Accueil Messages du Culte Message du culte du 25 décembre 2016 « Béni soit le Seigneur… de ce qu’il a visité et racheté son peuple… »
Message du culte du 25 décembre 2016 « Béni soit le Seigneur… de ce qu’il a visité et racheté son peuple… » PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte

Es. 52. 7 à 10 / Luc 1. 67 à 79 / Rom. 10. 14 à 16

« Béni soit le Seigneur… de ce qu’il a visité et racheté son peuple… »

N

ous venons de vivre à nouveau une semaine effroyable. D’Alep à Ankara, d’Ankara à Berlin, l’actualité est venue nous rappeler que la violence de notre monde ne tient pas compte de la trêve de Noël. Bien pire, il semble que Noël la réveille au point qu’elle s’invite pour gâcher cet instant de joie, de paix, d’adoration et de reconnaissance. La société de consommation avait déjà pas mal dénaturé le sens de cette fête. « La laïcité » la considère comme relevant du domaine privé. Le terrorisme est venu l’envahir de haine et de barbarie. Ce Noël sera malheureusement pour beaucoup synonyme de pleurs. Que ce soit à Alep avec ses milliers de morts, dont on ne sait s’ils sont le prix de la paix ou les prémices d’autres tueries. Que ce soit à Berlin, sans oublier toutes les victimes des attentats, les blessés et leurs familles. Que ce soit auprès de nous, dans nos familles, nos épreuves, Noël a parfois bien du mal à demeurer cette bonne nouvelle dont nous parle le prophète Esaïe. Ce qui nous amène à prier et à penser à tous ceux qui vivront un « Noël de la peine ». Pour que Noël garde son sens malgré tout, il nous faut élever nos yeux et nos cœurs vers Celui qui règne, qui console, qui sauve, qui donne la paix ; vers celui qui est venu éclairer le monde de sa lumière d’Amour, Jésus notre Seigneur. C’est ce que je vous invite à faire en ce jour de Noël.

1°) « Béni soit le Seigneur… »

Après des mois de mutisme à cause de son incrédulité, Zacharie, le père de Jean-Baptiste, retrouve l’usage de la parole pour bénir Dieu. Rempli du Saint Esprit, il compose un psaume, un cantique prophétique à la gloire de Dieu : « Béni soit le Seigneur… parce qu’il a visité… libéré… montré sa bonté… afin de guider nos pas sur le chemin de la paix ». Dieu n’est pas rancunier, il pardonne et renouvelle sans cesse sa grâce. Il aurait bien pu tenir rigueur à Zacharie de son incrédulité. Mais en lieu et place de rancune, il en fait un prophète. Il le choisit pour être un des premiers annonciateurs du sens de Noël. Quel beau signe de sa grâce, de sa compréhension face à nos doutes et nos questionnements ! L’amour de Dieu surpasse nos manques de foi, nos incompréhensions face à ses plans et sa volonté pour nous. Dieu reste fidèle à ses promesses et à son amour pour nous, malgré nous.

2°) « Béni soit le Seigneur… de ce qu’il a visité et racheté son peuple… »

C’est ainsi que Zacharie annoncera le sens de Noël avant même la naissance de Jésus. Dans son cantique il bénit Dieu de ce qu’il a visité ce monde pour le sauver. Il se réjouit de ce miracle incroyable, lui qui avait de la peine à croire qu’il pouvait avoir un fils ! En quelques mots, il nous dit tout le sens de Noël et nous invite à nous réjouir aussi de cette naissance. Naissance du Dieu unique, incarnation dans la nature humaine de celui qui a tout créé ! Noël, c’est ce Dieu invisible qui se fait visible. Il est venu parmi nous non pas pour se montrer seulement mais pour sauver, libérer de la condamnation, libérer de la mort tous ceux qui croient en lui. Il est fidèle nous dit Zacharie, car il n’oublie pas ses promesses, son alliance. Il n’oublie pas sa grâce. Il est venu pardonner nos péchés. Il est venu éclairer nos ténèbres de sa lumière. Il est la lumière du monde. C’est en Jésus, par la foi en lui que nous voyons et pouvons vivre nos vies autrement. C’est en lui, par la foi que nos vies sont toujours animées d’espérance ! Zacharie nous invite ce matin à bénir Dieu pour tout cela, à nous réjouir de cette vérité. A dire après lui : « Béni soit le Seigneur… ».

3°) « Qu’ils sont beaux les pieds de ceux qui annoncent la paix… de bonnes nouvelles… »

A la suite d’Esaïe, de Zacharie, l’apôtre Paul invite tous ceux qui ont compris et accepté le sens de Noël, à être à leur tour des porteurs de paix, de la bonne nouvelle de l’amour de Dieu et de son salut. Que Dieu nous accorde de vivre de son amour, de vivre l’espérance que nous avons en Jésus. Qu’il nous aide à vivre la joie de notre salut et la partager autour de nous dans ce monde d’angoisse et de peur. Non pas comme des inconscients qui ignoreraient les sombres réalités de notre monde. Mais comme d’humbles témoins, artisans de paix, de cette paix du Christ. Comme des témoins d’amour, de pardon, témoins de la grâce, de la générosité de Dieu. Soyons ces annonceurs de paix, annonceurs de l’amour, de la miséricorde, de la consolation de notre Dieu. Soyons de celles et de ceux qui disent à la suite d’Esaïe : « Ton Dieu règne ! ». C’est Dieu qui règne et qui aura le dernier mot de l’histoire du monde. Soyons de celles et de ceux qui élèvent leurs voix pour dire que Dieu console ceux qui sont abattus et éprouvés. Que Dieu relève, restaure, guérit, donne la vie et l’espérance éternelle. Que Dieu nous accorde la grâce d’être ces signes de sa lumière aujourd’hui et demain.

Conclusion :

« Béni soit le Seigneur… de ce qu’il a visité et racheté son peuple… »

Bénissons Dieu en ce jour de Noël et en cette fin d’année. Rendons grâce à Dieu pour toutes les joies qu’il nous a données, pour sa présence et son soutien dans nos épreuves, pour sa paix dans nos moments de troubles, pour son pardon dans nos égarements, pour son espérance dans nos moments de désespoir…

Bénissons Dieu pour Jésus et renouvelons-lui ce matin notre pleine confiance.

Pasteur Joël Mikaélian 25/12/16

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux