Accueil Messages du Culte Message du culte du 18 décembre 2016 « Le Seigneur lui-même vous donnera un signe… »
Message du culte du 18 décembre 2016 « Le Seigneur lui-même vous donnera un signe… » PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte

Es. 7. 10 à 14 / Matth. 1. 18 à 24

« Le Seigneur lui-même vous donnera un signe… »

L

a parole de Dieu est parfois déroutante. Dieu semble parfois se contredire au point qu’il nous est difficile de comprendre ce qu’il veut de nous. Parfois il accuse d’incrédulité ceux qui lui demandent des miracles, des signes (ce sont les deux termes employés dans le NT). Parfois c’est lui-même qui incite cette demande. De plus, il est troublant de voir que certains signes de Dieu se réalisent sur-le-champ, d’autres plusieurs siècles après. Généralement, l’homme est friand de signes. Il veut voir, toucher, sentir, comprendre pour croire. « Dieu si tu existes, donne-moi un signe ! ». « Seigneur, si tu m’aimes…, Seigneur, si c’est ta volonté…, donne-moi un signe ! ». Ce matin, à travers les textes bibliques, c’est Dieu qui invite à lui demander un signe. Pourquoi ? De quoi s’agit-il ? Comment Dieu accomplit ses signes ? Que devons-nous faire devant les signes de Dieu ? C’est sur ce sujet que je vous invite à méditer en ce 4ème dimanche de l’Avent.

1°) « Demande un signe pour toi au Seigneur ton Dieu… »

Par la bouche du prophète Esaïe, Dieu se fait provocateur. En ce temps-là, le roi Achaz était assiégé à Jérusalem. Lui et le peuple étaient gagnés par la peur. Les guerres de ce temps-là étaient aussi impitoyables que celles d’aujourd’hui. Dieu s’adresse alors au prophète et lui dit : « sors à la rencontre d’Achaz… et dit lui : reste calme, ne crains pas… ». Ce que tu crains n’arrivera pas ! Mais Achaz reste sceptique. Il ne croit pas trop que Dieu est capable de le délivrer. C’est ainsi que Dieu lui propose de demander un signe : « Demande un signe… ». Non répond Achaz : « je ne mettrai pas le Seigneur à l’épreuve ». Ce qui exaspère Dieu au point qu’il décide de lui donner lui-même un signe, signe énigmatique diront certains, messianique diront d’autres. « Voici une vierge deviendra enceinte… ». Et il en donnera une signification première au roi pour l’assurer qu’il le libérera malgré tout.

« Demande un signe pour toi au Seigneur… ». Peut-on demander un signe au Seigneur ? Oui, pourquoi pas ? La question est délicate mais ce texte nous montre que Dieu n’y est pas toujours opposé. A chacun de le faire avec sagesse et discernement. Sans oublier que toute demande à Dieu, toute prière nous engage. La prière n’est pas que « parole » au Seigneur. Elle est aussi « engagement » dans ce que nous demandons. Le signe ne fait pas tout, il nous oblige à l’action. Comme ce fut le cas pour Gédéon par exemple. Dieu est toujours prêt à répondre aux demandes sincères et responsables, selon sa volonté.

2°) « Voici une vierge deviendra enceinte… »

Parmi tous les signes de Dieu que nous pouvons demander, n’oublions pas ceux qui sont déjà là : le monde, la vie, tout ce que Dieu nous a donné et nous donne chaque jour. N’oublions pas les deux signes qui surpassent tous les autres et qui constituent les fondements de la foi chrétienne. Savoir, la naissance et la résurrection de Jésus. La naissance de Jésus, c’est le grand signe de l’Emmanuel, de Noël, de ce Dieu qui vient parmi nous pour nous sauver. Et sa résurrection, signe donné à ceux qui en demandaient du temps de Jésus : « pas d’autre miracle que celui de Jonas… » (Luc 11. 29), disait Jésus en référence à sa résurrection. Ces deux signes constituent aujourd’hui encore les plus grandes fêtes chrétiennes, Noël et Pâques. Ils sont là pour attester de l’existence de Dieu mais aussi pour exprimer son amour, sa présence, sa puissance. Nous fêterons dimanche prochain, le signe de l’amour et de la présence de Dieu « Emmanuel, Dieu avec nous ». De même que le salut de Dieu « Jésus » Dieu est sauveur. Ces signes nous invitent à croire. Ne les ignorons pas. Réjouissons-nous de l’amour, de la présence de Dieu à nos côtés, de son salut en Jésus. Sachons les discerner et les apprécier.

Tenons compte aussi que les signes de Dieu s’accomplissent dans le temps. Il aura fallu attendre 700 ans pour que le signe de l’Emmanuel s’accomplisse. Presque plus personne ne l’attendait. A part quelques « illuminés » comme Anne ou Siméon. Il en va de même dans nos vies aujourd’hui. Les projets de Dieu s’inscrivent dans le temps. Dieu a ses projets pour le monde comme pour chaque individu. Rien n’est livré au hasard. Il nous le dit par la bouche du prophète Jérémie : « Moi je sais les projets que j’ai formés à votre sujet, oracle du Seigneur, projets de prospérité et non de malheur » (Jer. 29. 11). Sachons les attendre avec foi et espérance.

3°) « Joseph, ne crains pas… »

Plus de 700 ans après, un homme est interpellé par un ange. Il s’appelle Joseph. On ne sait pas grand-chose de lui, personnage discret et pourtant capital. « Pauvre Joseph… !» Chantait jadis Georges Moustaki. Pauvre Joseph, fiancé à Marie, plein de projets de mariage et de vie paisible. Le voilà au centre du plus grand signe de Dieu, alors qu’il n’a rien demandé. Il va vivre une vie singulière sans l’avoir cherché. Pauvre Joseph ! Un ange vient le chercher jusque dans son sommeil ! Il lui dit ce qu’il a à faire et cite le prophète Esaïe, le signe de l’Emmanuel. Ce qui étonne chez Joseph, c’est qu’il n’a aucune hésitation, aucun doute. Il fait ce que l’ange lui a dit. C’est ainsi qu’un des plus grands signes/miracles de Dieu s’accomplit. Dieu accomplit ses signes et ses projets à travers des gens ordinaires, anonymes comme Marie et Joseph (aucun texte ne nous parle de leur vie avant). Joseph disparaît rapidement des évangiles. Les épîtres ne parlent même pas de lui. Il est pourtant un des acteurs principal du miracle de Noël.

Depuis toujours et aujourd’hui encore, Dieu agit dans le monde. Il accomplit ses signes et ses projets de vie à travers des hommes et des femmes ordinaires. Il veut le faire aussi avec chacun d’entre nous. Nous sommes tous invités à être des signes de Dieu pour ce monde, des témoins de sa grâce et de son amour. Afin que beaucoup d’autres encore puissent croire. Soyons comme Joseph, ouverts à la voix de Dieu, à l’Esprit Saint, obéissants à sa Parole, même lorsque cela nous paraît étonnant ; ou même lorsque cela perturbe nos plans, nos projets les plus légitimes. Ne craignons pas.

Conclusion

« Le Seigneur lui-même vous donnera un signe… »

Par la naissance de Jésus, Dieu nous a donné un signe merveilleux de son amour et de sa grâce. Un signe fort de sa présence et de son soutien : « Emmanuel, Dieu avec nous ». « Jésus » Dieu est Sauveur.

Réjouissons-nous et croyons-y si nous avons encore des doutes.

Ayons foi et patience. Dieu a des projets de bonheur pour le monde et pour nous. Ils s’inscrivent dans le temps.

Soyons ouvert à l’Esprit Saint et obéissons-lui afin que Dieu puisse accomplir aussi ses œuvres à travers nous.

Pasteur Joël Mikaélian -  18/12/16

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux