Accueil Messages du Culte Culte du dimanche 30 novembre 2014 «Oh ! Si tu déchirais les cieux… ! »
Culte du dimanche 30 novembre 2014 «Oh ! Si tu déchirais les cieux… ! » PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte

Es. 63. 19 à 64. 3 / Marc 13. 32 à 37 / 1 Cor. 1. 4 à 9

« Oh ! Si tu déchirais les cieux… ! »

C

’est aujourd’hui le premier dimanche de l’Avent. Les lumières scintillent dans nos rues, les commerces se préparent à répondre à la demande. Chacun s’organise et se projette pour faire de ce Noël, une belle fête. Quoi de plus légitime ? Mais en ces jours de Noël, il serait bon de penser aussi à tous ceux qui n’auront pas le cœur à la fête. Et nous devons prier pour eux. Mais ceci ne doit pas nous faire oublier que le message de Noël est un message qui transcende notre quotidien et que rien ne doit pouvoir l’altérer ! Car il nous rappelle ce jour où le Seigneur a déchiré les cieux pour venir vers nous et nous rejoindre dans notre humanité faite de joie et de peine. Il est venu nous sauver, nous libérer de la mort. Il est venu éclairer nos vies de son amour, de sa paix, de sa joie, de sa présence. Et c’est grâce à cela que nous pouvons tous nous réjouir à Noël quelles que soient les circonstances de nos vies.

Mais tout au long de sa vie sur terre, celui qui a déchiré les cieux pour venir vers nous, a évoqué son retour. Avec à chaque fois le même conseil : « Veillez… ! » Veiller à quoi, pourquoi et comment ?

1°) « Nous sommes depuis longtemps comme un peuple que tu ne gouvernes pas »

C’est avec un certain désarroi que le prophète Esaïe constate la rupture du lien entre Dieu et son peuple. De son temps, Israël n’a pas veillé à vivre en communion avec son Dieu. Une fois tiré d’affaire, ils ont préféré vivre sans se soucier de Dieu, de sa Parole, de sa volonté, et le résultat a été catastrophique. Et ce n’est pas sans nostalgie que le prophète évoque le passé. Ces jours où Dieu faisait des prodiges inattendus en leur faveur. « Jamais on n’a appris ni entendu dire, et jamais l’œil n’a vu qu’un autre dieu que toi fasse de telles choses pour ceux qui se confient en lui » (Es. 64. 3) Et sa prière est comme un cri de désespoir : « Oh ! Si tu déchirais les cieux, et si tu descendais… ».

Cette prière nous rejoint ce matin en ce premier dimanche de l’avent qui nous rappelle que Dieu l’a exhaussé en Jésus. Elle est notre joie de Noël. Elle nous rappelle qu’un chemin nouveau a été ouvert jusqu’au trône de la grâce de Dieu. Une voie nouvelle, une relation, une communion avec celui qui est descendu des cieux. Cette prière exhaussée nous invite à aller vers Dieu, à l’aimer, à l’adorer, à le louer et à le prier. Mais elle nous invite aussi à veiller sur cette relation, à ne pas la rompre ou à ne pas la mettre en sommeil. Que nous ne soyons pas comme une église que Dieu ne gouverne pas, comme des croyants indépendants de Dieu, de sa parole, de son Esprit. « Nous sommes depuis longtemps comme un peuple que tu ne gouvernes pas » Veillons à la qualité de notre relation avec Dieu, à sa vitalité. Et si elle est en sommeil, réveillons-là en ces jours de Noël ! Que le Seigneur règne sur nos vies, gouverne nos vies.

2°) « Prenez garde… » Pourquoi veiller ?

Il faut veiller car Jésus a dit qu’il reviendrait un jour, mais que nul ne pourrait savoir quand ? « Pour ce qui est du jour et de l’heure, personne ne le sait… le Père seul ». Du coup il nous met face à une évidence qui risque de nous surprendre. Et c’est par une simple parabole que Jésus attire notre attention sur cette réalité. Il se présente comme un homme qui part en voyage et qui laisse ses directives à ses serviteurs. Chacun a sa tâche et se doit de l’accomplir et ce, de façon quotidienne car nul ne sait quand le maître de la maison va rentrer. Il faut veiller, c'est-à-dire à vivre au quotidien selon les directives du Seigneur, dans la méditation et l’obéissance à sa parole. Il faut veiller à accomplir le ministère, le service que le Seigneur nous a confié au quotidien. Veiller car nul ne sait quand il reviendra. Il faut vivre sans jamais remettre au lendemain ce que nous devons faire aujourd’hui car le Seigneur peut revenir à tout moment. Nous devons toujours avoir à l’esprit cette façon de vivre notre foi, notre service et notre témoignage.

3°) « En lui, vous avez été comblés de toutes les richesses… » Comment veiller, être prêt chaque jour ? Dans quel but ?

Lorsque l’apôtre Paul écrit sa première lettre aux chrétiens de Corinthe, il leur rappelle qu’ils ont beaucoup reçu de Dieu. Certes, cela n’a pas empêché cette église d’être défaillante dans beaucoup de domaines que l’apôtre évoquera : rivalités, conflits, orgueil, immoralité, procès, désordres cultuels, déviation théologiques… Mais pour l’heure, il leur rappelle tout ce qu’ils sont en Jésus, tout ce qu’ils ont reçus en Lui et il pointe le but ultime de Dieu pour leur vie : « Pour que vous soyez irréprochables au jour de notre Seigneur Jésus-Christ ». Rien de moins ! Mais il précise que c’est Dieu lui-même qui les affermira pour cela car il est fidèle.

Dieu est fidèle pour nous aussi. Son désir, le désir de l’Esprit Saint en nous est de nous rendre irréprochables pour le jour du Seigneur. Pour ce jour où nous quitterons ce monde ou bien pour ce jour où nous le verrons venir en gloire sur cette terre. C’est le grand projet de Dieu pour chacun de ses enfants, c’est son ambition pour tous ceux qui lui appartiennent, pour son église. Dieu ne veut pas que nous passions notre vie chrétienne dans la paresse ou le sommeil spirituel. Il ne veut pas que nous passions notre vie dans la morosité ambiante. Il ne veut pas que nous nous laissions envahir par les circonstances adverses, les épreuves, les doutes. Il veut nous faire grandir en lui. Il veut bénir notre service pour lui, notre témoignage. Il poursuit ce but merveilleux quel que soit notre parcours, notre histoire, notre âge. Il veut nous préparer et préparer son église pour ce jour glorieux. Et il nous invite à veiller en laissant son Esprit agir en nous pour nous rendre irréprochable !

Quelles sont nos ambitions spirituelles ? Nos attentes de Dieu ? Sans aller dans des choses extravagantes, sans chercher à nourrir notre égo, quelles sont nos ambitions ? Nos ambitions de service dans l’église ? Sommes-nous en grève ou en service minimum ? Quel est l’état de notre vie chrétienne ?

Demandons à l’Esprit Saint de nous purifier, de nous éclairer et de nous faire avancer dans notre vie et notre témoignage. Demandons-Lui d’accomplir en nous ce grand projet de Dieu ! Utilisons ce chemin de la prière et laissons l’Esprit Saint œuvrer en nous pour nous rendre irréprochable pour le jour du Seigneur.

Nous aurons bientôt des événements de Noël où nous aurons l’occasion d’inviter des amis, des voisins à venir entendre la bonne nouvelle de l’évangile. (La fête des enfants, les cultes de Noël…). Vous avez à votre disposition des invitations et des cartes à envoyer, à donner ou à mettre dans les boîtes de vos immeubles. Et prions pour cela.

« Oh ! Si tu déchirais les cieux… ! »

Rendons grâce à Dieu pour l’exhaussement de cette prière d’Esaïe. Veillons à vivre une communion vivante et quotidienne avec ce Dieu qui est venu vers nous. Veillons à garder, à méditer les directives de sa parole, à le servir chaque jour, à témoigner chaque fois que l’occasion se présente. Plaçons-nous devant lui ce matin. Demandons à l’Esprit Saint de régner en nous et d’éclairer ce monde à travers nous, afin que plusieurs encore soient sauvés, pour la gloire de Dieu.

Pasteur Joël Mikaélian
30/11/14

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux