Accueil Messages du Culte Message du culte du 21 février 2016 - «Pendant qu’il priait, son visage devint autre… »
Message du culte du 21 février 2016 - «Pendant qu’il priait, son visage devint autre… » PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte

Ex. 34. 29 et 30 / 2 Cor. 3. 16 à 18 / Lc 9. 28 à 36

« Pendant qu’il priait, son visage devint autre… »

E

n ce deuxième dimanche du carême, l’évangile nous invite à méditer sur cet événement dit de la « transfiguration » de Jésus. Un événement qui aura profondément marqué les apôtres, Pierre, Jean et Jacques. En ces jours de troubles, où la moindre des étincelles, le moindre des « dérapages », risquent d’embraser, non seulement le Moyen-Orient, mais le monde entier, la Parole de Dieu nous invite à porter nos regards sur le Fils de Dieu et la réalité d’un autre monde. Certes, il ne s’agit pas de fuir ce monde, mais d’être sel et lumière dans ce monde. Il s’agit de contempler la Gloire et la grandeur de Dieu pour la refléter autour de nous. Ouvrons nos yeux, nos cœurs devant celui qui se révèle ici comme le « Tout autre » venu dans ce monde nous sauver et transformer nos vies.

1°) « Il ne savait pas… que la peau de son visage était devenue rayonnante en parlant avec le Seigneur… »

Que s’est-il passé durant 40 jours et 40 nuits, lorsque Moïse était avec le Seigneur sur la montagne ? Il écrivit les paroles de l’alliance, les 10 paroles dit le texte. Pour le reste, nul ne sait de quelle manière les choses se sont passées. Comment Moïse a pu rester 40 jours sans manger ni boire, demeure aussi un mystère. Toujours est-il qu’il fut là avec Dieu et que cela aura profondément marqué sa vie avec des conséquences physiques visibles. Son visage rayonnait. L’expérience unique de Moïse, n’en fit pas pour autant un dieu, ni un homme parfait et infaillible. Son histoire témoigne de sa grande patience, de son immense sagesse, de sa force, mais aussi de ses limites et de ses faiblesses. Pourtant Moïse parlait avec Dieu comme un homme parle avec son ami. Il fut tellement proche de Dieu que son visage rayonnait de sa gloire. Son expérience nous encourage à être des intimes de Dieu, des amis. C’est ce que tout homme peut être aujourd’hui en Jésus. C’est ce qu’il a dit à ses disciples : « Je ne vous appelle plus serviteurs… mais je vous appelle amis… vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande ». (Jean 15. 14). Son expérience nous encourage à « parler avec le Seigneur » ; à passer du temps dans la prière en étant ouvert au Saint Esprit ; tout en restant conscient de ce que nous sommes, avec nos limites et nos faiblesses. « L’amitié de l’Eternel est pour ceux qui le craignent ». (Ps. 25. 14). Le Seigneur nous propose son amitié, ne la refusons pas, cultivons cette amitié avec lui dans la prière, l’écoute de sa Parole et l’obéissance.

2°) « Pendant qu’il priait, son visage devint autre… »

C’est aussi dans un temps de prière que le visage de Jésus devint « autre ». Luc seul mentionne cette intention de Jésus, d’aller sur la montagne pour prier. Ce jour-là quelque chose d’inattendu se produit. Son visage change, son vêtement devient d’une blancheur éclatante. Pierre, Jean et Jacques étaient là. Fatigués, écrasés de sommeil, ils s’endorment. Un certain temps s’était peut- être écoulé sans que rien ne se passe. Ils devaient voir Jésus prier, se questionner, se demander pourquoi il priait si longtemps, et pour finir ils s’endorment. C’est un peu comme nous lorsque nous prions et que rien ne se passe. Nous avons aussi tendance à nous décourager et à nous endormir spirituellement. Mais c’est là que tout à coup, quelque chose se passe. Ils se réveillent et voient Jésus transformé, avec Moïse et Elie en grande discussion. Ils parlent de cette grande mission que Jésus allait accomplir à Jérusalem. Ils parlent de la croix, là où Jésus allait expier le péché du monde entier. Là où Jésus allait clouer l’acte d’accusation, notre condamnation et l’annuler une fois pour toute pour tous ceux qui croient. Jésus sait tout ce qui va se passer à Jérusalem, mais il ne recule pas. Il nous aime trop pour renoncer. Sa force, son courage sont exemplaires. Dans ce moment particulier, Jésus est glorifié, transformé, transfiguré, il devient « autre ». Il apparaît dans sa sainteté, sa perfection, sa divinité. Les disciples sont troublés. Ils découvrent là deux choses essentielles.

Tout d’abord, concernant Jésus. Plus que la sagesse de ses propos, la puissance de ses miracles, ils contemplent là le Fils de Dieu. Jésus est plus qu’un homme bon, sage, puissant pour faire des miracles. Jésus est Dieu, il est « tout autre ». C’est pour eux une révélation de taille. Et Dieu parle à nouveau : « Celui-ci est mon Fils, celui que j’ai élu, écoutez-le ».

Ensuite, les disciples prennent conscience d’une réalité céleste qui les dépasse. Ils touchent de leurs yeux l’existence d’un autre monde, d’une autre forme de vie. Moïse et Elie sont là, ils sont toujours vivants ! Ils réalisent que ce royaume que Jésus est venu annoncer existe bel et bien. Ce n’est pas une fiction, ni une invention humaine, une projection face à l’angoisse de la mort.

En ces jours de carême, prenons le temps ce matin, et chaque jour, pour contempler Jésus, le Christ. Pour admirer sa perfection, sa force, son courage, son amour, sa fidélité à Dieu. Prenons le temps d’admirer, de mesurer l’ampleur de son sacrifice pour nous. « Lui qui existant en forme de Dieu, n’a pas regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, mais il s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur… il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort… de la croix ». (Phil. 2. 6 à 8). Prenons le temps de mesurer cette force afin qu’elle nous inspire comme l’écrit l’apôtre Paul en préambule de ce texte : « Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus Christ… ». Contempler pour adorer, pour mieux connaître ce Dieu qui nous aime tant et l’aimer en retour. Laissons-nous émerveiller, renouveler, fortifier par cette vision. Jésus est le Fils de Dieu, il est Dieu de gloire. Il a réussi sa mission. Le malin est vaincu pour toujours. Il bouge encore un peu, mais il est limité et en voie d’une défaite définitive. Il agit encore, il trompe, il ment, il égare, tente par tous les moyens de nous détourner de Dieu. Mais résistons-lui avec une foi ferme. Regardons à celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés et qui est élevé pour l’éternité. Regardons à celui devant qui tout genou fléchira un jour.

Prenons le temps aussi ce matin pour nous émerveiller de la réalité de ce monde à venir. Prenons le temps pour nous réjouir de ce jour où nous serons réunis avec le Seigneur, avec Moïse, Elie, les apôtres et tous ceux qui ont quittés ce monde en Jésus.

3°) « Nous tous qui, le visage dévoilé, reflétons la gloire du Seigneur, nous sommes transfigurés en cette même image… de gloire en gloire par l’Esprit… »

Contempler pour refléter, pour être transfigurés (Paul emploie le même terme que Luc) par l’Esprit Saint, telle est la vocation de tout chrétien. La contemplation n’est pas une fuite, elle n’est pas un exercice stérile. Bien au contraire, elle doit être une force de transformation, de transfiguration pour un témoignage auprès de ceux qui vivent encore dans les ténèbres. Laissons-nous transformer par l’Esprit du Seigneur, dans l’humilité, l’amour, le soutien mutuel, l’obéissance, le souci des plus faibles, le souci de ceux qui se perdent… Laissons-nous transfigurer à l’image du Christ. Certes, un tel projet de vie n’est pas des plus populaires. Il ne nous assurera pas nécessairement le succès dans ce monde et même parfois dans l’église. Mais ce qui importe, c’est qu’il est le projet de Dieu, sa volonté pour tous ses enfants.

Qu’en est-il de notre vie chrétienne ? Que reflète-t-elle ? Quels sont les ajustements que je dois apporter ? L’obéissance que je dois à l’Esprit Saint qui me parle ?

Conclusion

« Pendant qu’il priait, son visage devint autre… »

C’est dans la prière, la communion avec Dieu, que l’Esprit Saint nous transforme. La conversion, le baptême, la vie chrétienne n’est pas un aboutissement mais un nouveau départ et une marche quotidienne sur le chemin de la vie. Sur ce chemin qui nous mène vers cet autre monde où nous verrons le Seigneur et tous ceux qui auront cru et seront restés fidèles et obéissants.

Dieu a un projet fondamental pour toi. Un projet dans lequel il s’investit par son Esprit. Il veut te transformer, de gloire en gloire, à l’image de Jésus. Entrons dans ce projet. Prenons le temps de parler avec lui, de nous laisser transfigurer.

Réjouissons-nous du monde à venir et soyons en les témoins dans ce monde. Que beaucoup encore connaissent et acceptent cette grâce, cette libération, cette vie abondante et l’assurance de l’éternité.

Pasteur Joël Mikaélian
21/02/16

 

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux