Accueil Messages du Culte Message du culte du 31 janvier 2016 - «Ils s’étonnaient du message de la grâce… »
Message du culte du 31 janvier 2016 - «Ils s’étonnaient du message de la grâce… » PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte

Jr 1, 4 à 10 / 1 Co 12. 31 à 13. 13 / Lc 4. 22 à 30

« Ils s’étonnaient du message de la grâce… »

A

ujourd’hui encore, la grâce étonne, elle détonne même dans notre univers de raison et de logique. Ces jours-ci, le Président de la République française semble quelque peu embarrassé avec ce pouvoir qui lui est donné à travers la « grâce présidentielle ». Sans compter que l’opinion publique aussi s’en mêle. Jusqu’où la grâce est-elle juste et son refus injuste ? La question fait débat, prions que le Seigneur accorde de sa sagesse à notre Président. La grâce de Dieu aussi étonne. Le message de la grâce en Jésus, si beau, si profond, si libérateur, fait débat aussi. Il provoque parfois opposition, mépris, dérision et étonnement.  Ouvrons nos cœurs et écoutons ce que Dieu veut nous dire à travers sa Parole sur son amour et sa sagesse infinie.
1°) « Avant de te façonner… je fais de toi un prophète… »

L’appel du prophète Jérémie nous révèle un aspect de la grâce de Dieu. Il met en relief toute la sagesse de Dieu, son amour et sa confiance en ceux qu’il choisit. Le texte nous révèle qu’avant même sa conception et sa naissance, Dieu connaissait Jérémie et l’avait choisi pour qu’il soit son porte-parole parmi les siens. Jérémie hésite mais Dieu insiste ! « N’aie peur de personne ; je suis avec toi… ». Jérémie accepte. Et il découvrira plus tard que la grâce de l’appel de Dieu était loin d’être un oreiller de paresse. Il vivra des temps de détresses terribles dans son ministère. Il ira même jusqu’à dire à Dieu : « Seigneur, tu as abusé de ma naïveté… avec moi tu as eu recours à la force et tu es arrivé à tes fins… » (Jer. 20. 7). Mais il restera malgré tout fidèle à sa vocation de « porte-parole » de Dieu, immense privilège, redoutable responsabilité.

L’Evangile nous dit qu’en Jésus, Dieu nous a choisis aussi par grâce. Nous n’avons rien mérité. Il a choisi de nous aimer, de nous sauver, de nous libérer du péché, du mal, de la mort. Par son sacrifice à la croix, Jésus a accompli ce plan d’amour de Dieu. Et cette grâce nous engage aussi. Elle nous engage à être témoins, porte-parole de Dieu. L’apôtre Pierre écrit aux chrétiens : « Vous êtes… le peuple que Dieu s’est acquis pour que vous proclamiez ses hauts faits… » (1 Pier. 2. 9). Dieu nous fait la grâce du salut éternel en Jésus. Il nous appelle à être ses prophètes, ses « porte-parole », ses témoins dans ce monde. Comme pour Jérémie, il ne nous promet pas une vie tranquille, mais il nous encourage avec les mêmes promesses : « N’aie peur de personne ; je suis avec toi… je mets mes paroles dans ta bouche…». Ne résistons donc pas à la grâce de Dieu, à son appel à la conversion, au baptême, à l’engagement au service de l’église. Ne cherchons pas d’excuses : « Je suis trop jeune… ce n’est pas le moment… je ne suis pas capable…je n’ai pas de don… je n’ai pas le temps… je suis trop vieux… ».

2°) « Ils s’étonnaient du message de la grâce… »

Le message de la grâce est étonnant. Il sort du cadre de notre logique et de notre raison, il est déraisonnable ! Il nous dit qu’il suffirait de croire ce que le Christ a accompli sur la croix et de se l’approprier, pour être au bénéfice de son pardon et de ses promesses d’éternité. Il suffirait de croire pour être sans cesse pardonné à nouveau, aidé, aimé, conduit, éclairé, encouragé… Comment rejeter une telle offre ! Et pourtant, combien sont-ils aujourd’hui encore à le faire ! Combien sont-ils aujourd’hui encore à s’étonner de cet amour au point de ne pas y croire ! Cet amour est parfait. Et pour nous qui croyons, il nous questionne. Il est, nous dit l’apôtre Paul en 1 Cor. 13, la voie par excellence dans nos rapports mutuels et dans nos relations humaines. Nous sommes appelés à incarner ce message étonnant de l’amour et de la grâce de Dieu. Savons-nous faire grâce comme Dieu nous a fait grâce ? Ne sommes-nous pas parfois des juges plus durs que Dieu lui-même ? Et ce, envers nous-mêmes parfois, comme envers les autres aussi ? Ouvrons-nous à la grâce, vivons la grâce, soyons des « pratiquants » de la grâce avec l’aide du Saint Esprit.

3°) « Aucun prophète ne trouve accueil dans sa patrie… »

A partir de ce dicton populaire, Jésus révèle l’immensité de l’amour et de la grâce de Dieu. Il nous dit que cette grâce va au-delà de l’appartenance ethnique et religieuse, au-delà du statut social. De la veuve de Sarepta, à Naamân le Syrien, Jésus révèle à ses auditeurs, l’immensité de la grâce de Dieu et sa souveraineté. Dieu peut choisir une pauvre veuve, comme il peut choisir un puissant officier Syrien. C’est la foi et l’obéissance aux paroles des prophètes Elie et Elisée  qui rendra la grâce de Dieu active. La grâce de Dieu est souveraine, nul ne peut la manipuler, nul ne peut se l’accaparer. Dieu manifeste sa générosité à qui il veut. C’est ce que Jésus révèle ici. Face à la souveraineté de la grâce de dieu, nous sommes invités à nous incliner et à prier. Invités à prier avec foi, avec humilité, avec espérance afin qu’elle devienne active pour nous aussi.

Nous connaissons tous cet hymne à la grâce de Dieu « Amazing grâce » ! Que l’on peut traduire par : « Grâce étonnante, incroyable, surprenante… » ! Les paroles écrites par un prêtre anglican du nom de John Newton, converti d’une vie mondaine, racontent cette grâce étonnante. « J'étais perdu mais je suis retrouvé, J'étais aveugle, maintenant je vois ».

On ne peut que s’incliner, s’étonner au sens de s’émerveiller et crier à Dieu qu’il veuille bien manifester sa grâce dans ce monde et dans nos situations de détresses.

« Ils s’étonnaient du message de la grâce… »

La grâce de Dieu est étonnante. Elle n’a de limite que le refus de l’homme et son incrédulité. Elle est un merveilleux privilège, source de joie, de paix, d’espérance. Elle sauve ceux qui croient en Jésus. Elle est aussi responsabilité de service, engagement à vivre et à incarner dans nos relations humaines.

Que jamais elle ne nous rebute, ou à l’inverse, nous encourage à la paresse. Que toujours elle nous émerveille, nous rassure, nous donne paix et espérance

Pasteur Joël Mikaélian
31/01/16

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux