Accueil Messages du Culte Culte du dimanche 05 mai 2013 - « Je vous donne ma paix… »
Culte du dimanche 05 mai 2013 - « Je vous donne ma paix… » PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte

Jean 14. 23 à 29

« Je vous donne ma paix… »

« Seigneur, d’où vient que tu te feras connaître à nous et non au monde ? ».

C ’est en ces termes que Jude, un des disciples interroge Jésus. En quelque sorte, il se demande pourquoi et comment Dieu se ferait connaître à certains et pas à d’autres ? Dieu ferait-il de la discrimination ? Cela paraît impensable à la lumière des paroles de Jésus lui-même. Dieu aime tout le monde, il veut que tous les hommes soient sauvés et accèdent à l’éternité. Alors pourquoi Jésus semble faire une distinction lorsqu’il parle du Saint Esprit et de cette connaissance réservée à certains et non pas à tous ? Y aurait-il là une forme d’injustice ? Que dit Jésus dans sa réponse ? Ecoutons-le.

1°) « Si quelqu’un m’aime… »

Jésus commence par relier cette connaissance à l’amour qu’il attend de chacun. Il précise également ce qu’aimer veut dire pour lui. Aimer le Christ, répondre à son amour, ce n’est pas seulement le lui dire. Ce n’est pas seulement éprouver de bons sentiments à son égard. Aimer le Jésus, c’est avant tout garder sa parole. Ce qui signifie, respecter, lire, méditer, réfléchir à partir de cette parole. Cela veut dire aussi la mettre en pratique, obéir à ce qu’elle nous dit pour notre vie quotidienne. Aimer le Christ, c’est discerner sa volonté pour notre vie en fonction de cette parole. C’est un exercice quotidien de réflexion, de prière, c’est une communion. C’est de cette volonté, de ce désir de communion, de ce temps de méditation des textes bibliques, que l’amour de Dieu peut nous atteindre et imprégner toute notre.

Certes, l’exercice n’est pas toujours simple. Beaucoup d’obstacles viennent sans cesse empêcher ou perturber ceux qui veulent vivre cette communion. Il y a toutes les contraintes de temps, nos dispositions qui ne sont pas toujours favorables, comme les circonstances. Il y a aussi le mal, le péché sous toutes ses formes qui vient brouiller notre rapport au texte biblique. Il y a parfois, nos fatigues, nos découragements ; les silences de Dieu qui nous questionnent. Il y a les épreuves de la vie, les craintes et les peurs lorsque l’avenir est incertain. Il y a aussi toute la difficulté de comprendre le message des textes qui ne sont pas toujours accessibles. Sans parler d’histoires plus ou moins bizarres que nous pouvons trouver dans la Bible.

Mais Jésus rassure ses disciples et nous rassure aussi. Il nous dit que quelque chose de miraculeux se produit lorsque nous croyons et ouvrons nos cœurs au Seigneur, lorsque nous devenons chrétiens. La conversion est comme une nouvelle naissance spirituelle. « Si un homme ne nait d’eau et d’Esprit, il ne peut voir le royaume de Dieu » disait Jésus en référence à la conversion et au baptême. La première fois que nous demandons pardon à Dieu pour nos péchés et que nous croyons qu’il nous pardonne en Jésus Christ, quelque chose de miraculeux se produit. Le Père et le Fils viennent faire leur demeure en nous par l’Esprit Saint. C’est lui qui vient faire de nous des enfants de Dieu. C’est un Esprit d’adoption qui nous pousse à appeler Dieu « Papa » ! C’est tout ce qui fait la différence entre celui qui croit et celui qui ne croit pas. C’est l’Esprit Saint qui fait la différence et qui permet à celui qui croit de connaître Dieu. Sans la foi, il est impossible de recevoir l’Esprit saint et d’entrer sur ce chemin de la connaissance de Dieu. C’est avec lui que la connaissance n’est plus seulement connaissance intellectuelle, mais aussi connaissance spirituelle. C'est-à-dire une connaissance qui intègre la foi, la confiance face à la parole de Dieu, même lorsqu’elle nous paraît humainement déraisonnable. La connaissance spirituelle s’incline devant les mystères de la Parole de Dieu, devant les choses ou situations humainement incompréhensibles. Elle ne s’enfle pas d’orgueil car elle accepte de ne pas tout savoir, de ne pas tout comprendre, de ne pas avoir réponse à tout. Elle est communion avec Dieu. Tout homme peut y accéder, mais seulement par la foi. D’où la distinction que fait Jésus lorsqu’il parle de l’Esprit Saint et de la connaissance qu’il apporte à celui qui le reçoit.

2°) « L’Esprit Saint… vous enseignera toutes choses… »

L’Esprit Saint est le consolateur, l’avocat, le soutien… Mais aussi l’enseignant nous dit Jésus. Comment nous enseigne-t-il ? Que nous révèle-t-il ?

Dieu n’est pas limité dans ses moyens de communications. Il s’est révélé et se révèle de différentes façons dans l’histoire des hommes. Il le fait par la création, la nature qui nous entoure. Par exemple, la nature nous enseigne sur la puissance de Dieu, sur sa bonté, sur l’espérance. Chaque année, le printemps est là pour nous enseigner sur la force de la vie qui vient de Dieu. Comment des choses en apparence mortes reprennent vie, des arbres secs reverdissent, des graines donnent des plantes, des fleurs… ? C’est surnaturel ! Quelle belle révélation de Dieu ! Dieu se révèle aussi parfois par des songes, des visions. Il se révèle surtout et en permanence par sa Parole, en Jésus, la parole faite chair. Tout ce que Jésus a fait et dit constituent l’essentiel du message que Dieu a adressé aux hommes. Et c’est le Saint Esprit qui nous le rappelle et nous aide à le comprendre. Jésus le dit lui-même : « Il vous rappellera tout ce que je vous ai dit ». La mission du Saint Esprit n’est pas de nous révéler de nouvelles choses ou des choses différentes comme certains on tendance à penser parfois. Car tout a été dit en Jésus Christ. La mission du saint Esprit est de nous rappeler le message du Christ. Il nous éclaire, nous fait comprendre. Il rafraîchit notre mémoire. C’est en lui et c’est de lui que nous devons nous laisser enseigner. D’où l’importance de la lecture, de la méditation, de l’écoute du texte et de ce que l’Esprit nous dit par le texte. Ce qu’il peut nous dire aussi par la nature, les circonstances, ou par ceux qui nous entourent. C’est ainsi que chacun peut discerner, vivre dans les projets de Dieu et s’épanouir.

3°) « Je vous donne ma paix… »

Ce soir là, au cours du dernier repas qu’il a pris avec ses disciples, Jésus a insisté sur plusieurs choses qui sont autant de messages qu’il nous adresse aujourd’hui encore.

Il leur a parlé d’humilité et de service en leur lavant les pieds. C’est un exemple, leur dit-il, afin que vous fassiez de même.

Il leur a parlé de l’amour qu’ils devaient avoir les uns pour les autres. Il les a encouragé à s’aimer mutuellement de l’amour dont il les a aimés.

Il les a rassurés sur l’avenir. Il leur a assuré qu’il préparait une place pour eux dans le royaume de Dieu.

Il les a encouragés à prier, à demander.

Il les a invités à l’aimer, à garder sa parole, à obéir.

Il les a assurés qu’ils ne seraient jamais seuls, que le Saint Esprit serait toujours là à leur côté.

Puis il a prié pour eux et pour tous ceux qui croiront en lui.

Ce soir là, il leur a donné aussi sa paix. C’est cette paix qu’il veut nous donner aujourd’hui encore : paix avec Dieu par le pardon de nos fautes, paix intérieure face à l’avenir et aux incertitudes par la présence de son Esprit. Il connait tous nos lendemains. Il prendra toujours soin de ceux qui lui font confiance. C’est cette paix qu’il nous donne. Elle est fondée sur le pardon, sur son amour infinie, sur sa toute puissance et sur le royaume qu’il a préparé pour nous.

Recevons cette paix au sein de nos incertitudes, de nos craintes, de nos questions et de nos doutes.

Partageons cette paix autour de nous. Le monde en a tant besoin. Que l’Eglise soit ce lieu de paix, de la paix de Dieu. Vivons en paix les uns avec les autres et accueillons-nous les uns les autres dans sa paix. Soyons des artisans de la paix du Christ, par le pardon, l’amour et le soutien mutuel.

Conclusion : « Je vous donne ma paix… »

Que notre réponse à l’amour de Dieu soit obéissance à sa Parole.

Que notre recherche et notre connaissance de Dieu soit pleine de foi, animée et éclairée par le Saint Esprit. Quelle soit communion avec Dieu.

Recevons sa paix. Ayons confiance quelles que soient les circonstances de nos vies et partageons cette paix avec ceux qui nous entourent.

Pasteur Joël Mikaélian - 5/05/13

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux