Accueil Messages du Culte Culte du dimanche 1er janvier 2012 - Le huitième jour, on lui donna le nom de Jésus
Culte du dimanche 1er janvier 2012 - Le huitième jour, on lui donna le nom de Jésus PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte
Nombres 6. 22 à 27 / Gal. 4. 4 à 7 / Luc 2. 16 à 21

« Le huitième jour… on lui donna le nom de Jésus… »


C’est avec beaucoup de scrupules et d’humilité que Marie et Joseph accomplissent ce qui est prescrit par la loi de Moïse. Ils viennent de vivre un grand miracle. Ils ont entendu des paroles merveilleuses au sujet de leur enfant et pourtant, ils obéissent simplement à la loi. Huit jours après sa naissance, ils vont circoncire l’enfant et lui donner le nom que l’ange leur a indiqué : Jésus, qui signifie « Jéhovah est sauveur », Dieu est sauveur. Jésus s’inscrit dans l’humanité, il entre dans l’alliance comme s’il était un simple homme. Il s’inscrit aussi comme nous dans le temps, les jours et les années qui passent. Lui, être éternel, va se soumettre au temps et connaître pleinement notre condition humaine.

Les textes que nous avons lus ce matin nous invitent à considérer trois aspects de la personne de Dieu que je vous invite à méditer ce matin : Dieu, est un Dieu qui bénit, qui étonne et qui sauve.

1°) Un Dieu qui bénit :

La loi de Moïse ne comporte pas seulement des exigences, elle est aussi pleine de promesses et de bénédictions venant de Dieu. Parmi toutes les formules de bénédiction de la Bible, celle que nous trouvons dans le livre des Nombres, est une des plus courtes et des plus profondes : « Que l’Eternel te bénisse et qu’il te garde ! Que l’Eternel fasse luire sa face sur toi et qu’il t’accorde sa grâce ! Que l’Eternel tourne sa face vers toi, et qu’il te donne la paix ! » (Nom. 6. 22 à 27). Cette formule de bénédiction pourrait constituer les meilleurs vœux que nous pourrions nous faire en ce début d’année. Quoi de mieux et de plus beau que de souhaiter que Dieu nous fasse du bien et qu’il nous garde. Qu’il fasse luire sa face sur nous, qu’il éclaire notre chemin, qu’il éclaire notre vie et qu’il nous fasse grâce de tous nos péchés, de nos manquements, de nos mauvaises pensées, de nos mauvaises paroles, de nos désobéissances. Qu’il nous remplisse de sa présence, de l’Esprit Saint afin que nous soyons toujours plus rayonnants de son amour, de sa bonté, de sa compassion, de sa pureté. Souhaiter que Dieu tourne sa face vers nous, qu’il nous soit favorable, qu’il nous accorde sa faveur, qu’il ait un regard bienveillant sur nous. Qu’il nous donne la paix, la paix intérieure, dans nos cœurs, la paix avec nos proches, nos prochains. Voilà les meilleurs vœux que nous pourrions nous souhaiter ce matin.

C’est tout ce que Dieu souhaite aussi pour ses enfants, ce qu’il souhaite pour toi, pour chacun d’entre nous. C’est son engagement envers nous au travers de ceux qu’il a choisis pour son service. C’est à eux qu’il demande de bénir ses enfants, puis il termine en disant : «… et je les bénirai ». Soyons assurés que Dieu tiendra toujours ses promesses quelles que soient les circonstances de nos vies et du monde. Dieu est un Dieu qui bénit, le Dieu de toute bénédiction dira l’apôtre Paul.

2°) Un Dieu qui étonne :

Tout au long de la Bible, Dieu se révèle comme un Dieu qui étonne, qui ne suit pas toujours des voies conformes à nos raisonnements logiques. Il n’agit pas toujours comme nous le pensons. Il ne voit pas les choses comme nous les voyons. Ce qui paraît bien et sage à nos yeux ne l’est pas toujours pour lui. Ainsi il reprendra Abraham et Sarah qui doutaient qu’ils auraient un enfant alors qu’ils étaient vieux : «Y a-t-il rien qui soit étonnant de la part de l’Eternel ? ». Etonnant ce Dieu qui attend 25 ans pour accomplir sa promesse à Abraham ! Ne pouvait-il pas le faire avant ? Si Dieu étonne le père des croyants, il est normal qu’il puisse nous étonner aussi parfois. Croyons aussi qu’il a bien de bonnes choses en réserve pour nous.

Dieu étonne également beaucoup de gens à la naissance de Jésus. Il emploie des moyens surprenants pour faire naître le Christ dans le monde, des circonstances hors du commun. Nous connaissons tous l’histoire invraisemblable de Marie, Joseph et Jésus. Une naissance surnaturelle mais à la fois naturelle. Des anges comme messagers, mais aussi des bergers. Pourquoi un enfant ? Pourquoi pas un Christ qui descend du ciel déjà adulte ? L’apôtre Paul nous donne quelques indications à ce sujet dans l’épître aux Galates. Il fallait que les choses se passent ainsi afin que le Christ puisse racheter, sauver les humains. La naissance de Jésus et son œuvre continuent d’étonner les hommes aujourd’hui encore au point que beaucoup ont du mal à y croire. Et pourtant, c’est la vérité !

Marie, elle, n’est plus étonnée. Elle garde et repasse toutes ces choses dans son cœur. Littéralement, elle médite ces choses. Et elle nous invite à les méditer ce matin. Dieu est un Dieu étonnant. Ses voies ne sont pas nos voies. Ses façons de voir et d’agir ne sont pas les nôtres. Ses pensées ne sont pas les nôtres. Sa sagesse est infinie alors que la nôtre reste bien limitée. Faisons-lui confiance lorsque les choses ne vont pas comme nous le voudrions. Lorsque nous avons du mal à comprendre ce qui nous arrive, ce qui se passe, ce que Dieu permet. Surtout parce que Dieu étonne toujours en bien. Ses voies, même les plus surprenantes, s’avèrent toujours bonnes dans le temps. Ce qui requiert de notre part, patience, confiance, fidélité, obéissance. Bien des choses nous attendent dans cette nouvelle année qui commence. De bonnes choses, comme aussi peut-être des situations et des temps difficiles. Mais n’oublions jamais que Dieu saura toujours nous étonner en bien, nous émerveiller et nous soutenir de façon inattendue dans nos difficultés.

3°) Un Dieu qui sauve :

C’est Jésus qui porte ce nom, ce nom qui lui a été donné au huitième jour selon la tradition de son peuple. L’ange l’avait dit à Joseph : « Tu lui donneras le nom de Jésus ; c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés ». On ne peut être plus clair sur la volonté de Dieu et sur la mission de Jésus. Nous connaissons bien cette parole de Jésus dans l’évangile de Jean : « Dieu n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui ». Jésus élargit sa mission au monde entier. Nous sommes encore aujourd’hui dans le temps de la grâce. C’est l’année de grâce 2012. C’est encore le temps du salut. Il est encore temps de se convertir, de croire, de se tourner vers Dieu. Il est encore temps de se repentir de ses péchés et de recevoir le pardon total et parfait en Jésus. Il est encore temps de naître de nouveau et de devenir réellement chrétien, enfant de Dieu. Le Christ a tout accompli sur la croix. Il sauve des péchés, il les efface, il annule la condamnation pour tous ceux qui croient en lui. Par Lui, Dieu devient notre Père. Grâce à son œuvre, Dieu a envoyé L’Esprit Saint dans les cœurs de tous ceux qui croient. Et nous pouvons dire à Dieu : « Père, papa » ! Par Jésus, nous devenons des fils, des héritiers du royaume de Dieu.

Il est encore temps d’accepter et de vivre dans cette grâce. Un jour il sera trop tard. Les années qui passent nous montrent qu’un jour viendra la fin et que chaque année, chaque jour nous rapproche de ce temps. « Le Seigneur ne tarde pas dans l’accomplissement de sa promesse… mais il use de patience envers vous, ne voulant pas qu’aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance. » (2 Pier. 3. 9)

Jésus, Dieu est sauveur. Pour nous qui avons accepté ce salut, réjouissons-nous de tous ces privilèges que nous avons en Jésus. Du pardon, de sa présence par l’Esprit Saint, de ses dons, de la vie éternelle, de ce que nous pouvons appeler Dieu « Papa » et développer une telle relation avec Lui.

Conclusion :

« Le huitième jour… on lui donna le nom de Jésus… »

Une année s’est encore écoulée, année de grâce, signe de la bonté et de la fidélité de Dieu : signe de la bonté de Dieu pour toutes les bénédictions reçues, signe de sa fidélité pour tout le soutien accordé dans les moments d’épreuves que nous avons traversés.

Une nouvelle année s’ouvre devant nous. C’est une année que Dieu veut bénir. Sa bénédiction constitue les meilleurs vœux que nous pourrions recevoir. Recevons-les ce matin avec joie et reconnaissance, et soyons sûr que Dieu bénira cette année, comme chaque jour de nos vies si nous remettons toutes choses entre ses mains.

Restons confiants également dans la sagesse et la bonté de Dieu, quelles que soient les circonstances de nos vies. Dieu sera toujours étonnant même pour les croyants que nous sommes. Nous ne comprendrons pas toujours tout ce qui se passera. Mais Lui maitrisera toujours parfaitement toutes les situations. Il a de bonnes choses en réserve pour ses enfants, n’en doutons pas.

Réjouissons-nous du salut en Jésus et de toutes ses conséquences pour nous. Et si nous n’en avons pas encore fait l’expérience, ouvrons nos cœurs à l’action de son Esprit.  

Prions pour le monde et pour tous ceux qui en ont besoin autour de nous et dans le monde.

Consacrons-lui tout à nouveau nos vies en ce début d’année, afin de le servir, d’être utile pour sa gloire et pour son royaume qui vient.

1/01/12
Pasteur Joël Mikaélian

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux