Message du culte du 07 janvier 2018 - «Nous sommes venus pour l’adorer… » - Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux
Accueil Messages du Culte Message du culte du 07 janvier 2018 - «Nous sommes venus pour l’adorer… »
 
Message du culte du 07 janvier 2018 - «Nous sommes venus pour l’adorer… » PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte

Es. 60. 1 à 3 / Matth. 2. 1 à 12

« Nous sommes venus pour l’adorer… »

Քարոզում հայերեն լեզվով - Message en français

B

ien des siècles avant la naissance de Jésus, Dieu avait révélé à ses prophètes, tel Esaïe, que sa naissance ne passerait pas inaperçu ; que des rois, représentants des nations étrangères viendraient pour l’adorer. Certes, l’évangile de Matthieu, qui nous raconte la visite des rois mages, ne nous dit pas grand-chose à leur sujet. On ne sait pas qu’elles étaient leur nationalité, leur croyance, leur langue. On ne connait pas leur nom, la durée de leur voyage, ni ce qu’il advint d’eux après leur retour dans leur pays. Mais l’Evangile a retenu l’essentiel, ce qui pouvait faire sens pour les générations futures, pour nous. Quel message recevoir de cette visite d’adoration en ce dimanche du Noël arménien, de l’Epiphanie, premier dimanche de l’année 2018 ? En quoi cette adoration des mages nous interroge-t-elle sur notre pratique de l’adoration aujourd’hui ?

1°) « Voici que des mages venus d’Orient arrivèrent… »

Le texte nous apprend que ceux-ci arrivèrent à Jérusalem car ils avaient observé quelque chose de particulier parmi les étoiles. Quelque chose qu’ils ont interprété comme la naissance d’un roi, un roi pas comme les autres. Un roi qui les met en marche. En marche pas seulement par curiosité ou par goût de l’aventure, mais en marche pour l’adorer. L’adoration véritable demande tout d’abord de la foi, de croire que Dieu existe même si on ne le voit pas. « Or sans la foi il est impossible de lui être agréable ; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croit que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent » (Hébr. 11.6). L’adoration, rendre un culte à Dieu, est intimement liée à la foi. Foi en un Dieu vivant, souverain, créateur de toutes choses, créateur de l’univers, de la vie et Maître du temps, des événements de ce monde, de ce qui arrive dans ma vie. C’est ce Dieu là que nous sommes invités à rencontrer, à adorer. C’est à Lui que nous sommes invités à rendre un culte chaque dimanche. L’adoration est fonction de ce que Dieu représente pour nous d’abord et avant tout.

2°) « Où est le roi… ? »

Quelle déception que d’arriver à bon port après un long voyage et de constater l’indifférence générale qui vous entoure ! Certes, le roi Hérode se réveille, les religieux aussi. Ils se questionnent : Où doit-il naître, le Messie ? Les gens qui savent arrivent, les érudits des Ecritures Saintes déroulent tout leur savoir ! Mais ça n’ira pas plus loin. Ils se rendorment vite, à part celui qui craint pour sa place de roi ! Lui ne se rendort pas, mais au contraire, il se demande comment il pourra se débarrasser de ce concurrent. Les rois mages, eux, en véritables adorateurs poursuivent leur chemin de foi. On ne sait pas depuis combien de temps ils n’ont vu aucun signe du ciel, mais là, tout près du but, Dieu place à nouveau un signe sur leur route. Dieu place toujours des signes sur la route de ceux qui marchent avec lui et vers Lui. Les rois mages bravent finalement tous les obstacles pour aller adorer. (Absence de signes, environnement indifférent, hostile même…). La véritable adoration demande de la persévérance, de l’obstination, de la conviction, du désir. De ne pas se laisser arrêter par les obstacles (absence de signes, environnement indifférent, hostile parfois, panne d’oreiller, panne de voiture, intempéries, ou plus spirituellement, une petite voix qui te dit que tu peux adorer Dieu tout seul chez toi sans aller à l’église…). Oui, finalement, la véritable adoration, venir rendre un culte à Dieu, est bien fonction de ce qu’il représente et non fonction des circonstances. Elle brave tous les obstacles. Dieu est-il un essentiel, ou une option pour toi ?

3°) « Se prosternant, ils l’adorèrent… »

Arrivés devant le Messie, le roi, les rois mages adorent enfin. Ils s’inclinent ensemble et adorent. Même si ce qu’ils découvrent ne correspond en rien à ce qu’ils attendaient ! L’adoration n’est pas fonction de la beauté des lieux, de la musique, de l’ambiance… Elle est fonction de ce qu’il représente pour nous ! L’adoration des mages est inclinaison, vénération respectueuse, conscience de l’infériorité devant ce roi que toutes les nations, tous les peuples adoreront un jour. Elle est toute en humilité en présence de Celui devant qui « tout genoux fléchira un jour ». Leur adoration, est aussi anticipation du royaume, de ce jour où nous verrons ce roi dans toute sa gloire, sa sainteté, sa puissance, son amour ; de ce jour qui n’aura plus de fin. Leur adoration est aussi généreuse, généreuse de leur amour, de leur respect, de leur reconnaissance, généreuse aussi de leurs cadeaux, de choses précieuses pour eux. L’adoration est un état d’esprit intérieur, qui nous pousse à nous incliner devant Dieu ; à nous humilier devant lui ; en nous tenant en sa présence conscients de notre indignité, de notre infériorité, de notre petitesse, de nos péchés aussi. Elle nous pousse à lui exprimer notre amour, notre passion, par des cantiques, des prières, une attitude de cœur ouvert à sa présence. Elle nous pousse aussi à l’émerveillement devant ce que sa Parole nous dit de lui, émerveillement, silence aussi, comme lorsque l’on se trouve devant quelque chose de trop beau, de grandiose… Elle nous pousse aussi à la générosité, la libéralité. Notre offrande matérielle est une expression de l’adoration.

« Les nations vont marcher vers ta lumière… »

Sommes-nous en marche vers Lui et avec Lui ? Sommes-nous de véritables adorateurs en esprit et en vérité ?

N’y a-t-il pas des obstacles que je dois confesser et braver pour Lui être agréable ? Que notre adoration soit comme celle des rois mages. Que cette fête de Noël et de l’Epiphanie nous aident à être de véritables adorateurs, dimanche après dimanche. Que l’adoration donne sens à nos vies, mette et remette sans cesse les choses à leur place, Dieu à la sienne et nous à la nôtre. Qu’elle nous garde de l’orgueil, de tout sentiment de supériorité. Qu’elle soit anticipation du royaume et prière pour que les nations, les « grands » de ce monde marchent vers Lui et reçoivent de Lui, sagesse et soumission à sa volonté.

C’est ma prière pour cette nouvelle année.

Pasteur Joël Mikaélian
7/01/17

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux