Message du culte du 03 décembre 2017 - « Prenez garde, restez éveillés… » - Հայ Աւետարանական Եկեղեցի
Accueil Messages du Culte Message du culte du 03 décembre 2017 - « Prenez garde, restez éveillés… »
 
Message du culte du 03 décembre 2017 - « Prenez garde, restez éveillés… » PDF Տպել Էլ.փոստ
Messages du Culte

Es. 63. 15 à 64. 4 / Marc 13. 33 à 37

Քարոզում հայերեն լեզվով

Message en français

« Prenez garde, restez éveillés… »

L

e temps de l’avent est ce temps d’attente de la fête de Noël, l’anniversaire de la naissance de Jésus. Le compte à rebours est lancé. Cette année encore, Noël viendra illuminer nos vies, nos maisons, nos familles, notre monde. Nous nous préparons à célébrer à nouveau ce bel événement. Dieu est venu parmi nous, il est venu avec nous, il est venu en nous. Il n’y a rien de plus beau, de plus fort, que d’être habité par l’Esprit Saint par la grâce en Jésus Christ. Le texte de l’évangile de Marc nous laisse entendre qu’un autre compte à rebours a été lancé il y a bien longtemps. Il s’agit de celui du retour du Christ. En ce temps de l’avent méditons et laissons-nous saisir par ce que Dieu veut nous dire à travers sa Parole. De l’espérance des prophètes à la nôtre, comment vivre ce temps de l’attente du retour du Christ ?

1°) « Ah ! Si tu déchirais les cieux… »

Le prophète Esaïe s’exclame avec force. Il crie son désir de voir Dieu descendre sur terre ; son désir de le voir agir alors que la situation de son peuple est catastrophique. Il interpelle Dieu : « Regarde et vois, depuis le ciel… Tes tendresses pour moi ont-elles été contenues ? C’est que notre Père, c’est toi ! …  C’est toi depuis toujours… Pourquoi nous fais-tu errer, Seigneur, loin de tes chemins ? Ah ! Si tu déchirais les cieux… ». Le cri d’Esaïe alterne entre désir de voir Dieu agir puissamment, confession de foi, confession de péché, affirmation de la bonté de Dieu, espérance du secours de Dieu. Telle a été l’expérience spirituelle du peuple d’Israël jusqu’à la naissance de Jésus. Jusqu’à ce que Dieu déchire réellement les cieux et vienne sur terre. Et là, à partir de ce premier Noël, les croyants pourront vivre une expérience nouvelle avec Dieu ; l’expérience du pardon des péchés, du salut et de la présence de l’Esprit.

« Ah ! Si tu déchirais les cieux… » Que de fois, n’avons-nous pas, nous aussi fait une telle prière ? N’avons-nous pas nous aussi de nombreux désirs non comblés ? Que ce soit pour nous, pour notre vie quotidienne, notre santé, celles de nos bien-aimés… ! Que ce soit pour nos familles, notre entourage, notre monde. Que de fois sommes-nous tentés nous aussi de crier à Dieu : « Ah ! Si tu déchirais les cieux, si tu descendais… ». Ah ! Si tu venais mettre un peu d’ordre sur terre, dans nos vies, dans nos relations… ! N’hésitons pas à crier vers Dieu comme Esaïe ; à le faire avec foi et espérance comme lui, lorsqu’il affirme et s’émerveille un peu plus loin : « Jamais on a appris ni entendu dire, et jamais l’œil n’a vu qu’un autre dieu que toi, fit de telles choses pour ceux qui se confient en lui ». Oui Dieu est capable de faire de grandes choses pour ceux qui se confient en lui.

En Jésus, par sa naissance sur terre, Dieu a déchiré les cieux. Il est là parmi nous, avec nous, en nous dans la mesure où nous avons accepté la grâce de son pardon par la foi. Dans la mesure où nous lui avons entièrement confié nos vies et notre avenir. Si tel n’est pas le cas, n’hésitons pas à venir à lui, ou à revenir à lui si nous sommes égarés.

2°) « Prenez garde, restez éveillés… »

A propos de son retour, Jésus raconte une parabole. Il le compare à un homme qui part en voyage et qui confie sa maison à ses serviteurs. Il donne à chacun une tâche à accomplir fidèlement, chaque jour. Chacun doit être à jour de son travail car le maître de la maison n’a pas donné la date de son retour. Ce qui laisse entendre qu’il peut rentrer à n’importe quel moment. Même la nuit dit Jésus.

Le message est clair. D’une part, Jésus nous dit que tout chrétien a une tâche particulière qui lui a été confiée. Nous avons tous reçu un service. Dieu nous a fait confiance pour son œuvre sur terre, pour son église. L’église est comme cette maison que le maître a quittée pour un temps. Il l’a quittée tout en y étant présent par son Esprit. Il l’a quittée tout en ayant confié cette maison à ses serviteurs. Non pas pour la garder seulement, mais pour la faire vivre ; pour qu’elle fonctionne et qu’elle remplisse sa mission sur terre. Mission qui est de rendre un culte à Dieu, de vivre de son amour et d’en témoigner auprès comme au loin. Chaque église locale est comme cette maison de Dieu, où chacun est appelé à accomplir fidèlement ce qui lui a été confié. Chacun doit servir afin que la maison vive, qu’elle honore son maître et qu’elle soit ouverte pour accueillir tous ceux qui veulent y entrer. C’est la vocation, la mission de l’église. Notre église propose une grande diversité de service. Il y a le département du culte et de l’enfance, celui du témoignage et de la mission, celui du secrétariat, celui de la foi et de la culture, celui de l’accueil et de la vie communautaire, celui de l’entretien, celui de la communication, les ados et les jeunes, les visites, la prière, les groupes de maisons… les diacres de ces départements ont été désignés pour organiser tous ces services qui font vivre l’église avec l’aide du Saint Esprit. Sans parler aussi des finances. Comme chacun sait, la Bible enseigne à ce sujet le principe de la dîme. Nous sommes invités à donner à l’église, une part de ce que Dieu nous donne en signe d’adoration et de reconnaissance. A chacun de s’y engager et de servir fidèlement. Ces services sont là pour chacun, ils permettent la vie de l’église.

D’autre part, Jésus nous dit par cette parabole que notre service doit toujours être au point, à jour. Car nul ne sait quand il viendra. Ce qui veut dire qu’il nous faut être sans cesse au clair dans nos engagements. Et même s’il dit au portier, à celui qui a la garde de la maison de veiller, Jésus termine en insistant : « Ce que je vous dis, je le dis à tous, veillez ». Nous sommes tous invités à ne pas nous endormir, mais à veiller. C'est-à-dire à vivre dans cette attente, comme celle de l’Avent, une attente joyeuse et sérieuse. Le Christ, notre Seigneur, peut venir à tout moment. Que nos voies soient toujours bien réglées ; nos vies en ordre, nos relations en ordre, notre service à jour.

« Prenez garde, restez éveillés… »

Pasteur Joël Mikaélian
03/12/17

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux