Accueil Messages du Culte Culte du dimanche 8 juin 2014 - « Recevez l’Esprit Saint … »
Culte du dimanche 8 juin 2014 - « Recevez l’Esprit Saint … » PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte

Actes 2. 1 à 11 / 1 Cor. 12. 3 à 13 / Jean 20. 19 à 23

« Recevez l’Esprit Saint … »

L

e jour de sa résurrection, Jésus se présente à ses disciples alors qu’ils sont rassemblés à Jérusalem. Ils se sont enfermés à cause de la crainte qu’ils avaient des juifs. Peut-être avaient-ils peur qu’on leur fasse subir le même sort que leur maître ! D’autant plus que Jésus n’était plus là avec eux. On peut imaginer leur état, après avoir assisté son arrestation et à sa crucifixion. Il semblait alors que rien ne pouvait arrêter la haine des autorités religieuses de ce temps. Ils avaient peur comme cela nous arrive à nous aussi suivant les situations que nous vivons. C’est là que Jésus vient les rejoindre avec sa paix, cette paix qu’il réitère par deux fois lors de cette rencontre. C’est alors qu’il souffle sur eux pour leur donner l’Esprit Saint. Ce n’est pas encore l’accomplissement total de la promesse de l’Esprit Saint, mais déjà les prémices en attendant la Pentecôte. C’est déjà « Sa » présence en attendant la plénitude et l’effusion de la Pentecôte, véritable commencement d’un temps nouveau ; accomplissement de la promesse du prophète Joël : « Dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai mon Esprit sur toute chair ; vos fils et vos filles prophétiseront, vos jeunes gens auront des visions, et vos vieillards auront des songes… » (Actes 2. 17 et 18).

En ce dimanche de Pentecôte, méditons sur la personne et l’œuvre de l’Esprit Saint, sur ce qu’Il est et sur ce qu’Il fait et peut faire dans nos vies et dans le monde.

1°) « Recevez l’Esprit Saint… »

L’Esprit Saint est tout d’abord une personne à recevoir, à accueillir dans notre vie intérieure. Il n’est pas une force, même s’il donne de la force. Il n’est pas une émotion, même s’il provoque des émotions de paix et joie, ou de tristesse et de larmes selon les situations. Le Saint Esprit n’est pas visible lui-même mais  on peut voir ses effets, tel le vent qu’on ne voit pas mais dont on entend le bruit. L’Esprit Saint n’est pas une puissance surnaturelle à notre service. L’Esprit Saint est une personne divine, a troisième personne de la « Tri-Unité » de Dieu, elle est Dieu et doit être considérée comme tel ! C’est une personne à recevoir, à accueillir car elle ne forcera jamais la porte de notre vie intérieure. L’Esprit Saint ne force pas, comme Jésus tout au long de sa mission sur terre et au-delà. C’est le Christ glorifié qui dit à son Eglise : « Voici, je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi » (Apoc. 3. 20) L’Esprit Saint a été envoyé pour venir habiter la vie de tous ceux qui croient que Jésus est le Christ, le Sauveur et Seigneur du monde. Il est venu pour être dans le monde comme Jésus l’a été en son temps. Il est venu pour vivre avec nous comme Jésus a vécu avec ses disciples. Il est là, toujours prêt à nous éclairer, nous parler, nous conseiller. Il est là pour nous aider, nous encourager, nous consoler. Il est là pour apaiser les tempêtes de nos vies, nous donner la paix, sa paix au sein de nos situations troublées. Il est là pour nous reprendre lorsque nous nous égarons, nous relever lorsque nous tombons. Il est là pour nous ramener toujours à la Vérité, à l’essentiel de la vie. A nous de le recevoir et de vivre avec Lui dans l’obéissance, comme les disciples avec Jésus. L’Esprit Saint est une personne pleine d’amour et de compassion, de compréhension, de pardon. C’est une personne discrète et puissante à la fois. Que nous soyons toujours conscients de sa présence.

2°) « Ils furent tous remplis de l’Esprit Saint… »

Le jour de la Pentecôte, cette fête juive que l’on célébrait 50 jours après la Pâques, les disciples furent remplis de l’Esprit Saint. Ce jour là, ils vivent une expérience spirituelle particulière et unique dans l’histoire de Dieu. On pourrait dire que c’est un événement semblable à la naissance de Jésus, puisqu’il marque l’accomplissement d’une promesse et l’inauguration d’une ère nouvelle dans l’histoire de l’humanité. C’est le temps de l’Esprit Saint. Ce jour là, il y avait foule à Jérusalem, et bon nombre d’étrangers. L’Esprit Saint va alors donner aux disciples une capacité surnaturelle de parler des langues étrangères, intelligibles pour tous ceux qui étaient là. Ce miracle n’aura pas pour but d’attester la présence de l’Esprit Saint, pas plus que d’étonner ou d’attirer l’attention de la foule. Ce miracle permettra à de nombreux étrangers d’entendre l’Evangile dans leur langue et de pouvoir le transmettre à leur retour à leurs concitoyens. C’est le but premier de ce miracle, le début de l’œuvre missionnaire à travers le témoignage de tous ces étrangers qui vont rentrer chez eux et témoigner de ce qu’ils auront entendu.

Notons aussi que par la suite, cette expérience de plénitude de l’Esprit Saint, ou « baptême » de l’Esprit Saint (c’est le même mot en grec), se reproduira plusieurs fois chez les disciples. Le livre des Actes des apôtres nous en fait part. Certes, l’expérience se reproduit mais pas toujours de cette façon, pas avec les mêmes manifestations. On peut seulement noter une constante, à savoir une assurance nouvelle, un zèle nouveau pour annoncer l’Evangile (Actes 4. 31). La plénitude ou « baptême » est donné par Dieu, dans la prière, et renouvelle la confiance des croyants, leur assurance et leur zèle pour témoigner et annoncer l’Evangile. C’est peut être là un des signes permanent de la plénitude de l’Esprit, avec une présence abondante du fruit de l’Esprit selon Galates 5. 22. « L’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi… ». D’où les nombreuses exhortations que l’Ecriture nous adresse : « Soyez remplis, « baptisé » de l’Esprit Saint… ». Ceci, non pas pour nous même, pour notre autosatisfaction ou comme une marque de notre spiritualité, mais simplement pour que nous soyons des témoins dans le monde.

3°) « Nous avons tous, en effet, été baptisés dans un seul Esprit… »

Dans sa lettre aux chrétiens de Corinthe, l’apôtre Paul rappelle que cette plénitude, ce baptême, fait de tous les chrétiens des membres d’un seul et même corps, l’Eglise. Il nous rappelle que l’Esprit Saint accorde à chacun des dons, des charismes pour l’édification de ce corps. La liste qu’il donne n’est certes pas exhaustive. « Il y a diversités de dons… de ministères… d’opérations… ». L’apôtre Paul met surtout l’accent sur la diversité des dons et sur leur origine unique. « Un seul et même Esprit opère toutes ces choses… ». Il rappelle également que le Saint Esprit donne les dons selon son bon vouloir. C’est Lui, l’Esprit Saint qui décide et non pas le croyant. C'est-à-dire que ce n’est pas à nous à vouloir tel ou tel don, mais à l’Esprit Saint à le décider pour nous. Notre part est d’accueillir, de reconnaître et d’accepter le don que Dieu nous donne, et de le mettre au service de l’Eglise. C’est là notre responsabilité et de celle de l’Eglise. Nous avons tous reçu en Jésus l’Esprit Saint et les dons qu’il a bien voulu nous accorder pour l’épanouissement et le rayonnement de son Eglise. Chacun doit se placer devant Dieu à ce sujet et se mettre au service de l’Eglise. Chacun se doit de rechercher sans cesse à être remplis, baptisé de l’Esprit Saint, pour se mettre au service de l’Eglise, afin que le royaume de Dieu avance sur cette terre. Que de nouvelles âmes soient sauvées pour l’éternité.

 

« Recevez l’Esprit Saint … »

Qu’en ce dimanche de pentecôte, nous puissions rendre grâce à Dieu pour le don de son Esprit. Pour ce privilège immense de ne pas êtres abandonnés dans ce monde, de ne pas être livré à nous même ni aux circonstances. Mais d’être habité par une personne à la fois discrète et puissante.

Que nous puissions êtres sans cesse remplis, baptisé dans l’Esprit Saint pour vivre avec assurance malgré les situations difficiles que nous pouvons rencontrer.

Que nous puissions être remplis, baptisé dans l’Esprit Saint pour être des témoins plein de zèle et servir avec les dons que Dieu nous a donnés. C’est là notre responsabilité à chacun. Souvenez-vous de la parabole des talents, de ceux qui s’en servent et de celui qui le cache et ce que le Seigneur dira à ce sujet.

Que le Seigneur ressuscité souffle sur nous, sur notre église, sur les églises. Qu’un amour nouveau, un zèle nouveau nous anime. Qu’il souffle sur nous et nous remplisse de sa paix si nous passons par des temps de craintes et de peurs comme les disciples, le jour de la résurrection de Jésus.

Pasteur Joël Mikaélian

8/06/14
 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux