Accueil Messages du Culte Message du culte du 02 août 2015 - « A la recherche de Jésus… »
Message du culte du 02 août 2015 - « A la recherche de Jésus… » PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte

Ex. 16. 2 à 4 / Jean 6. 24 à 35

« A la recherche de Jésus… »

A

près avoir vécu le miracle de la multiplication des pains et des poissons, la foule se met à la recherche de Jésus. Jésus les a quittés pour se rendre à Capernaüm, et c’est là qu’ils le trouvent. S’engage alors un dialogue que l’on pourrait qualifier de « dialogue de sourd ». Jésus et la foule emploient les mêmes mots mais le sens des mots est totalement différent. Ce dialogue révèle combien les motivations et les attentes du peuple sont loin d’être spirituelles. Mais Jésus ne désespère pas, avec amour, patience, il va éclairer cette foule sur elle-même et sur Dieu. Il va les éclairer sur leurs véritables besoins et comment Dieu a prévu de les satisfaire. Méditons sur ce « dialogue de sourd » et ouvrons-nous à l’Esprit Saint afin de comprendre et de recevoir aussi ce que Dieu veut nous dire ce matin à la lumière de ces textes. Ce qu’il veut nous dire de nos plaintes et nos murmures, de nos insatisfactions, de nos fausses attentes et de nos visions erronées de la vie. Mettons-nous à l’écoute de Dieu.

1°) « Toutes l’assemblée… murmura dans le désert… »

D’où viennent nos plaintes, nos murmures, nos insatisfactions ? Comme pour le peuple d’Israël dans le désert, elles surgissent souvent en nous dans nos périodes de « désert », de manquement, d’attentes non comblées de la part de Dieu. Manque de bénédiction, manque de réponse aux prières, épreuves qui se prolongent, maladie, échec… Se plaindre de Dieu, comme se plaindre à Dieu fait partie de la vie de tout un chacun, et même parfois de ceux qui ne croient pas en Dieu. Le croyant n’échappe pas à cela. Il suffit de lire les psaumes pour s’en convaincre.

Mais l’exemple du peuple d’Israël dans le désert nous éclaire et nous montre d’où viennent ces sentiments en nous. Il nous montre comment changer nos plaintes et nos murmures en actes de foi et de confiance. L’exemple du peuple nous montre que ces sentiments viennent souvent d’une méconnaissance de Dieu, de nos attentes erronées, des mauvaises analyses de nos situations et de la vie en général. C’est la méconnaissance de la bonté, de la puissance, de la générosité de Dieu et de la richesse de sa providence qui provoquent les « murmures ». C’était le drame du peuple : penser que Dieu n’était pas bon et qu’il voulait leur malheur. Ce qui les amenait à mal vivre ce temps du désert et à oublier la terre promise. L’erreur du peuple était là. Pour nous aujourd’hui, il s’agit de ne pas s’attacher seulement aux choses de cette vie et les considérer comme essentielles au point d’oublier la promesse de la vie éternelle. Alors, lorsque les circonstances de la vie deviennent difficiles, nous murmurons, nous nous décourageons, nous manquons de foi et de confiance dans l’amour de Dieu.

S’attacher uniquement aux choses de cette vie, c’est ce que Jésus décèle aussi chez cette foule qui le cherche. Ils viennent de vivre le miracle de la multiplication des pains et des poissons. Ils cherchent Jésus pour en avoir encore. Ils ne pensent qu’à cela. C’est alors que Jésus tente de les amener à penser à autre chose, à des choses plus essentielles. « Travaillez non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsiste pour la vie éternelle ». En quelque sorte il leur dit : ne vous trompez pas d’essentiel. « L’homme ne vivra pas de pain seulement… ». Ne nous trompons pas d’essentiel. Ne nous trompons pas de Dieu. Dieu est bon.

2°) « Que devons-nous faire… ? »

Bonne question. La foule suit bien. Elle est bien disposée. Mais contre toute attente, Jésus les surprend à nouveau. Que faire ? Il faut croire, dit Jésus, en celui que Dieu a envoyé. Et alors que le dialogue de sourd se poursuit avec la référence à la manne, Jésus se présente lui-même comme le pain de vie qui donne la vie au monde. Un peu plus loin il leur dira : « Vos pères ont mangé la manne dans le désert, et ils sont morts ».

Pourquoi croire en Jésus ? Parce qu’en Jésus, Dieu nous donne l’essentiel, à savoir, le salut, le pardon de nos péchés et la vie éternelle. C’est à cet essentiel que nous devons nous attacher premièrement. « Cherchez d’abord le royaume de Dieu… et toutes choses vous seront données par-dessus… ». La foi en Jésus nous donne la vie et nous libère sans cesse de nos murmures, de nos plaintes, de nos insatisfactions, de nos craintes, de nos visions erronées…. C’est comme si Jésus disait : « Je suis venu vous donner bien plus que du pain, je suis venu vous donner la vie éternelle ! ». La foi en Jésus nous donne la paix intérieure, la joie, la force de traverser nos déserts. La foi dans son amour et sa bonté nous donne confiance également pour le pain quotidien, pour nos besoins quotidiens, car il nous aime et a promis de pourvoir à tous nos besoins.

3°) « Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim… ».

Jésus invite la foule, il nous invite aussi à venir à lui dans la prière afin d’expérimenter sa richesse, sa bonté, sa générosité. Il nous invite à la communion, à une relation vivante et réelle avec lui au moyen de sa Parole et de l’Esprit Saint. C’est là qu’il nous promet de nous rassasier sans cesse, de nous nourrir chaque jour de sa parole. Si nous venons à lui. C’est l’invitation qu’il nous adresse ce matin. Une invitation qu’il renouvelle chaque jour, comme la manne dans le désert. Il donne ce qu’il faut pour chaque jour, chaque situation. On ne peut pas faire de provisions pour le mois. C’est chaque jour qu’il nous invite à venir à lui pour nous nourrir de sa parole. Ne nous en privons pas, ne négligeons pas cette invitation. Il est le pain de vie dont nous avons besoin.

Conclusion :

« A la recherche de Jésus… »

Pourquoi cherchons-nous Jésus ? Pourquoi travaillons-nous ? Quelles sont nos attentes ce matin, chaque jour ? A quoi sommes-nous attachés ? Qu’est-ce qui est essentiel pour nous ? Comment être rassasiés, nourris chaque jour ? Comment être libérés de nos murmures, de nos plaintes, de nos insatisfactions… ?

Tant de questions que le Seigneur nous invite à nous poser ce matin et auxquelles il nous donne des éléments de réponses à méditer et à mettre en pratique.

Il nous invite à croire qu’il est le pain de vie, qui donne la vie éternelle à tous ceux qui croient. Il pourvoit généreusement à tous les besoins tant spirituels que matériels de ceux qui viennent à lui avec foi et confiance.

« Seigneur, donne-nous toujours ce pain… » Quelle belle prière ! Que ce soit là notre désir chaque jour, désirer sa présence plus que tout, se nourrir de sa Parole, communier avec Lui, toujours !

Pasteur Joël Mikaélian 2/08/15

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux