Accueil Messages du Culte Message du culte du 19 février 2017 - «Le Seigneur est tendresse et pitié ».
Message du culte du 19 février 2017 - «Le Seigneur est tendresse et pitié ». PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte

Lev 19. 17-18 / Psaume 103 / Mt 5. 38-48

« Le Seigneur est tendresse et pitié »

« Soyez donc parfait comme votre Père céleste est parfait »

L

a perfection, idéal hors d’atteinte, ou chemin de vie, de bonheur autrement ? Il est aisé de se réfugier dans notre humanité lorsque l’on évoque la perfection. Il est tentant de faire appel au proverbe qui dit que : « La perfection n’est pas de ce monde ». Tentant aussi de s’en tenir à l’évidence que le péché est humain, comme nos imperfections. Mais, est-ce du réalisme ou de la paresse ? Est-ce de l’honnêteté intellectuelle, de l’humilité, ou de la résignation à la médiocrité ? La parole du Christ vient nous bousculer ce matin. Jésus semble mettre la barre haute, très haute même ! « Soyez donc parfaits comme votre Père céleste… ». Qu’est-ce que la perfection ? Quelle idée en avons-nous ? Qu’est-ce qu’être parfait ? Un idéal abstrait ou bien un comportement, des pensées et des actes concrets ? Comment traduire cette exhortation de Jésus dans notre quotidien ? Méditons sur ce que le Seigneur veut nous dire ce matin à travers ces paroles.

1°) Qu’est-ce que la perfection, à quoi Jésus fait-il allusion ici ?

On dit d’une chose qu’elle est parfaite lorsqu’elle n’a aucun défaut. L’ennuie c’est que rien n’est parfait dans notre monde. On n’a donc pas d’exemple, de référence qui puisse nous aider à définir réellement ce qu’est la perfection. Même dans notre imaginaire, notre idée de la perfection ne sera jamais totalement juste. Elle sera toujours partielle, subjective, imparfaite. Ce qui veut dire que tous nos concepts de perfection seront toujours relatifs. Je peux décider que telle chose n’a pas de défaut à mon sens. Que telle personne est parfaite à mes yeux si je le souhaite. Au nom de quoi telle chose ou telle personne serait-elle plus parfaite qu’une autre ? Ceci pour dire que la perfection en cette vie est loin d’être une valeur absolue. Elle est difficile à définir. Elle semble être davantage un chemin qu’une fin. Rien n’est parfait en ce monde mais tout est perfectible. Ce chemin nous invite à la réflexion et à l’action, loin de tout esprit de compétition et de ce stress qui caractérise et accompagne si souvent la recherche de la perfection.  Quelqu’un a dit : « Il vaut mieux viser la perfection et la manquer que viser l’imperfection et l’atteindre ». A côté de ces tâtonnements humains, Jésus inscrit son exhortation dans un cadre bien précis, en référence au seul « être » parfait, à Dieu lui-même. « Soyez donc parfait comme votre Père céleste est parfait ». Jésus sait ce qu’est la perfection, il la connaît, il est le seul à connaître le Père parfaitement et totalement. Et il est venu dans ce monde pour nous le faire connaître et pour nous conduire sur le chemin de la véritable perfection. Il encourage ici tous ceux qui sont devenus enfants de Dieu grâce à son sacrifice, à être parfait. D’ailleurs une traduction plus juste serait de dire : « Vous donc, vous serez parfait comme votre Père céleste est parfait ». Le futur du verbe indique une dynamique, un devenir, une progression. Il ne s’agit pas ici du salut, d’une quelconque obtention du salut par une vie de perfection. Le salut est une grâce donnée à tous en Jésus. Il s’agit de vivre et de progresser dans notre ressemblance à Dieu. C’est à cela que Jésus nous invite, plutôt que de nous complaire dans nos imperfections, ou de nous désoler et de nous décourager de nos échecs. Ou pire encore de renoncer à tout effort sous prétexte que l’on ne pourra jamais atteindre la perfection de Dieu. « L'erreur est humaine… », dit-on souvent pour se rassurer ou se justifier de nos erreurs. Mais on oublie aisément la suite du proverbe qui dit que « l'entêtement [dans son erreur] est diabolique ». « Errare humanum est, perseverare diabolicum ».

2°) En quoi sommes-nous appelés à être parfaits ?

Il est étonnant de constater que les situations et les exemples que Jésus évoque à ce sujet concernent essentiellement nos relations aux autres. Plus précisément, à ces « autres » qui nous agacent, qui nous fatiguent. Ces « autres » qui nous giflent, qui nous blessent, qui nous dépouillent. Ils concernent nos relations à ces « autres » qui sont toujours en demande, toujours en attente de nous. Jésus n’hésite pas à évoquer même nos relations avec ces « autres » qui nous font du mal, qui nous persécutent. Ce sont ces domaines-là qu’il nous invite à visiter ce matin, nos relations avec ceux qui ne nous aiment pas, ceux qui nous ont fait ou nous font du tort, du mal. Que faire pour être parfait ?

Tout d’abord, il s’agit de renoncer à la haine, à la vengeance et à la rancune dans les situations conflictuelles dit le texte du Lévitique. Mais le texte encourage aussi la réprimande. Il ne s’agit pas de ne rien dire, mais de dire sans haine, sans esprit de vengeance et sans garder rancune. Déjà tout un programme, plus ou moins facile à mettre en pratique selon ces « autres » à qui on a affaire ! S’il s’agit de frères ou de sœurs dans l’église, cela pourrait être possible. S’il s’agit de mon supérieur hiérarchique ou d’un collègue de travail, les choses risquent d’être plus compliquées. S’il s’agit de personnes malveillantes, méchantes, alors là, cela relève de l’exploit ! Mais le chemin de la perfection est là. Tout dépend aussi des préjudices. S’il s’agit d’une parole qui a échappé, d’une incompréhension, d’une critique inamicale… S’il s’agit de paroles ou d’actions aux conséquences sérieuses… Ou pire encore s’il s’agit de persécutions, de génocide… Les choses ne sont pas si simples ! Mais le chemin de la perfection est là. Dire, mais sans haine, sans esprit de revanche, sans garder rancune.

A cela Jésus ajoutera la générosité, le refus de la violence, de se placer sur le même terrain. Il encourage à briser le cercle de la violence, de cette justice ancienne et humaine « œil pour œil, dent pour dent ». Je ne fais rien de mal, je ne fais que rendre la monnaie de la pièce... pour lui apprendre ! Jésus n’hésite pas à remettre en cause la fameuse loi du talion. Loi qu’il faut dépasser sous la nouvelle alliance.

Puis Jésus parle d’aimer. Etre parfait, c’est aimer son prochain. Ce prochain, qui n’est plus seulement celui qui m’est proche mais tout être humain et même un ennemi. Aimer, bénir, faire du bien et prier. C’est cela le chemin de la perfection, devenir parfait au sens où Jésus l’entend. Rien de très abstrait. C’est pour ce chemin que Dieu nous a donné son Esprit, l’Esprit Saint seul capable de nous conduire vers la perfection divine. Saint Augustin priait ainsi : « Donne ce que tu ordonnes, Seigneur, et ordonnes ce que tu veux ! »

Etre parfait selon Jésus, c’est souvent être aux antipodes de ce à quoi l’on pense généralement dans notre monde. C’est parfois être pris pour un naïf, un faible, quelqu’un qui a raté sa vie même. Etre parfait selon Jésus, c’est passer pour un insensé selon ce monde.

3°) Pourquoi avancer sur ce chemin humainement insensé ?

« Afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est aux cieux… » dit Jésus. Regardez Dieu, dit le Seigneur, il fait lever le même soleil sur les méchants et les bons, il fait tomber la même pluie sur les injustes et les justes ! Dieu est généreux en amour, en compassion, en pardon, en bonté en bienveillance. « Le Seigneur est tendresse et pitié… » dit le Ps. 103. Regardez Dieu… Il pardonne, il nourrit, il fait droit, il ne garde pas rancune indéfiniment, il ne nous rend pas selon nos fautes, il est patient, il est plein de tendresse comme un père… Il est amour, il n’est pas belliqueux, malveillant, rancunier…

Pourquoi avancer sur le chemin de la perfection et ne pas se perdre sur celui de la résignation et de la médiocrité spirituelle ? Pour sa propre satisfaction personnelle ? Pour épater les autres ? Pour se croire au-dessus des autres ? Pour obtenir quelques bénédictions de Dieu ? Pour qu’il nous fasse justice ?… Rien de tout cela. « Afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est aux cieux… ».

Conclusion

« Soyez donc parfait comme votre Père céleste est parfait »

La perfection, un idéal hors d’atteinte, ou un chemin de vie, de bonheur autrement ?

Que Dieu nous aide à marcher sur le chemin de la perfection et à y persévérer. Avec son aide, celle de son Esprit, avec sa grâce et son pardon pour nos erreurs. Avançons toujours sur ce chemin avec confiance, sans se stresser ou se décourager devant un tel programme. Car Dieu a promis de nous y accompagner pas à pas par son Esprit. N’hésitons pas à mettre en pratique ce qu’il nous dit. C’est le bonheur autrement.

Pasteur Joël Mikaélian
19/02/17

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux