Accueil
Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux
La Lettre de Nouvelles - Novembre 2013 PDF Imprimer Envoyer
La Lettre de Nouvelles

icon 201311 - La Lettre de Nouvelles - Novembre 2013

«Quelques instants je t’avais abandonnée, mais avec une grande affection je t’accueillerai… » (Esaïe 54. 7)

«Quelques instants je t’avais abandonnée… »

C

es paroles s’adressaient jadis au peuple d’Israël en captivité à Babylone, aux environs du VIIème siècle avant Jésus Christ. De tels propos de la part de Dieu peuvent nous étonner. Est-il possible que Dieu abandonne ses créatures qu’il aime, ses enfants ? Est-il possible qu’il les délaisse ? Le texte d’Esaïe semble le suggérer. Le contexte (idolâtrie extrême, désobéissance persistante) pourrait le justifier. Sans oublier que cet abandon reste limité dans le temps et que la phrase ne s’arrête pas là.

« Mais avec une grande affection je t’accueillerai… »

D

ieu se plait à pardonner, à accueillir celui qui vient ou revient vers lui. « Sa colère dure un instant, mais sa grâce toute la vie » (Ps. 30. 6) Certes, il est des temps où Dieu peut être indigné de nous, de nos tiédeurs, de nos relâchements. Il se peut que nous vivions aussi des temps d’épreuves inexplicables où il semble que Dieu nous ait abandonnés. Il se peut que ces instants nous semblent interminables. Mais le Seigneur nous rappelle qu’il est aussi des temps de renouveau, de libération, de restauration pour tous ceux qui placent leur espérance en Christ et en son amour. Il est des temps où Dieu nous dit et nous redit : « Avec un amour éternel j’aurai compassion de toi… » (Es. 54. 8)

Que Dieu nous fasse sans cesse cette grâce et que nous en soyons toujours les témoins fidèles.

Votre Pasteur, Joël Mikaélian.

Lire la suite...
 
Culte du dimanche 20 octobre 2013 - «Il faut toujours prier… » PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte

Ex. 17. 8 à 13 / Luc 18. 1 à 8

« Il faut toujours prier… »

L

a prière nécessite un présupposé clair et sans ambiguïté : croire que Dieu existe et qu’il entend. Pour prier, il faut être sûr que Dieu est attentif, sensible au vécu de chaque être humain et qu’il est tout-puissant et compatissant pour agir. Faute de quoi, la prière n’est qu’un vain bavardage, ou un genre de psychothérapie, ou pire encore de la folie. L’épître aux hébreux nous dit que : « Sans la foi, il est impossible d’être agréable à Dieu ; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent ». Certes, la prière reste un mystère à bien des égards. Pourquoi Dieu nous demande-t-il de prier alors qu’il sait tout ce dont nous avons besoin ? Pourquoi Dieu attend-il notre prière pour agir ? Notre prière peut-elle changer le cours des choses, les décisions de Dieu, les plans de Dieu ? Dieu tient-il compte de notre prière ? Comment peut-il le faire avec les millions de prières qui montent vers lui chaque jour ? Et puis, comment comprendre ses refus, ses silences ? Comment comprendre qu’il laisse tant d’injustices et de souffrances dans ce monde malgré toutes les prières ?

Face à toutes ces questions, ces interrogations, Jésus raconte une parabole « Pour montrer qu’il faut toujours prier, et ne point se relâcher ». C’est sur cette parabole et sur l’expérience de Moïse, Aaron et Hur que je vous invite à méditer ce matin. Pour tenter de répondre à nos questions et nous encourager dans notre vie de prière.

Lire la suite...
 
Culte du dimanche 06 octobre 2013 - «Augmente-nous la foi… » PDF Imprimer Envoyer
Messages du Culte

Hab. 1. 1 et 2, 2. 2 à 4 / Héb. 10. 37 à 39 / Luc 17. 1 à 6

« Augmente-nous la foi… »

D

imanche dernier, nous avons vécu un événement extraordinaire. Dans le cadre de « Protestants en fête », plus de 12000 personnes se sont rassemblées au Palais Omnisport de Paris Bercy pour rendre un culte à Dieu. Ce fut un temps encourageant pour ceux qui étaient présents comme pour ceux qui ont pu suivre la retransmission TV en Eurovision sur France 2. Quelle joie de pouvoir chanter, prier en communion avec tant de frères et sœurs différents mais tous unis au Christ, par un même Esprit ! Ce matin, c’est un peu différent. Personne n’a fait la queue pour entrer à l’église. Personne n’a eu de mal à trouver une place. Il n’y a pas de caméras, pas de grand prédicateur… C’est un peu différent, mais à la fois un peu pareil. Car nous sommes réunis dans la présence de Dieu, nous avons chanté et prié, adoré Dieu. Dieu est là par le même Esprit, la même parole. Quelle grâce, quel amour que ce Dieu qui honore de sa présence le moindre des rassemblements en son nom comme le nôtre ce matin !

Dans l’évangile de Luc, au chapitre 17, Jésus vient d’encourager ses disciples à pardonner à ceux qui reconnaissent leurs tords. Et ce, même si c’est sept fois dans la même journée ! Quelle affaire ! Et voilà que pour toute réaction, les disciples ne trouvent rien d’autre à dire que cette prière : « Augmente-nous la foi… ». C’est comme s’ils craignaient de ne pas pouvoir mettre en pratique ce que Jésus venait de leur demander. Et si nous faisions nôtre cette prière ce matin ? N’avons-nous pas nous aussi ce besoin face aux exigences de la vie chrétienne ? Ou bien aussi face à tout ce que nous voyons et vivons ? Face à tant de situations qui sont au-delà de nos forces ! N’avons-nous pas besoin de plus de foi ? Mais qu’est-ce-que cela veut dire concrètement ? Comment le Seigneur peut-il augmenter notre foi ? Mettons-nous à l’écoute de la Parole de Dieu. Ouvrons nos cœurs à ce que Dieu veut nous dire ce matin.

Lire la suite...
 
La Lettre de Nouvelles - Octobre 2013 PDF Imprimer Envoyer
La Lettre de Nouvelles

icon 201310 - La Lettre de Nouvelles - Octobre 2013

EDITO

«Espérant contre toute espérance...» (Rom. 4. 18)

P

eut-on encore espérer dans un monde en crise, envahi de guerres, d'injustices et de corruptions ? Peut-on espérer dans une société en mal de vivre, qui remet en cause les fondements même de la vie, qui confond égalité des genres et altérité?

Peut-on encore espérer lorsque l'épreuve est là, les difficultés économiques, les conflits, la maladie, la souffrance, la mort ? Que peut-on espérer lorsque qu'il semble qu'il n'y ait plus rien à espérer, lorsque Dieu même semble se taire ?

La Bible nous dit qu'Abraham, « Espérant contre toute espérance, crut... », et que « sans faillir dans la foi... il ne douta point... que ce que Dieu promet il peut l'accomplir... » (Rom. 4.18 et ss). Et Dieu honora sa foi.

La foi en la fidélité de Dieu, en ses promesses, en la résurrection du Christ et des croyants reste à jamais le fondement de l'espérance chrétienne. Il ne s'agit pas d'optimisme illusoire ni de pensée positive creuse. Il s'agit de foi en l'Amour de Dieu, de confiance active contre toutes les formes de désespoir qui nous entourent. Il s'agit de ne jamais baisser les bras !

En Christ, il est toujours possible d'espérer, même lorsque tout semble dire le contraire.

Votre Pasteur, Joël Mikaélian

 

Lire la suite...
 
<< Début < Précédent 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 Suivant > Fin >>

Page 37 sur 86

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux