Accueil Messages du Culte Message du culte du 12 mars 2017 - ESTHER
Message du culte du 12 mars 2017 - ESTHER PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte

ESTHER

Introduction :

–   Je vous propose aujourd'hui une prédication un peu particulière puisqu'elle portera sur un livre entier de la Bible, celui d'Esther. Nous verrons les enseignements que l'on peut tirer du livre dans son ensemble puis nous nous intéresserons à un chapitre plus particulièrement, le chapitre 4 que nous allons lire.
–   Résumé des événements qui précèdent le chapitre. (Répudiation de la reine Vashti, Accession d'Esther au trône, Mardochée déjoue un complot qui vise le Roi, Haman est nommé 1er ministre, Mardochée refuse de s'agenouiller devant lui, Haman veut alors se venger, et trouve insuffisant de se venger de Mardochée seulement et décide donc de se venger sur tout le peuple de Mardochée, le peuple juif.)
–   Lecture du texte.
–   Le livre d'Esther est anonyme. Il a sûrement été écrit par un juif qui habitait à Suse où l'histoire prend place. En effet il connaît très bien les coutumes de Perse et de la ville.
–   Pourquoi l'histoire se passe-t-elle en Perse alors qu'elle met en scène le peuple juif ? Elle se passe après l'exil, et malgré l'autorisation qui leur avait été faite de rentrer dans leur pays certains juifs avaient choisi de rester en Perse, et selon ce que l'on voit dans le texte beaucoup d'entre eux résidait à Suse, la capitale locale de l'empire.
–   Un trait que l'on peut remarquer dans ce livre, comme dans celui de Ruth est le fait que Dieu n'est cité à aucun moment. Alors on peut se poser la question de savoir ce qu'un livre qui ne mentionne pas Dieu fait dans la Bible, et ce qu'il a à nous apprendre. Ce livre a beaucoup à nous apprendre. Quant fait que Dieu ne soit pas mentionné, on peut d’ores et déjà dire que ce n'est pas parce qu'il n'est pas mentionné qu'il n'est pas présent. Et c'est ce qui fera l'objet de mon premier point.

I. Dieu est aux commandes. (Ensemble du livre.)

1. Un Dieu présent, au-delà des mots.

L'impression qui ressort très fortement à la lecture de ce livre est que Dieu est aux commandes. En effet, les moindres détails de l'histoire semblent être articulés entre eux de manière parfaite pour arriver au dénouement final. Si cette histoire était fictive on ne pourrait que saluer la créativité et le souci du détail du romancier. Mais le livre nous relate des faits réels et devant cela on ne peut que reconnaître la grandeur de Dieu, le tout-puissant, qui dans son immense grandeur sait également s'occuper du détail.

La présence de Dieu dans ce livre s'impose à nous, sans que les mots n'aient besoin de nous guider vers elle, l'introduction du livre d’Esther dans la bible d’étude du semeur le résume très bien en disant : «  … on a le sentiment que l'auteur a omis intentionnellement toute référence explicite à Dieu afin de faire éprouver à ses lecteurs tout le poids de sa présence ; une présence si forte qu'il n'est nul besoin d'en parler de manière explicite pour la rendre perceptible ».

Dans ce livre Dieu est là c'est incontestable, et il veille sur son peuple.

2. La solution avant le problème.

Comme on vient de le dire Dieu est là et il veille sur son peuple, et il va faire surgir une solution dans la détresse.

Il est frappant de voir par quoi le livre commence. Il commence par la répudiation de la reine Vashti et le sacre d'Esther. Mais ces événements constituent en réalité le début de la mise en place de la solution avant même que le problème ne surgisse.

Quel est ce problème ? Ce n'est pas en soi l'accession de Haman au poste de 1er ministre, mais le fait qu'il demande à tous les fonctionnaires du roi, dont Mardochée fait partie de se prosterner devant lui, or Mardochée étant juif ne doit se prosterner que devant Dieu et refuse. C'est de cela que va venir l'envie de vengeance de Haman sur Mardochée et son plan d'extermination du peuple juif.

Mais que ce serait-il passé si Esther n'était pas devenue reine ? Haman serait sûrement devenu premier ministre de toute manière, et Mardochée aurait dû se prosterner, il aurait refusé, et Haman aurait pu anéantir le peuple juif.

Dieu a préparé la solution au problème avant même que celui-ci ne surgisse, et avant que les juifs ne fassent monter vers lui leurs prières car ils n'étaient même pas encore au courant du danger.

Dieu apparaît ici comme souverain, réellement au-dessus de tout, y compris de l'espace et du temps. Il montre que lorsqu'il a décidé quelque chose, en l’occurrence protéger le peuple qu'il s'est choisi, rien ne peut l’arrêter, pas même le 1er ministre de l'empire perse, pas même le temps, rien.

II. Chacun important à sa place. (Chapitre 4)

1. « Peut-être est-ce pour faire face à une telle situation que tu es devenue reine. »

Esther est à la place que Dieu lui a donnée, et Mardochée ne manque pas de lui rappeler qu'elle ne mérite pas cette place.

La virulence des propos de Mardochée peut nous choquer, mais il faut se rappeler qu'à cet instant les juifs ne savent pas quoi faire, ils sont désolés, effrayés, atterrés, comme on le voit au début du chapitre.

Mais Mardochée va prononcer la phrase décisive du livre, et une des plus belles aussi : « Peut-être est-ce pour faire face à une telle situation que tu es devenue reine. » Qui sait ? Peut-être Dieu a permis à Esther d'accéder à la place de reine uniquement pour pourvoir intervenir et sauver son peuple.

Si l'on a dit dans la première partie que Dieu est aux commandes on voit ici qu'il n'entend pas agir seul. Il veut agir avec Esther, il veut agir avec nous.

Dieu est aux commandes oui, mais il veut aussi nous faire prendre part à son plan, nous responsabiliser. Dieu nous place à des « postes clés » dans son plan, mais par la suite, comme Esther, c'est à nous qu'il revient de faire les bons choix, de prendre les bonnes décisions, de ne pas nous attacher à notre confort jusqu'à ce que celui-ci devienne un frein à notre engagement. L'exemple d'Esther en ce sens est idéal, elle avait tout, la beauté, la richesse, le confort d'une reine, et elle se dit prête à tout perdre, jusqu'à sa vie : v16 : « … je me rendrai auprès du roi bien que ce soit contraire à la loi, et si je dois mourir je mourrais ».

2. « Observez un jeûne en ma faveur »

Esther a pris conscience qu'elle devait sa place à Dieu et qu'il avait un plan dans lequel il attendait d'elle d'agir, de prendre des risques.

Mais elle montre également qu'elle a confiance en Lui et qu'elle sait que les choses ne se sont pas sous son contrôle. C'est alors qu'on va trouver une demande de sa part, celle que Mardochée et tous les juifs observent un jeûne en sa faveur pendant 3 jours. C'est la seule mention d'un acte « religieux » dans tout le livre, et c'est la preuve qu’Esther et le peuple de Dieu savent vers qui se tourner lorsqu'ils ont besoin d'aide.

Dieu ne nous laisse pas seul dans le rôle qu'il nous confie, et s'il attend de nous de prendre des décisions, de faire des choix et parfois de prendre des risques il attend aussi de nous que nous nous reposions sur lui pour faire au mieux.

Conclusion :

Dieu est aux commandes, il règne sur tout et fait toujours au mieux car il nous aime. Mais cette conscience de le savoir aux commandes ne doit pas nous servir de prétexte pour ne rien faire. Car si Dieu n'a pas besoin de nous il choisit néanmoins de nous utiliser pour accomplir son plan, et nous donne des responsabilités. Comme Esther, qui a dû faire un choix difficile mais qui a été la source d'une grande bénédiction il nous faut aussi parfois faire des choix difficiles, mais dans ces moments souvenons-nous que si Dieu nous responsabilise il ne nous abandonne pas pour autant et que nous pouvons toujours nous reposer sur Lui.

Timothé DANIEL - EEA Issy les Moulineaux
Dimanche 12/03/2017

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux