour dans sa gloire, si nous persévérons sur ce chemin.

« Quiconque s’élèvera sera abaissé, et quiconque s’abaissera sera élevé. »

Pasteur Joël Mikaélian
30/10/11


 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux