Accueil Messages du Culte Message du culte du 14 juin 2015 -« La promesse est pour vous, pour vos enfants… »
Message du culte du 14 juin 2015 -« La promesse est pour vous, pour vos enfants… » PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte

Gen. 12. 1 à 3 / Act. 2. 37 à 39

« La promesse est pour vous, pour vos enfants… »

L

a famille est au cœur du projet de Dieu, au cœur de la vie, de la société. Elle est, pour l’enfant, le premier lieu d’apprentissage de la vie. C’est dire toute son importance, l’importance de se préparer à accueillir un enfant et à veiller à la qualité de la cellule familiale. Nous vivons malheureusement des temps où la vie de famille devient un véritable défi. Les pressions économiques, professionnelles, la fragilise de plus en plus. Le relâchement des mœurs, l’individualisme ambiant, font souvent éclater ce cercle familial avec toutes les conséquences que l’on sait. Les normes changent sous la pression des circonstances liées à la vie moderne. La tentation est grande de sombrer dans le découragement, la fatalité et de se réfugier dans la nostalgie du passé. Sans compter les difficultés inévitables qui viennent parfois perturber le cercle familial : une maladie, un accident, et tout à coup, il semble que tout s’écroule. Les textes que nous avons lus ce matin nous rappellent avec force que Dieu a de beaux projets pour la famille, de belles promesses. Que rien n’est trop fort, plus fort que Lui. Rien ne peut l’empêcher de réaliser ses beaux projets, si ce n’est nous-même. Méditons quelques instants sur ce sujet. Quelles promesses pour la famille, l’église, pour chacun ?

1°) « La promesse est pour vous… »

Le jour de la Pentecôte, à Jérusalem, l’apôtre Pierre, remplis de l’Esprit Saint annonce la bonne nouvelle de l’Evangile. Il parle de cette bonne nouvelle du salut en Jésus Christ. Il dit avec force que Dieu aime toutes ses créatures et qu’il a donné sa vie pour les sauver ; les sauver de la mort éternelle, les sauver de leurs conditions difficiles, leurs épreuves, leurs souffrances, leurs vies sans saveur réelle. Il a donné sa vie pour les sauver de leur solitude, leurs fatigues, leurs peurs et craintes de l’avenir… En Jésus, Dieu se donne et donne son Esprit à tous ceux qui croient. Comment entrer dans ce beau projet de Dieu ? C’est la question que se posent alors les auditeurs. Et Pierre de répondre : « Repentez-vous, et que chacun soit baptisé… et vous recevrez l’Esprit… La promesse est pour vous…».

Quelle grâce, cette bonne nouvelle ! Au milieu de tant de mauvaises qui nous envahissent chaque jour ! Au milieu de nos craintes, de nos questionnements, de nos inquiétudes ! La promesse de la vie éternelle et celle de la présence de l’Esprit Saint en nous, que demander de plus ! Quelle force pour affronter et vaincre tous les défis de la vie ! Ne nous en privons pas, ne l’oublions pas ! Et si nous ne l’avons jamais expérimenté, n’hésitons pas à nous y engager aujourd’hui. Rendons grâce à Dieu, louons-le pour tant de bonté, tant d’amour, malgré nos faiblesses !

2°) « La promesse est… pour vos enfants… »

Dans son message et son exhortation, l’apôtre Pierre inscrit tout à nouveau ces promesses dans le cadre du projet de Dieu pour la famille. Il fait écho en cela avec une foule de textes et de promesses de l’ancienne alliance. Que de fois, Dieu a promis à son peuple de les bénir, non seulement eux, mais leurs enfants jusqu’à plusieurs générations. Dieu sait combien nous aimons nos enfants, il les aime bien plus encore. Jésus lui-même a béni les enfants, ils sont précieux pour lui. Son geste d’amour, d’attention, d’affection nous rappelle à quel point il les aime. Son geste indique aussi une orientation courageuse dans une société qui donnait si peu d’importance aux enfants. La belle promesse du salut, de l’assistance de l’Esprit Saint, de sa présence, n’est pas seulement pour vous. Elle est aussi pour vos enfants, pour nos enfants, pour les enfants de notre famille qu’est l’Eglise. Dieu sait combien nous sommes attachés à nos enfants. S’il est prêt à leur accorder la même promesse, c’est pour nous rendre attentif à deux choses :

- Cela nous invite à veiller à la naissance et à la croissance spirituelle de nos enfants. Nous sommes responsables de leur éducation chrétienne. Cette parole veut nous rendre attentif à l’importance de leur enseignement à l’Eglise, les dimanches matin. Combien nous devons prier pour les enfants, afin qu’ils expérimentent eux aussi la même promesse du salut et de l’Esprit. Cette question est sensible pour beaucoup d’entre nous, pour beaucoup de parents chrétiens. Elle est parfois un lourd fardeau, une souffrance, parfois une joie, une satisfaction. Dieu le sait. Il veille sur cette promesse pour les enfants. Il fera toujours sa part, à nous de faire la nôtre et de rester confiants.

- Si le Seigneur a promis d’accorder la même promesse du salut et de l’Esprit Saint aux enfants, c’est aussi pour que nous réalisions qu’ils sont appelés à devenir autonome à leur tour et à grandir spirituellement. C’est pour nous une invitation à la prière, mais aussi à la confiance. Car celui qui a fait la promesse est fidèle. Il prendra soin de nos enfants, il veillera sur eux bien plus et bien mieux que nous même. Ne désespérons jamais du Seigneur, de sa volonté de bénir, de sa promesse pour nos enfants, pour tous les enfants. Ayons confiance !

3°) « Toutes les familles de la terre seront bénies en toi… »

Dieu a accompli largement cette promesse faite il y a bien longtemps à Abram. Cette promesse nous montre ce que Dieu est prêt à faire lorsqu’il trouve une femme, un homme de foi. Quelqu’un qui lui fait pleinement confiance, prêt à obéir à sa parole. Obéir avec foi au message de l’évangile. Pour nous aujourd’hui, il ne s’agit peut-être pas de projet de voyage, mais plus simplement de repentance, de baptême, d’engagement dans la vie de l’église, d’engagement dans l’œuvre de Dieu. L’obéissance plait au Seigneur plus que les sacrifices. L’obéissance précède la bénédiction de Dieu, c’est elle qui la rend effective. La bénédiction n’est pas un acte magique. Elle est inefficace là où il n’y a pas de foi, d’obéissance. Non pas qu’elle est un marché donnant, donnant, elle demeure toujours une grâce, mais Dieu y est attentif. La bénédiction demeure une grâce que Dieu accorde en son temps. Sachons l’attendre toujours avec foi. Ayons toujours de l’espérance, même à l’heure de l’épreuve. Dieu a toujours des projets de paix et de bonheur pour la famille, les enfants qui la composent.

« Je te bénirai, et tu seras une source de bénédiction… ». La bénédiction de Dieu ne s’inscrit pas dans nos désirs égoïstes de bonheur. Elle est grâce de Dieu à vivre en partage. C’est ce que Jésus dira aussi à propos de l’Esprit Saint. « Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vives couleront de son sein, comme dit l’Ecriture… » (Jean 7. 38). Et l’apôtre Jean d’ajouter : « Il dit cela de l’Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui… ».

Que nous soyons des sources de bénédictions pour ceux qui nous entourent, ici à l’église et au-delà, partout où nous allons. Que Dieu bénisse nos familles, et toutes les familles de la terre.

« La promesse est pour vous, pour vos enfants… »

Pasteur Joël Mikaélian 14/06/15

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux