Dimanche 12 02 2006 - Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux  
Dimanche 12 02 2006 Imprimer
Messages du Culte
Ps 23
Jean 10 : 1 à 11

«Je suis le bon berger, le bon berger donne sa vie pour ses brebis.»

«Que pensez vous du Christ ?» « Qui dites-vous que je suis ? » Tout au long de son ministère sur terre, Jésus questionnait ses auditeurs. Il se préoccupait de connaître ce que les uns et les autres pensaient de lui. Parfois, les mêmes questions se posent à nous aujourd´hui encore. Je vous invite à méditer sur cela à partir des textes que nous venons de lire. Entendons et comprenons ce que le Seigneur veut nous dire ce matin, en réponse à ces questions. Laissons-le répondre.

I. «Moi, je suis la porte...» Jésus raconte une parabole, une histoire assez étrange de bergerie, de porte, de voleur, de brebis... Ses auditeurs ne comprennent pas, nous dit le texte. Alors Jésus est contraint de reprendre et de clarifier sa pensée : «Je suis la porte des brebis...» puis il le répète à nouveau en précisant cette fois le caractère spirituel de son propos. «Si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé...»

> Voilà qui est réellement Jésus «Le Sauveur». Celui par qui le salut éternel est entré dans le monde. Celui par qui le monde perdu peut être sauvé. Jésus est la porte du Royaume de Dieu ; de ce Royaume merveilleux, Royaume d'Amour, de Paix, de Justice, de Vérité, de Pureté... Royaume où le mal n'a plus sa place, ni la méchanceté, ni la haine, l´hypocrisie, la jalousie, l'orgueil,... ni le mensonge, ni l'injustice, ni l´amertume, la rancoeur...

C´est dans ce Royaume qu´il nous invite, qu´il t'invite à entrer, par la conversion, la foi et la repentance. C´est un Royaume dans lequel on est chez soi une fois entré (C'est le sens de l'expression «il entrera et il sortira»). Ce qui veut dire, que nous sommes appelés en entrant dans le royaume, à nous débarrasser de tout ce qui n'a pas de place dans ce royaume. C´est cette oeuvre de sanctification que le Saint Esprit veut opérer dans le coeur de tout ceux qui croient en Jésus et qui lui obéissent. Ce qui veut dire qu´une fois entrés, nous sommes appelé à aimer, à poursuivre et à cultiver toutes les valeurs de ce royaume, dans notre vie quotidienne ; avec patience, persévérance, avec foi, en comptant sur la grâce et l'aide du Saint Esprit.

«Je suis la porte, si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé» Es-tu entré par cette porte, es-tu sauvé ? Es-tu bien chez toi, dans le royaume de Dieu ? Où y a t il des choses encore, dont il faut te débarrasser ? Es-tu mal à l'aise dans ce royaume ?

> Rendons gloire à Dieu pour ce grand salut. Jésus est la porte des brebis, de la bergerie... Ne restes pas dehors, entres et tu trouveras des pâturages... l'amour dont tu as besoin, la paix, la joie, l'espérance, la consolation... la vie. Tu trouveras un bon berger.


II. «Je suis le bon berger...» Voilà que tout à coup, sans grande transition, la porte se transforme en berger, en bon berger. Pour montrer un autre aspect de sa personne, Jésus se compare à un berger. Jésus est ce bon berger, qui a donné sa vie sur la croix par amour pour toi et pour moi. Cette vérité merveilleuse fera dire quelque temps plus tard à Paul : «Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? Lui qui n'a point épargné son propre Fils, mais qui l'a livré pour nous tous, comme ne nous donnera t´il pas aussi toutes choses avec lui ?» (Romains 8 : 31, 32)

En revenant en arrière dans le texte, on découvre alors toutes les réalités merveilleuses concernant ce bon berger : Il va vers ses brebis, il les appelle par leur nom, parce qu'il les connaît bien, il les conduit dehors, il marche devant elles... Il est là, avec elles, il les garde, les défend des voleurs et des loups... et personne ne peut les ravir de sa main. Qu'il est bon d'être la brebis d'un tel berger ! Jésus nous donne cette deuxième image en écho certainement au Psaume 23, pour nous dire qui il est, quel type de relation il souhaite avoir avec nous, ce qu'il fait pour ses brebis. Il nous donne une image, une parabole pour fortifier notre foi et nous remplir de sa paix.
> Venons à lui ce matin : pour le louer ; pour trouver la paix, la sécurité, la consolation, l'aide et le soutien dont nous avons besoin.

III. «Les brebis le suivent...» Cette image nous rappelle aussi une vérité importante que nous avons tendance à oublier en tant que chrétiens. Cette vérité concerne l'obéissance. Suivre le bon berger, suivre Jésus, ce n'est pas seulement le dire, le prier, le chanter...

* Suivre Jésus, c'est lui obéir, obéir a tout ce qu'il nous commande dans notre vie personnelle, familiale, cultuelle et sociale. C'est aimer de cet amour dont il nous a aimés ; pardonner, aider, soutenir, encourager... C´est vivre selon les valeurs du royaume de Dieu que nous avons évoquées plus haut. Jésus nous invite à être une brebis qui suit le bon berger, sans s'éloigner. Etre une brebis qui ne quitte pas le troupeau, la communauté, l'Eglise ; une brebis qui ne s'isole pas, qui ne se marginalise pas. La désobéissance, l´égarement, la solitude nous rend vulnérable. C'est là que le voleur vient pour égorger et détruire. Si nul ne peut nous ravir de sa main, nous avons la liberté de lâcher sa main, et d´être à la merci du mal qui détruit. Comme Samson ou Saül qui ont détruit leur vie à cause de leur désobéissance. Que Dieu nous garde chaque jour dans un esprit d'obéissance, qu'il nous donne la force et le courage de l'obéissance.

Conclusion : «Je suis la porte... je suis le bon berger...» « Que pensez vous du Christ ? Qui est Jésus pour toi ? »

De la porte du royaume de Dieu, à la manifestation plénière de ce royaume, il y a un bon berger, qui sera toujours là, fidèle et bon, merveilleux, plein d'Amour et de compassion qui te diras toujours «Suis-moi... Ne crains rien... Sois fidèle... Ne porte pas des regards inquiets... » Il y a un bon berger qui t'invite aussi à devenir sa brebis, à entrer par la porte et à ne pas rester dehors. Il y a un bon berger qui t´attend.

Pasteur Joël Mikaélian
Dimanche 12 février 2006