Accueil Messages du Culte Message du culte du 15 octobre 2017 - «Accueillez-vous les uns les autres… »
Message du culte du 15 octobre 2017 - «Accueillez-vous les uns les autres… » PDF Տպել Էլ.փոստ
Messages du Culte
There are no translations available.

Es. 25. 6 à 9 / Rom. 15. 7 à 13 / Matth. 22. 1 à 14

Քարոզում հայերեն լեզվով

Message en français

«Accueillez-vous les uns les autres comme le Christ vous a accueillis…»

L’accueil, accueillir, être accueillant, autant de déclinaison d’un mot chargé de sens, qui évoque la relation, l’ouverture à un autre que soi, la bienveillance. C’est aussi un mot qui nous renvoie à nous-même et nous interpelle : «suis-je accueillant ?» ou, communautairement : « sommes-nous accueillants, entres-nous, au-delà de nous ? ». Car l’accueil peut être froid, inexistant, ou même rejet. La question devient cruciale dans le cadre d’une église, où il s’agit d’enjeux important, celui de la vie éternelle. Ce mot nous renvoie à nous-même et aux autres, puisque généralement on ne s’accueille pas soi-même. Ce mot nous responsabilise quand à la nature et la qualité de notre accueil. C’est une question importante sur laquelle nous réfléchissons souvent en conseil, en église et cela est tout à fait normal. C’est une des vocations centrales de l’église. C’est aussi sur ce thème que « Michée France » nous invite à méditer ce matin. Car la question de l’accueil est aussi liée à celle de la justice sociale. Elle est comme un antidote à l’injustice sociale que nous pouvons vivre au sein d’une société comme au sein d’une église face au rejet. En ce sens, elle nous concerne tous. Méditons : Qui accueillir, comment le faire ?

1°) «Accueillez-vous… comme le Christ vous a accueillis…»

L’auteur biblique inscrit l’accueil de l’autre dans un cadre tout à fait particulier et singulier. Il s’agit de faire «comme le Christ». Du coup, l’Ecriture nous invite à visiter ou à revisiter la nature même de l’accueil du Christ. Comment Jésus a-t-il accueilli ceux qui venaient à lui, comment s’est-il fait l’accueillant de tous ? Le texte de l’épître aux Romains nous le dit : «Il s’est fait serviteur de tous, des juifs comme des païens». C'est-à-dire que Jésus s’est fait accueillant pour tous, sans aucune exclusive. Nul n’est exclu de l’amour de Dieu, de sa grâce, du salut et de la vie éternelle que le Christ est venu donner aux humains. Les évangiles nous racontent avec force comment Jésus a toujours accueilli ceux qui venaient à lui quelle que soit leur condition sociale ou ethnique. C’est avec le même amour, la même compassion qu’il s’est penché sur tel paralytique, tel mendiant aveugle ou sourd, telle mère, tel père, tel pauvre, tel riche, tel érudit, tel docteur de la loi, tel publicain, telle femme adultère ; tel étranger païen, tel officier occupant… On le voit toujours ouvert à l’autre avec un même amour, une même compassion et à chaque fois, un discours adapté, une réponse aux besoins précis, une compréhension bienveillante face à chaque situation. Jésus a bien été l’accueillant par excellence bien qu’il ne fut pas bien accueilli des siens et d’autres ; bien qu’il fût plutôt mal accueilli !

2°) «Tout est prêt, venez… »

A travers une parabole, qui parle d’accueil et de rejet, Jésus indique qu’il en va du royaume de Dieu comme d’un roi qui invite ses amis, aux noces de son fils. Un roi qui accueille. Mais l’invitation est plutôt rejetée par certains invités ce qui déclenche la colère du roi. Mais qu’importe, ceux qui feront bon accueil à l’invitation en profiteront. Cette parabole qui met l’accent sur le rejet des religieux juifs de l’époque, nous parle aussi du rejet ou du mépris de la grâce de tout un chacun. C’est le sens de la suite ou de la 2ème parabole qui met l’accent sur le sort de celui qui était entré sans avoir un vêtement de noces. Ce qui veut dire que pour que l’accueil ait lieu, il faut aussi que celui qui est accueilli accueille celui qui l’accueille. C'est-à-dire, honore, respecte, celui qui l’accueille.

De même aujourd’hui, le Seigneur invite chacun à venir à lui. Il est prêt à accueillir chacun, à t’accueillir si tu veux bien venir à lui. «Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés… ». Viens à lui pour être sauvé si tu n’as pas la certitude de l’être aujourd’hui. Décharge-toi de ton péché, du mal que tu as peut-être fait, de tes soucis et de tes inquiétudes… Accueille-le dans ta vie, invite-le dans ta vie. Viens à lui avec tes fardeaux aussi, avec tout ce qui est trop lourd à porter. Décharge-toi sur lui. «Déchargez-vous sur lui de tout vos fardeaux… ». Il a tout accompli à la croix. Il a porté ce mal, il a cloué à la croix ta condamnation. Il a porté tes soucis et il les portes aujourd’hui devant Dieu, devant le trône de la grâce. Viens, non avec tes mérites, tes justifications, tes titres de gloire. Il est là toujours là pour t’accueillir tel le père qui accueille bras ouverts l’enfant rebelle. Quel accueil sans cesse renouvelé ! Accueil empreint de sa grâce toujours. Accueil qui ne demande que notre accueil, notre humilité, notre repentance parfois, notre reconnaissance, notre adoration. « Venez, tout est prêt… ». Voilà comment le Christ nous accueille.

3°) « Accueillez-vous les uns les autres comme le Christ vous a accueillis… »

La parole s’adresse à nous maintenant en tant qu’individu comme en tant que communauté. Elle nous invite à ouvrir nos cœurs les uns aux autres comme le Christ a ouvert son cœur pour nous. Elle nous invite à faire fi de tous nos jugements, de tous nos préjugés, de toutes nos histoires anciennes ou récentes. Regardons-nous tels que nous sommes, enfants d’une même famille. Ayons de l’amour, de l’intérêt, de la bienveillance les uns pour les autres. Et même pour ceux qui nous ont fait ou nous font du mal. C’est Jésus qui l’a dit : « Si vous aimez seulement ceux qui vous aiment, quel gré vous en saura-t-on? » (Luc 6. 32). Ouvrons nos cœurs à tous, comme le Christ. A ceux qui sont là, mais aussi au-delà à tous ceux qui souffrent dans ce monde, à ceux que l’on méprise, que l’on rejette, que l’on ignore, à tous ceux que le Christ a accueillis lors de son séjour sur cette terre. Soyons généreux en amour, en compassion, en pardon. N’attendons pas toujours des autres. Apprenons aussi à accueillir celui qui nous accueille dans la réciprocité. Il n’y a pas d’accueil sans réciprocité. Dans la liberté, allons vers ceux que nous ne voyons pas souvent. Vers ceux à qui nous n’avons pas parlé depuis longtemps. Invitez-vous, ayez à cœur de partager simplement un moment ensemble. Surtout, que personne ne dise « personne n’est venu vers moi ». Dans la liberté, pas par obligation.

Conclusion :

«Accueillez-vous les uns les autres comme le Christ vous a accueillis…»

Prière : «Seigneur nous te rendons grâces pour toutes les personnes qui ont rejoint notre Eglise récemment et qui font déjà partie du corps de Christ, dans cette diversité que toi seul peut orchestrer.

Nous te prions afin que chacun et chacune puisse trouver sa place dans notre église, chacun à son rythme et selon ses attentes.

Nous te demandons discernement et sagesse afin que nous puissions prendre soin de chacun et chacune. Nous prions aussi que l’accueil des « nouveaux » soit une occasion de renouveler notre vision pour l’Eglise, et nous permette d’aller plus loin dans la réalisation de tes projets​»

Pasteur Joël Mikaélian
15/10/17

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux