Accueil Messages du Culte Message du culte du 1er janvier 2017 - «Allons… et voyons… »
Message du culte du 1er janvier 2017 - «Allons… et voyons… » PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte

Nomb. 6. 22 à 27 / Gal. 4. 4 à 7 / Luc 2. 15 à 21

« Allons… et voyons… »

U

ne année s’achève, une autre commence, les jours les années se succèdent, nul ne peut arrêter le temps. Une année qui s’achève, c’est l’occasion de rendre grâce à Dieu pour sa fidélité, pour la vie qu’il nous a accordé ; pour les joies, les bénédictions, le soutien, la présence, la consolation. Au milieu des drames de ce monde qui ne connaissent aucune trêve, nous sommes là et c’est une grâce de Dieu. Au cours de l’année écoulée, certains parmi nous ont vécu des épreuves, perdu des êtres chers. Certains ont eu réponse à leurs prières, d’autres sont toujours en attente. Mais en Christ nous sommes toujours habité d’espérance, c’est aussi une grâce. En ce premier jour de l’an 2017, ce sont des bergers qui nous interpellent. Bergers anonymes, simples travailleurs, ils nous interpellent par leur curiosité, leur désir de voir, de connaître ce qu’on leur a annoncé. Ils auraient pu en rester à ce qu’ils avaient entendu concernant la naissance d’un Sauveur, du Christ, et continuer leur vie. Mais non, ils avaient envie de voir, d’en savoir davantage. C’est ce que je vous invite à faire ce matin et chaque jour que Dieu fait. « Allons… et voyons… » Ayons toujours à cœur de découvrir ce que Dieu veut nous dire.
1°) « Que le Seigneur te bénisse et te garde ! Que le Seigneur fasse luire sa face sur toi et qu’il t’accorde sa grâce ! Que le Seigneur tourne son regard sur toi et qu’il te donne la paix ! »

C’est la bénédiction que le Seigneur veut adresser à son peuple. C’est lui-même qui prend cette initiative et demande à Moïse de la mettre en œuvre. Bénir, est le souhait de Dieu, son vœu pour son peuple, pour ses enfants. Ces paroles constituent les vœux bienveillants de Dieu. Il souhaite de lui-même dire du bien de son peuple, de son église. Il veut dire et il dit du bien de nous, bien qu’il sache que l’on ne peut pas toujours dire du bien de nous ! Il veut dire du bien, il espère, souhaite et agit pour notre bien. L’emploi des temps de cette bénédiction est particulier en hébreux. Il indique une action permanente. Il faudrait traduire : « Le Seigneur te béni et te garde depuis toujours, aujourd’hui et toujours ! Le Seigneur fait luire sa face sur toi et t’accorde sa grâce depuis toujours et pour toujours ! Le Seigneur tourne son regard vers toi et te donne la paix depuis toujours et pour toujours ! ». Mais ce qui caractérise la bénédiction de Dieu, c’est qu’il faut l’accepter, la recevoir, la vouloir, la faire sienne. Il ne suffit pas de la lire, de l’entendre, de le savoir. Il faut accepter les vœux de Dieu, les recevoir par la foi et en vivre par la foi. Ce sont les vœux de Dieu pour nous, nos familles, nos églises et pour tous ceux qui croient en Lui. Ne nous en privons pas !

2°) « Si tu es fils, tu es aussi héritier de Dieu par Christ »

Autre bonne nouvelle en ce début d’année 2017. En Christ, parce qu’il est né dans ce monde, parce qu’il a racheté l’humanité, esclave du mal, tu n’es plus esclave. En Christ, tu n’es plus esclave du péché. Tu n’es plus condamné à faire le mal. Tu as la liberté de faire le bien, de faire du bien autour de toi. Tu as la liberté de bénir, de dire du bien de tes frères et sœurs dans l’église. Tu as la liberté d’aimer comme Dieu t’aime. Tu es fils et tu n’es plus esclave. A chacun de ne plus vivre comme un esclave, de rejeter le mal, de résister aux tentations du mal.

Pour ce faire, en Christ, tu as reçu l’Esprit Saint qui te pousse à crier « Abba ! Père ! ». Tu peux dire à Dieu « Papa » ! Tu peux le considérer ainsi. Quelle image avons-nous de Dieu ? Certes il est un Dieu Saint, grand et redoutable, fort et puissant, exigeant… Mais il est aussi ton père, un père aimant, ne voulant que ton bien, ne voulant que te bénir ! Il est même mieux que ton père dit Jésus. « Si donc méchant comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent » (Matth. 7. 11)

Tu es fils et donc héritier de Dieu. En Christ nous sommes des héritiers de Dieu. Héritiers de toutes ses richesses, héritiers de toutes ses promesses, héritiers de la vie éternelle, du nouveau ciel et de la nouvelle terre. « Béni soit Dieu… il nous a fait renaître pour une espérance vivante… pour un héritage qui ne peut se corrompre… cet héritage vous est réservé dans les cieux… » (1 Pier. 1. 4). Nous avons un héritage éternel. Il est différents des héritages de ce monde qui périrons tous un jour. Nous avons en Christ le plus beau et le plus précieux des héritages. Et il nous est réservé dans les cieux, l’entrée dans le royaume éternel de Dieu.

3°) « Marie gardait toutes ces choses, et les repassait dans son cœur… »

Le texte de l’Evangile met en lumière un contraste saisissant. Au milieu de tout ce qui se passe et qui se dit le jour où elle donna naissance au Christ, Marie écoute, entend, enregistre et réfléchit. Elle essaie de comprendre, d’approfondir le sens de tout ce qu’elle est en train de vivre. Elle ne se laisse pas emporter par ce qui se passe autour d’elle. Quel exemple pour nous ! Combien il est important, pour nous aussi, de prendre régulièrement des temps de réflexions, d’écoute de Dieu et de prières. Dans ce monde où tout va de plus en plus vite, où l’on passe sans cesse d’un événement à un autre, d’une année à une autre, prenons le temps, prenons du temps pour réfléchir, approfondir notre foi, notre connaissance de Dieu. Ne suivons pas ce monde, l’air du temps, la mode, tout ce qui nous pousse à ne pas réfléchir, à ne plus prendre le temps, à « gober » tout ce qu’on veut nous faire croire. On pense pour nous, on analyse pour nous, comme si nous étions bêtes ! Dieu nous a donné une intelligence, la capacité de réflexion, sachons prendre le temps d’en faire bon usage. En ce début d’année, prenons le temps de faire le bilan, d’analyser nos vies, à la lumière de la parole de Dieu. Plaçons cette nouvelle année sous son regard et recherchons sa volonté, ce qui lui est agréable, ce qu’il attend de nous, ce qui le glorifie, ce qui est bien. N’agissons pas sous la pression des événements, sous la pression du monde qui nous entoure. Soyons comme Marie, méditons et essayons de comprendre le sens des choses, le sens de ce qui nous arrive, le sens de ce que nous voyons ou entendons.

« Allons… Voyons… »

En ce 1er jour de l’an 2017, soyons attentifs à ce que Dieu nous rappelle ce matin :

Recevons sa bénédiction et rendons-lui grâce pour cela. Rendons-lui grâce pour sa fidélité.

Réjouissons-nous de ce que nous sommes en Christ et vivons-le.

Prenons du temps de réflexion et de méditation pour que notre vie Le glorifie.

Pasteur Joël Mikaélian 1/01/17

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux