Accueil Messages du Culte Message du culte du 11 juin 2017- «Fais-moi donc voir ta gloire… »
Message du culte du 11 juin 2017- «Fais-moi donc voir ta gloire… » PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte

Ex 34. 1 à 9 / 2 Cor. 13. 11 à 13 / Jean 3. 16 à 18

« Fais-moi donc voir ta gloire… »

« D

is-moi qui tu fréquentes et je te dirai qui tu es ». Ce proverbe très connu témoigne de la sensibilité de notre nature à être influencée par notre environnement (ou de la force de cet environnement). Une fois encore nous sommes appelés aux urnes. D’après les prévisions, cette élection devrait être à nouveau marquée par une abstention record. Il semble que beaucoup de nos concitoyens soient lassés, désabusés par la classe politique et ne croient plus en rien. A ce rythme les abstentionnistes risquent de devenir bientôt majoritaires. Ce qui est triste bien sûr. Mais réfléchissons quelques instants : ce mouvement ne gagne-t-il pas l’église aussi ? Ne sommes-nous pas aussi devenu de plus en plus, des « chrétiens abstentionnistes ? ». C'est-à-dire, des chrétiens présents mais désabusés, qui n’attendent plus grand-chose de Dieu, de leur vie chrétienne. Soit parce qu’ils ont tout ce qu’ils souhaitent ; soit parce qu’ils ne voient pas le bout de leurs épreuves ; soit parce qu’ils ne croient plus en la justice, l’amour et la bonté de Dieu face à tout ce qu’ils voient et entendent chaque jour au travers des médias (souffrance, injustices, triomphe du mal…). Les textes bibliques de ce matin nous invitent à nous attendre à Dieu, à attendre de lui encore et toujours de belles choses. Le voulons-nous vraiment ? Alors ouvrons nos cœurs à l’Esprit.

1°) « Fais-moi donc voir ta gloire… »

C’est le cri de Moïse, son désir profond. Il a vécu de grands moments avec Dieu : la confrontation avec le Pharaon d’Egypte, la sortie d’Egypte, le passage de la mer rouge. Il vient de passer 40 jours sur la montagne avec Dieu. Il a reçu la loi, il a parlé avec Dieu. Et voilà qu’en son absence, le peuple « dérape » spirituellement et se met à adorer un veau ! Moïse intercède et Dieu pardonne. Mais il est profondément atteint, déstabilisé. Il a besoin d’une nouvelle révélation de Dieu. Et il insiste (Ex. 33) : « Fais-moi donc voir ta gloire… »

Et le Seigneur de lui dire : « Taille-toi deux tables de pierre, comme les premières… sois prêt… tu monteras dès le matin… et tu te tiendras devant moi, là…». « Recommence Moïse, allez encore 40 jours de jeûne, sans pain, sans eau. Ecris encore les Paroles… ». Et Moïse recommence. Et là le Seigneur révèle sa gloire : « le Seigneur, Dieu miséricordieux et bienveillant, lent à la colère, plein de fidélité et de loyauté, qui reste fidèle… qui supporte la faute, la révolte et le péché, mais sans rien laisser passer… ». Moïse s’incline et prie avec confiance, confesse la mauvaise nature du peuple et la réalité du pardon de Dieu ; pardon qui n’annule pas les conséquences néfastes du péché. D’où la nécessité de la vigilance par rapport au péché.

Avons-nous besoin d’une nouvelle révélation de Dieu ? Voulons-nous croire que Dieu a encore et toujours de belles choses en attente pour nous, pour son église, pour ceux qui nous entourent ? Faisons nôtre cette prière, ce cri : « Fais-moi donc voir ta gloire… »

2°) « Dieu, en effet, a tant aimé le monde… »

Jésus est venu nous révéler l’amour du Père, un amour si grand, si profond ; un amour qui dépasse nos transgressions, un amour qui pardonne les fautes. « Et le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous et nous avons vu sa gloire, cette gloire que, Fils unique plein de grâce et de vérité, il tient du Père » (Jean 1. 14). En Jésus nous pouvons contempler la gloire de Dieu. Voir sa bonté, sa bienveillance, sa compassion, son affection, sa sensibilité face à la souffrance, sa puissance, son pardon, sa patience, sa sainteté… La gloire de Dieu. En Jésus, Dieu sauve aujourd’hui encore tous ceux qui se tournent vers lui. Ne résistons pas s’il nous appelle. Si nous n’avons pas encore fait ce pas vers lui. N’hésitons pas, venons à lui ce matin de tout notre cœur. Il a sacrifié sa vie pour que nous soyons sauvés, pour que tu sois sauvé.

Contemplons sa gloire ce matin. Contemplons son amour, sa bienveillance, son pardon. Attendons-nous à lui, à sa force, à sa puissance, à sa fidélité à ses promesses. Attendons-nous à son amour, à sa compassion. Attendons-nous toujours à l’action de son Esprit, le Saint Esprit que nous avons fêté dimanche dernier.

Contemplons, mais aussi reflétons sa gloire. Lorsque Moïse descendit de la montagne, il est écrit que son visage rayonnait. L’expérience spirituelle qu’il venait de vivre était si intense qu’elle avait même eu des répercussions physiques sur lui. En 2 Cor. 3. 18, Paul écrit qu’à la conversion, c’est comme si un voile tombait de nos yeux. Et il poursuit en écrivant : «  nous tous qui, le visage dévoilé, reflétons la gloire du Seigneur, nous sommes transfigurés en cette même image, avec une gloire toujours plus grande par le Seigneur, qui est Esprit ». « Dis-moi qui tu fréquentes… et cela se verra… ». N’hésitons pas à fréquenter l’Esprit, la parole, la prière…

3°) « Frères, soyez dans la joie, cherchez la perfection, encouragez-vous, soyez bien d’accord entre vous, vivez en paix… »

Ce sont là les dernières exhortations de l’apôtre Paul aux chrétiens de Corinthe. Des chrétiens remplis de dons de l’Esprit mais à court de sagesse et de bon sens. Des chrétiens remplis de dons de l’Esprit mais aussi de pas mal d’orgueil, à la recherche de leur intérêt personnel plus que de celui d’autrui, du bien commun. Sans parler des conflits, de l’immoralité… bref, un petit « bazar spirituel » qui ressemble fort à ce que l’on peut voir aujourd’hui dans les églises en occident. L’histoire n’est pas nouvelle, ni conjoncturelle. Elle est le résultat d’une mauvaise compréhension de la grâce, d’une parole de Dieu tronquée. Où l’on admet facilement que « tout est permis », tout en oubliant que « tout n’est pas utile…» ; que « tout est permis, mais que tout n’édifie pas ». (1 Cor. 10. 23)  Soyons vigilant par rapport au mal, au péché, à la corruption, à l’orgueil, à l’immoralité…

« Frères, soyez dans la joie, cherchez la perfection, encouragez-vous, soyez bien d’accord entre vous, vivez en paix… »

Conclusion :

« Fais-moi donc voir ta gloire… »

Ne soyons pas des « chrétiens abstentionnistes » mais soyons toujours en attente de Dieu, ayons toujours soif de Dieu, de sa présence, de son amour, de sa puissance ! Soyons en attente de sa gloire, de son royaume ! Que notre attente soit toujours active, pleine d’espérance et jamais désabusée, fataliste ! Le voulons-nous ? A chacun de décider et de prier : « Fais-moi donc voir ta gloire… »

Pasteur Joël Mikaélian
11/06/17

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux