Message du culte du 18 mars 2018 - «Une alliance nouvelle…» - Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux
Accueil Messages du Culte Message du culte du 18 mars 2018 - «Une alliance nouvelle…»
 
Message du culte du 18 mars 2018 - «Une alliance nouvelle…» PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte

Jér. 31. 31 à 34 / Jean 12. 20 à 30

« Une alliance nouvelle… »

L

a Bible nous révèle que Dieu est un Dieu d’alliance. Dès les origines de l’humanité, Il s’est présenté comme Celui qui aime ses créatures et désire faire alliance avec elles. Il est Celui qui ne se lasse pas de restaurer, de pardonner, pour faire du bien et bénir ce monde qu’il a créé. C’est pour cela qu’Il a toujours voulu établir des alliances avec les hommes. C'est-à-dire mettre en place un cadre pour régir les relations avec les hommes. L’alliance permet des relations vraies et durables. Elle comporte des promesses comme des responsabilités. Pour être valide, elle doit être acceptée et respectée par les parties en présence. L’Ancien Testament nous relate les nombreuses tentatives d’alliances de Dieu avec les hommes. Il nous révèle les réussites (Abraham) comme les échecs des alliances à cause du péché, de l’orgueil. L’histoire de l’humanité nous montre la patience de Dieu. Comment il renouvelle, restaure sans cesse les alliances rompues. Il semble que Dieu croit en l’homme plus que ce que l’homme ne croit en Lui. Les textes de ce matin, nous parlent d’une alliance nouvelle, différentes de toutes les autres. Ils nous invitent à méditer sur ses fondements, ses caractéristiques, ses clauses. Comment y souscrire et comment la vivre pour notre bien ?

1°) « Je pardonnerai leur iniquité, et je ne me souviendrai plus de leur péché ».

Les termes de cette alliance nouvelle portent nos regards et nos pensées vers Jésus, plus précisément vers la croix. Car l’Evangile nous dit que c’est en Lui que Dieu nous accorde le pardon total et parfait pour toutes nos fautes. C’est parce que Jésus a accepté de subir notre juste châtiment, notre condamnation à mort, que Dieu nous pardonne et nous donne la vie éternelle. Ce qui veut dire que le fondement de la nouvelle alliance que Jérémie annonce, c’est la croix du Christ. C’est à ce prix que Dieu a fait cette alliance nouvelle et définitive avec l’humanité entière. C’est ce que Jésus évoque avec l’image du grain de blé qui meurt pour porter du fruit. Il dit le fondement de la nouvelle alliance ; c’est Lui, et Lui crucifié. Lui qui accepte de donner sa vie, de mourir à notre place, pour nous libérer de la mort éternelle et nous donner accès à la vie éternelle. N’oublions jamais, que cette alliance a un prix, elle a coûté la vie du Christ, le Fils de Dieu. En y faisant référence, Jésus est troublé : « Maintenant, mon âme est troublée… ».

Cette alliance est extraordinaire, elle est une grâce, un don inconditionnel de Dieu. C’est lui qui en a pris l’initiative et l’a accompli parfaitement pour ne plus avoir besoin d’y revenir. Et il invite chacun à l’accepter, à y croire. C’est en vertu de cette alliance que Dieu déclare : « Je pardonnerai leur iniquité, et je ne me souviendrai plus de leur péché ». Cette alliance est une main tendue à tous qui nous dit : « Je t’aime d’un amour éternel… ». Tel que tu es, accepte et je changerai ta vie par le don de l’Esprit Saint.

2°) « Nous voudrions voir Jésus… »

C’était le désir de quelques grecs, venus à la fête à Jérusalem. L’évangile ne nous dit pas grand-chose d’eux, si ce n’est qu’ils veulent voir Jésus. Ils veulent probablement en savoir plus. Ils ont certainement soif d’une plus grande dimension spirituelle, peut-être comme nous qui sommes là ce matin. Nous désirons plus, nous désirons voir Jésus intervenir avec puissance peut-être dans telle ou telle situation. Nous désirons voir la gloire de Dieu. La réponse de Jésus peut nous paraître alors décalée. Voilà qu’au lieu d’étaler sa force et sa puissance, sa divinité même, Jésus évoque sa mort, avec l’image du grain de blé : « Si le grain de blé qui tombe en terre ne meurt pas, il reste seul ; si au contraire il meurt, il porte du fruit en abondance ». Que veut-il dire ? La  puissance de Dieu, la gloire de Dieu, la force du Christ, n’est pas celle que l’on croit. Cette puissance, c’est son amour, c’est sa mort, c’est la croix. La gloire de Dieu est bien différente de la gloire des hommes ! A l’image de l’expérience de l’apôtre Paul, à qui Dieu dira : « Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse… ». (2 Cor. 12. 9).

Et Jésus étendra ce principe spirituel à la vie chrétienne. « Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle ». Et il précise ce qu’il entend par cela, ce qu’il entend par cette « mort », ou cette « haine » de la vie. Il ne s’agit pas de mourir sur une croix, il l’a fait pour tous et une fois pour toute. Il ne s’agit pas de renoncer à vivre, encore moins de mépriser la vie, ou de vivre avec une liste de privation et d’interdit. La vie est une merveilleuse grâce de Dieu, il faut la vivre avec action de grâce. Il s’agit de vivre une vie au service de Dieu et de son prochain. « Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive… ». Il s’agit de sortir de son égo, d’arrêter d’être au service de son égo, pour se mettre au service des autres. Mourir, haïr sa vie, c’est servir à la suite du Christ, avec sa force et selon son exemple. C’est ne plus vivre que pour soi, ne plus attendre sans cesse des autres, mais se mettre au service des autres. Dans ma vie quotidienne, à la maison, au travail, à l’église… Alors tu verras Jésus, car il sera là avec toi, devant toi. C’est sur ce chemin qu’il t’invite à le suivre. Chemin d’obéissance qui commence par la nouvelle naissance, qui se poursuit par le baptême, et la vie de l’Esprit à la ressemblance de Jésus.

3°) « Et là où je suis, là aussi sera mon serviteur… »

Pour finir, l’alliance nouvelle en Jésus se termine par cette merveilleuse promess : être avec Lui pour toujours, dans son royaume éternel. C’est ce qui attend tous ceux qui auront compris et accepté de faire cette alliance nouvelle avec Dieu, et qui auront vécu, respecté, été fidèle à cette alliance jusqu’à la fin de leur vie. Il ne suffit pas de savoir, il faut obéir, s’engager, avancer. Tout le reste de cette vie, les choses les meilleures comme les moins bonnes, passeront. Il n’en restera rien. Toutes les ambitions, les réussites comme les échecs, tout l’orgueil de cette vie disparaîtra. Ne restera que le souvenir de tout ce que nous aurons vécu avec Dieu ; le souvenir et la rétribution de ce que nous aurons fait de bien aux autres au nom du Christ. « Si quelqu’un me sert, le Père l’honorera ». Ce sont pour ces œuvres là que le Père nous honorera. Pour nos prières, notre soutien aux autres, nos encouragements, notre aide matérielle comme spirituelle, ce que nous aurons fait des dons que Dieu nous a donnés, ceux que nous aurons mis au service de son œuvre, de l’église…

« Une alliance nouvelle… »

Elle est proposée à tous ceux qui ne l’ont pas encore vraiment acceptée. Elle est une alliance dans laquelle Dieu s’est pleinement engagé, elle lui a coûté la vie de son Fils. Elle est pardon, oubli de nos fautes. Elle nous engage à donner le meilleur de nous-même au service d’autrui.

Vivons-la avec joie et reconnaissance, dans l’espérance du nouveau monde à venir.

Pasteur Joël Mikaélian
18/03/18

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux