Accueil Messages du Culte Culte du dimanche 15 décembre 2013 - «Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? »
Culte du dimanche 15 décembre 2013 - «Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? » PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte

Es. 35. 1 à 6 et 10 / Mat. 11. 2 à 11 / Jacq. 5. 7 à 10

« Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? »

C’est aujourd’hui le 3ème dimanche de l’Avent, de ce temps d’attente qui nous prépare à célébrer Noël, la fête qui nous rappelle la naissance de Jésus. L’Avent est un temps favorable pour faire un retour sur nous-mêmes. C’est, par exemple, donner une attention toute particulière aux propos de Jean Baptiste, de son message qui invitait alors le peuple à se préparer à la naissance du Christ : « Aplanissez le chemin du Seigneur, rendez droit ses sentiers… ». C'est-à-dire, venez, revenez vers Dieu ! Mais ce temps de l’Avent nous rappelle aussi que quelqu’un vient. Quelqu’un qui est déjà venu, Jésus le Christ. Il vient, il est là ce matin, par l’Esprit Saint. Dieu est là contre toute apparence où que nous soyons. Sa présence demande notre foi. Il est là ce matin, présence discrète, humble, sensible et respectueuse de la liberté de chacun. Présence qui veut nous dire et nous redire tout l’amour qu’il porte envers chacun d’entre nous, qui que nous soyons. Ouvrons nos cœurs et laissons-nous interpeler par sa parole, sa voix, celle de l’Esprit Saint.

 

 

1°) « Voici votre Dieu… Il vient lui-même vous sauver ».

Le prophète Esaïe exulte en annonçant la venue du Messie : « Que la terre se réjouisse… qu’elle saute et danse et crie de joie… on verra la gloire du Seigneur…». Esaïe vit pleinement dans cette attente alors que plusieurs siècles le séparent de cette naissance. Il est dans l’espérance de quelque chose qu’il ne verra pas. Mais cela ne l’empêche pas de se réjouir et d’encourager son peuple qui vit des temps troublés en exil à Babylone. Il les encourage par la parole qu’il reçoit de Dieu, parole que Dieu veut à nouveau faire résonner en nous ce matin : « Rendez fortes les mains fatiguées… les genoux chancelants… Dites à ceux qui s’affolent : Soyez forts… Voici votre Dieu… Il vient… Les yeux des aveugles verront… Le boiteux bondira… La bouche du muet criera de joie… Allégresse et joie viendront… Tristesse et plainte s’enfuiront ». Tout ceci se réalisera pleinement en Jésus, le Christ, le Messie. Que de choses grandioses et merveilleuses que Jésus a accomplies en son temps !

Face à de telles promesses, il n’est pas étonnant alors que beaucoup aient eu des doutes lors de la naissance de Jésus, et que plusieurs en aient encore ! Car voici qu’au lieu d’un déferlement d’événements extraordinaires, de miracles immédiats, ce n’est qu’un nouveau-né parmi tant d’autres qui apparaît, qui plus est dans une étable, à la campagne. Pas étonnant que certains aient pu dire et penser alors : « Est-ce bien Lui le Messie ? Ce n’est que ça ? Un enfant comme les autres ? »

Il n’est pas étonnant aussi que Jean Baptiste lui-même, du fond de sa prison, se soit interrogé : « Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? » Jésus est-il vraiment le Christ ? Les prophéties sont-elles accomplies ? Alors pourquoi suis-je en prison ? J’ai fait tout ce qu’il fallait, j’ai préparé le chemin du Seigneur, je me suis consacré à Dieu, j’ai renoncé à vivre pour moi… Pourquoi la prison, cette injustice, qu’ai-je fait pour mériter cela ? Tant de questions le traversent, comme tant de questions ont dû traverser le cœur de Nelson Mandéla dans sa prison, comme tant de questions doivent traverser les cœurs de tous les chrétiens persécutés, éprouvés… Jésus est-il bien le Christ ? Ses paroles, son sacrifice à la croix, ont-ils réellement la valeur que les évangiles nous disent ? Dieu est-il vraiment là ce matin ou est-ce une simple vue de l’esprit, une belle histoire pour émerveiller les enfants ?

« Voici votre Dieu… il vient lui-même vous sauver». Oui, Dieu est bien là. Dieu est là dans l’ordinaire de nos rencontres, dans nos modestes rassemblements, dans l’ordinaire de nos vies. Il est là, tel l’enfant de la crèche, discret. Il peut passer inaperçu pour beaucoup, comme cela l’a été à sa naissance. Sa présence peut même gêner. Elle peut laisser indifférent comme cela l’a été pour certains à sa naissance. Oui Dieu est là aussi dans nos épreuves, nos prisons, nos questionnements.

« Voici votre Dieu… » Il est là, plein d’amour, de douceur, de compassion. Il est là, rempli de force car depuis sa mort et sa résurrection tout pouvoir lui a été donné dans le ciel et sur la terre. Il est là près de toi pour te soutenir, t’encourager à ne pas baisser les bras dans tes difficultés. Il est là pour te remplir de joie, joie de Dieu et non des hommes ; joie de se savoir aimés de lui, pardonnés de nos fautes. Joie de savoir que tout est toujours possible pour celui qui croit en lui. Ses œuvres sont grandes, ses pouvoirs immenses, sa force et sa sagesse sont extraordinaires, son amour est éternel. Sa grâce du salut est un cadeau à recevoir simplement avec foi. A nous de croire !

2°) « Soyez donc patients jusqu’à l’avènement du Seigneur… »

Ce temps de l’Avent est un temps de retour sur soi, un temps de conversion, un temps de consécration, mais aussi un temps de vigilance car son retour est proche. C’est dans cette perspective, que l’épître de Jacques nous invite à la patience et à la fidélité. « Soyez donc patients… » Dans les épreuves, dans vos attentes, « voyez le cultivateur : il attend le fruit précieux de la terre sans s’impatienter… ». Il attend la pluie, il attend que ça pousse, il attend sans se lasser. Il attend avec espérance car il sait que ça finira bien par pousser. Alors, « Vous aussi, soyez patients… vous avez entendu parler de la patience de Job… le Seigneur est plein de miséricorde et de compassion…» Dit Jacques. Les promesses de Dieu se réaliseront toujours. Dieu n’est pas tributaire du temps, il est éternel. Parfois il prend son temps pour réaliser ses promesses, mais il le fera toujours. Cela viendra, ne nous désespérons pas, la foi est le meilleur remède au désespoir. Dieu a laissé passer des siècles avant de réaliser la promesse de la venue du Messie faite à Esaïe. Mais il l’a fait ! Alors oui, nous pouvons recevoir nous aussi ces paroles ce matin : « Rendez fortes les mains fatiguées… les genoux chancelants… Dites à ceux qui s’affolent : Soyez forts… Voici votre Dieu… Il vient… Les yeux des aveugles verront… Le boiteux bondira… La bouche du muet criera de joie… Allégresse et joie viendront… Tristesse et plainte s’enfuiront ».

3°) « L’avènement du Seigneur est proche…. »

La période de l’Avent nous rappelle également que Jésus a promis de revenir un jour avec gloire pour juger le monde et chaque être humain. C’est ce qu’il a dit à ses disciples la veille de son arrestation : « Je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi… ». C’est sa promesse. Des siècles se sont encore écoulés depuis, le monde semble avoir oublié ou refoulé cette vérité. Et pourtant, rien n’empêchera ce retour, comme rien n’a pu empêcher sa naissance. Ce jour là, tout œil le verra, tous les morts ressusciteront, tout le monde le verra. Nous le verrons tous. Ce sera un événement glorieux, mondial, tout à la fois heureux et douloureux. Car certains seront pris, d’autres pas !

Ne prenons pas le risque d’être surpris, dépassé, désolé ce jour là, de n’avoir pas cru ! Que nul ici un jour ne puisse dire : « C’était donc vrai, si j’avais su… ! ».

Conclusion :

« Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? »

Jésus est bien celui qui devait venir. C’est à nous aussi de croire en Lui et de vivre dans l’attente de son retour en gloire. Vivre avec foi, confiance, courage, persévérance, patience, et être témoins de cette bonne nouvelle : « Voici votre Dieu… Il vient lui-même vous sauver ». C’est ce qu’il a fait en Jésus. Que son nom soit loué.

Pasteur Joël Mikaélian 15/12/13

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux