Message du culte du 14 janvier 2018 - «Me voici, Seigneur, je viens faire ta volonté... » - Հայ Աւետարանական Եկեղեցի
Accueil Messages du Culte Message du culte du 14 janvier 2018 - «Me voici, Seigneur, je viens faire ta volonté... »
 
Message du culte du 14 janvier 2018 - «Me voici, Seigneur, je viens faire ta volonté... » PDF Տպել Էլ.փոստ
Messages du Culte

1 Sam. 3. 8 à 14 / Psaume 40. 7 à 9 / Jean 1. 35 à 42

« Me voici, Seigneur, je viens faire ta volonté... »

Քարոզում հայերեն լեզվով

Message en français

Q

uel est le fondement de l’appel à l’engagement et à la consécration de nos vies ? Pourquoi entrer dans une démarche de conversion, de baptême, de consécration, dans un ministère ? Ministère pastoral, ministère d’ancien, ministère diaconal, ministère de service, de prières, de témoignage, … Pourquoi ? Pourquoi obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes ? A ce que me dit le standard de la société ? A ce que me disent mes ambitions humaines ? Pourquoi faudrait-il que je « sacrifie » ma vie pour Dieu ? « Je quitterai ce monde sans regrets… ». La phrase est celle d’un comédien célèbre qui disait avoir eu dans sa vie tout ce qu’il désirait. Le rêve non ? Tout sauf, à y regarder de plus près, l’essentiel, puisque celui-ci se déclarait non croyant et pensait que la vie s’arrêtait dans ce monde. On peut tout avoir dans sa vie, tout ce qu’on désire et rater sa vie quand même. Qu’en est-il de nous ? Marchons-nous dans les voies de Dieu, selon son appel, sa volonté pour nous ? Méditons ce matin sur l’appel de Dieu, ses fondements ; sur ce qu’est une vie réussie. Comment réagissons-nous aux appels de Dieu ? Sommes-nous sur messagerie ou sommes-nous présents ?

1°) « Me voici, Seigneur, je viens faire ta volonté... »

C’est là le fondement de tout engagement de la vie chrétienne. Savoir l’engagement du Christ, le Fils de Dieu, au sacrifice de sa vie pour le salut du monde. Le Ps 40 nous révèle ce dialogue profond, sincère, solennel qui a eu lieu un jour dans l’éternité entre le Père et le Fils. Dans cette intemporalité qui nous dépasse. D’une façon humaine, anthropomorphique, le Psaume repris par l’épitre aux Hébreux, nous fait part de ce dialogue céleste. Le Fils dit au Père : « Me voici, Seigneur, je viens faire ta volonté... ». « Me voici, je vois que le monde est perdu, que l’humanité court à sa perte, je vois qu’il sera impossible à l’homme de se sauver, d’échapper à la juste condamnation de son péché. Je vois bien que c’est foutu ! Alors, je viens pour faire ta volonté ». Et quelle volonté ! « Pas celle de venir épater les pauvres humains. Mais de leur montrer qui tu es et qui je suis et combien ils sont aimés. Je viens pour donner ma vie en rançon de leur vie et de leur éternité ». C’est ce dialogue qui est à l’origine de la naissance de Jésus et de sa mort sur la croix. Dialogue entre un Père et un Fils, certes pas comme les autres, mais Père et Fils quand même ! Combien nous devons être reconnaissants à Dieu pour ce sacrifice, seule espérance de salut pour nous, espérance face à la mort. C’est ce sacrifice qui devrait être fondement de notre engagement.

2°) « Parle, Seigneur, ton serviteur écoute… »

C’est la réponse du jeune Samuel à l’appel de Dieu. Un Dieu qu’il ne connait pas bien encore, dont il peine à discerner la voix. Mais qu’importe, Dieu est patient, persévérant. Il s’y reprend à quatre fois, jusqu’à ce que Samuel comprenne et discerne la voix de Dieu. Il n’est pas toujours facile pour nous aussi de discerner la voix de Dieu, son appel. Certaines circonstances même nous voilent cette voix qui sans cesse nous dit son amour. Dieu appelle Samuel à être son témoin. Il répondra lui aussi « Me voici… » Il se présentera devant Dieu avec un cœur ouvert, prêt à obéir à sa voix. Il devra être porteur de vérité difficile à entendre. Mais il répondra tout de même et sera, toute sa vie, un instrument de Dieu pour le bien de son peuple. Il sacrifiera toute sa vie à cela. Comment nous présentons-nous devant Dieu ? Lorsque nous ouvrons sa Parole ou lorsque nous l’entendons ?

3°) « Venez et vous verrez… »

Des siècles plus tard, c’est aussi un appel que Jésus adresse à deux disciples de Jean Baptiste. Ceux-ci allèrent chez Jésus et leur vie en fut toute transformée. Tout leur plan de vie, leur plan de carrière en fut bouleversé. Ils étaient pêcheurs, avaient probablement un tas de projets de vie. Mais lorsqu’ils ont compris qui était Jésus, « l’agneau de Dieu », ils laisseront tout et le suivront. Ils sacrifieront leur vie en répondant à l’appel de Dieu. Certes, leur vie comme celles de beaucoup d’autres disciples, ne fut pas une réussite à vues humaine. Mais aux yeux de Dieu, ils avaient saisi l’essentiel, même si ils ont dû passer par des temps difficiles, des questionnements et des doutes.

Et nous ? L’appel nous est lancé à nous aussi qui que nous soyons. Sommes-nous présents, ou sur messagerie ? « Bonjour, vous êtes bien au 06…. je suis occupé pour l’instant, laissez-moi un message et je vous rappellerais dès que possible ». Ou bien : « Me voici, Seigneur, je viens faire ta volonté... ». Peut-être direz-vous, qu’elle est la volonté de Dieu ? Quel est son appel pour moi ? Son appel est d’abord un appel à la conversion pour que tu sois sauvé. Un appel au baptême pour que tu témoignes de ta foi. Un appel à aimer Dieu et ton prochain. Un appel à pardonner, appel à vivre une vie conforme à sa Parole. Appel au service, au ministère, au témoignage. Appel à sacrifier ta vie pour l’essentiel, pour ces œuvres spirituelles qui demeureront pour l’éternité.

Pourquoi ? Sur quel fondement ? Parce que Jésus a répondu à son appel pour te sauver. Parce qu’il nous a aimés le premier et qu’il a sacrifié sa vie pour nous. Nous devons, nous aussi, sacrifier nos vies pour nos frères et pour le salut de l’humanité. « Nous avons connu l’amour, en ce qu’il a donné sa vie pour nous ; nous aussi, nous devons donner notre vie pour les frères » (1 Jean 3. 16).

Conclusion :

« Me voici, Seigneur, je viens faire ta volonté... »

Et si c’était cela une vie réussie ? Faire la volonté de Dieu. Répondre à son appel et ne pas rester sur messagerie. Accepter la grâce du salut, naître de nouveau, se faire baptiser, devenir membre d’église et s’engager à le servir. Si c’était ça et non obtenir tout ce qu’on désire ?

Dieu t’appelle aujourd’hui, demain, chaque jour. N’hésite pas à décrocher et à obéir. Ne reste pas sur messagerie. Tu sais que demain tu n’appelleras pas. Lui te rappellera peut-être encore, mais n’abuse pas de sa patience.

Pasteur Joël Mikaélian
14/01/18

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux