Accueil Messages du Culte Culte du dimanche 13 avril 2014 - « Voici ton Roi vient à toi… »
Culte du dimanche 13 avril 2014 - « Voici ton Roi vient à toi… » PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte

Es. 50. 4 à 9 / Phil. 2. 5 à 11 / Matth. 20. 29 à 21. 11

« Voici ton Roi vient à toi… »

L

a fête des Rameaux nous invite à porter nos regards et nos pensées sur la personne de Jésus, sur sa nature à la fois divine et humaine, sur son humilité. L’épître au Philippiens exprime avec force et clarté cette vérité fondamentale sur Jésus : « Existant en forme de Dieu il n’a pas regardé son égalité avec Dieu comme une proie à arracher, mails il s’est dépouillé lui-même, en prenant la forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes… comme un vrai homme, il s’est humilié… se rendant obéissant… jusqu’à la mort de la croix ». Il est venu vers nous pour nous sauver, il s’est humilié pour nous élever et faire de nous des citoyens du royaume de Dieu. Quel Roi, quel Souverain ! Arrêtons-nous quelques instants pour le contempler et que l’Esprit Saint nous éclaire sur Lui : Qui est ce Roi ? Que dire de lui ? Que demande-t-il de nous ?

 

1°) « Emu de compassion, Jésus toucha leurs yeux… »

Le jour des Rameaux, Jésus monte vers Jérusalem où l’attend un accueil triomphal. Il passe par Jéricho. Il y a là deux aveugles assis sur le bord du chemin. Ces deux hommes sont malheureux, ils vivent sans trop d’espoirs et d’avenir. Personne ne peut leur venir en aide et leur rendre la vue. Ils sont condamnés à la mendicité, ils sont exclus de tout un ensemble de choses, ils ne verront plus. Mais voilà qu’ils entendent que Jésus passe par là. Alors, ils crient, ils crient de plus en plus fort, ils ne font pas partie des résignés, ils ne veulent pas rester dans leur situation. Ils crient même si on veut qu’ils se taisent. Ils crient de plus en plus fort jusqu’à ce que Jésus les entende, qu’il s’arrête et qu’il les questionne : « Que voulez-vous que je vous fasse ? ». Quel Roi, quelle compassion, quelle douceur ! Un Roi qui entend les cris de ceux qui souffrent plus que les cris de la foule qui le suit avec admiration. Un Roi qui prête plus d’attention aux malheureux qu’à son public. « Emu de compassion, Jésus toucha leurs yeux ; et aussitôt ils recouvrèrent la vue… ». Bien des siècles auparavant, le prophète Esaïe avait déjà donné une idée précise du Messie qui allait venir sur terre ! Il écrit à son sujet : « Le Seigneur, l’Eternel, m’a donné une langue exercée pour que je sache soutenir par la parole celui qui est abattu… Et je n’ai pas résisté… J’ai livré mon dos à ceux qui me frappaient… Mais le Seigneur, l’Eternel, m’a secouru… ». Soutenir ceux qui sont abattus, encourager, guérir, au prix de sa vie, Jésus n’a pas hésité un seul instant à accomplir cette mission. Jésus n’est pas un Roi comme les autres, il ne règne pas par la force, il n’exerce pas son pouvoir de façon autoritaire. C’est un Roi qui règne avec amour et compassion pour les malheureux, les exclus, les éprouvés. Il n’est pas de ces souverains démagogues qui prêtent attention à ceux qui les admirent ou les flattent, qui soignent leur image de marque et qui sont plus soucieux de leur popularité que des malheureux. Il est tout le contraire.

Aujourd’hui encore, Jésus est ce Roi. Il veut être ton Roi et il vient vers toi. Il est ce Roi qui entend les cris de ceux qui souffrent et qui sait s’arrêter et compatir. Il s’arrête pour toi aussi ce matin pour t’écouter et répondre à tes besoins. Il est là pour te guérir, te sauver, te pardonner, te libérer de ce qui t’oppresse. Il vient vers toi pour t’aimer, te bénir… Il est ce Roi ému de compassion pour toi comme il l’a été pour ces deux aveugles assis au bord du chemin. Il est plus attentif aux autres qu’à lui-même.

2°) « Toute la ville fut émue… »

Le jour où Jésus entra  dans Jérusalem sous les acclamations de la foule, toute la ville fût touchée. La plupart des gens étendirent leurs vêtements, d’autres coupèrent des branches d’arbres. D’autres encore se sont mis à crier : « Hosanna… bénis soit celui qui vient au nom du Seigneur… ». Toute la ville fût émue et disait : «  Qui est celui-ci… ?». Qui est ce Roi ? Qui est cet homme si différent des autres ? Ce Roi plein de douceur si différent de nos souverains dictateurs ! Ce jour-là, nul n’est resté indifférent devant Jésus. Il devait certainement émaner de lui un amour si grand, une compassion si forte, une sagesse si grande que nul ne pouvait rester indifférents devant Lui. Certains éprouvèrent de la jalousie et de la colère, d’autres furent étonnés, d’autres encore furent profondément touchés et émerveillés par ce Roi si humble !

Qu’en est-il de nous ? Que pensons-nous de ce Roi ? Sommes-nous aussi émus par tant d’amour, tant de compassion, tant de bonté et de sagesse ? Ou faisons-nous partie des indifférents, des sceptiques ? Avons-nous foi dans les textes bibliques qui nous parlent de Lui ? Nous arrive-t-il encore d’être émerveillé, saisis, touchés par sa présence, celle de l’Esprit Saint ? Connaissons-nous Jésus, voulons-nous le connaître ? « Voici ton Roi vient à toi… » C’est pour toi qu’il est venu. Que nos cœurs débordent de joie et de reconnaissance en ce jour de la fête des Rameaux. Bénissons Dieu de nous avoir envoyé un tel Roi. Aimons-le, adorons-le, disons-lui notre joie, notre bonheur de le connaître.

3°) « Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus- Christ… »

Dans son épître aux chrétiens de l’église de Philippe, l’apôtre Paul invite ses lecteurs à aller plus loin que la joie et la reconnaissance pour ce Roi. Il nous invite, nous aussi, à aller toujours plus loin, à marcher sur ses traces, sur le chemin de l’humilité et de l’obéissance : « Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus- Christ… » Alors que les premiers chrétiens commençaient à se disputer, à se diviser, l’apôtre les exhorte avec force. De sa prison, il leur écrit : « S’il y a quelque consolation en Christ… quelque compassion… rendez ma joie parfaite… ayez un même amour… recherchez l’unité… que l’humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-même… ». C’est comme s’il disait aux chrétiens, stop, arrêtez vos disputes, arrêtez de vous croire plus grands et plus spirituels les uns que les autres, et regardez à Jésus, le Roi, le Fils de Dieu qui s’est volontairement humilié pour nous sauver. Il leur écrit : « Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus- Christ… » Le programme est ambitieux ; c’est une ambition certes à l’inverse de celle que l’on a tendance à désirer naturellement. Mais quelle belle exhortation pour nous en ce jour des Rameaux : Avoir les sentiments du Christ ! Etre compatissant comme il l’a été ; savoir s’arrêter près de ceux qui souffrent pour les encourager. Avoir une langue exercée pour soutenir par la parole celui qui est abattu. Avoir une parole qui relève celui qui est tombé. Ne pas avoir peur de s’humilier, prendre garde à l’orgueil. Ne pas chercher à s’élever mais laisser le Seigneur nous élever. Etre remplis de douceur même si nous sommes à des postes de responsabilités, être différents dans notre façon de diriger comme le Christ l’a fait. Etre obéissant comme Lui. Il a appris l’obéissance par les choses qu’il a souffertes. L’humilité et l’obéissance amènent la paix et l’harmonie, alors que l’inverse n’amène le plus souvent que du trouble et des disputes inutiles.

Conclusion :

« Voici ton Roi vient à toi… »

En ce jour de la fête des rameaux, réjouissons-nous de ce que Jésus est Roi, il est Roi autrement, Roi de compassion et d’amour, Roi de douceur, Roi d’humilité. C’est ton Roi, il vient à toi, il s’arrête près de toi pour te sauver, te soutenir et t’aider à marcher. Il entend tes cris.

Aujourd’hui, le Christ est Roi de tout l’Univers. Il a été souverainement élevé par Dieu. Il est élevé au-dessus de tout et de tous, il est dans sa gloire et a reçu tout pouvoir. Mais il demeure le même : même compassion, même humilité, même amour pour tous. Il reste attentif à toutes les prières qui montent vers Lui.

Ce matin, il t’invite à lui ouvrir ton cœur, à l’accepter, à ne pas rester indifférent et à lui dire ta confiance, à l’adorer et lui obéir.

Il t’invite à avoir les mêmes sentiments que Lui, à désirer lui ressembler en compassion, en humilité et en obéissance. Qu’il nous aide par son Esprit à grandir, à lui ressembler toujours plus.

Pasteur Joël Mikaélian
13/04/14

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux