Message du culte du 28 février 2018 - «Ce que Dieu a déclaré pur ...» - Հայ Աւետարանական Եկեղեցի
Accueil Messages du Culte Message du culte du 28 février 2018 - «Ce que Dieu a déclaré pur ...»
 
Message du culte du 28 février 2018 - «Ce que Dieu a déclaré pur ...» PDF Տպել Էլ.փոստ
Messages du Culte

« Ce que Dieu a déclaré pur, ne le regarde pas comme souillé »

Actes 10-7 à 23
Amos 3-2 : « Car le Seigneur, l’Eternel ne fait rien sans avoir révélé son secret à ses serviteurs les prophètes »

Dieu nous place devant une exigence, à considérer comme principe de vie toujours actuel et à actualiser, à savoir : « Ce que Dieu a déclaré pur, ne le regarde pas comme souillé ».

Nous chercherons à comprendre précisément de quoi il s’agit. Cette exigence est prononcée dans le cadre précis d’une révélation et dans un contexte donné. Cette contextualisation nous aidera à mieux appréhender la portée de la révélation accordée à Pierre et à voir des domaines d’application pour notre vie personnelle et aussi dans une dimension communautaire.

I. LE SENS DE L’EXIGENCE

  1. 1. Son contexte

Jésus a achevé sa mission et, après avoir donné l’ordre suprême de faire des disciples (Matt.2819-20), il est monté au ciel (Act.19). Les disciples une fois équipés par le Saint-Esprit (à la Pentecôte), ont commencé l’œuvre que Jésus leur avait confiée. Ils ont respecté l’ordre établi par le Seigneur lui-même, dans Act.18 : d’abord à Jérusalem, ensuite dans toute la Judée, puis dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre ; quatre étapes, mais que nous traduisons ici en trois phases : à Jérusalem, dans toute la Judée et dans la Samarie et enfin, jusqu’aux extrémités de la terre.

Les disciples, sous le leadership de Pierre et des autres Apôtres ont commencé le ministère à Jérusalem. Cette proclamation de l’Evangile était accompagnée de conversions, de guérisons et miracles divers, selon Act.542 et Act.67, suivie d’enseignements appropriés.

Ils s’étaient bien organisés et bien structurés autour de certaines valeurs comme : l’amour, la communion fraternelle, l’étude de la Parole et sa proclamation, la prière, l’entraide, la mise en commun et le partage des biens.

Maintenant, il fallait progresser dans ce processus ; comment évoluer dans les différentes phases et à quel moment précis, passer d’une phase à la suivante ? Voilà des questions auxquelles les disciples et les Apôtres ont pu être confrontés, particulièrement Pierre, à qui Jésus a confié les «Â clés de la maison », si l’on peut dire ainsi, selon Matt.1619 et Jn.2115-17.

Il y a eu plusieurs persécutions contre l’Eglise, au moins cinq. A chaque persécution, le champ d’action de l’Eglise s’élargissait. Ainsi les persécutions ont rythmé les passages aux deux premières phases. Par exemple c’est à la faveur de la grande persécution (Act.84) que les disciples se sont résolus à quitter Jérusalem, pour entrer dans la 2ème phase. En effet, cette 4ème persécution a été très violente, survenue à la suite du martyr d’Etienne, Saul qui deviendra Paul y a pris part, selon Act.758 et 81.

Il fallait maintenant entrer dans la 3ème phase. Pour cela il était nécessaire d’intégrer la dimension universelle de l’offre du salut. Un profond changement dans l’entendement et la mentalité devait donc s’opérer dans les cœurs des leaders. C’était l’enjeu, et quel enjeu !

Voilà le contexte dans lequel Dieu va accorder cette vision à Pierre.

  1. 2. La vision

Pierre, probablement comme d’habitude, monte pour prier à ses heures de prière, ici, à la sixième heure (vers midi). C’est là que Dieu va lui faire la révélation, qui va apporter un changement radical et profond en Pierre.

C’est souvent à des moments où on s’attend le moins, que Dieu révèle son secret, mais toujours dans un moment de profonde communion avec lui ! Il faut donc savoir se discipliner et prendre le temps de la communion avec lui, et ce, dans une régularité rigoureuse.

Frères et sœurs qui m’écoutez ou lisez ce message, quel temps consacrez-vous à Dieu pour la communion avec lui, et avec quelle régularité ? Pierre était régulier dans ses RDV divins, qu’il ne manquait pas. C’est pendant un de ces moments-là, que Dieu va le surprendre par cette fameuse révélation de la nappe flottante. Il le fait tomber en extase, suite à une faim sûrement provoquée, et lui ouvre le ciel, quelle grâce ! Un objet comme une grande nappe attachée par les quatre coins en descend. Il y avait dans cette nappe, toutes sortes d’animaux, ce qui n’était déjà pas normal. En effet, selon la loi le mélange des purs et impurs était interdit. Aussi, la loi interdisait aux juifs de manger les animaux dits impurs.

Alors, Pierre est perplexe : comment Dieu, sans spécifier, peut ordonner : « tue et mange » ?

Dieu était-il en train de se contredire ou de se renier ? Ou était-ce un test de sa rigueur légaliste ? Certes, rien de tout cela ! Mais alors, pourquoi cet ordre et en plus, si pressant ?

Pierre lui, demeure ferme, en vrai observateur de la loi. Pour l’instant il est à cette étape de sa vie spirituelle. Pour lui, il reste clair, c’est NON ! « Je ne peux pas faire ce que tu me demandes, Seigneur, car je n’ai jamais rien mangé de souillé » !

Nous sommes parfois pires que Pierre n’est-ce pas, dans le légalisme ou dans notre religiosité !

La voix revient à nouveau et sous forme d’injonction : « Ce que Dieu a déclaré pur, ne le regarde pas comme souillé ». Après une 3ème apparition, la vision est retirée.

Il semble que ce soit souvent ainsi : une fois, c’est comme l’information, deux fois, comme une confirmation et trois fois, c’est comme établi, décrété et arrêté, donc définitif. Ici, ce qui est ainsi érigé en décret établi pour toujours, c’est la nouvelle donne si importante, dont Dieu voudrait que Pierre intègre la réalité : c’est l’offre universelle du salut ! Le salut est offert à tous, pas seulement aux circoncis d’Israël, mais ouvert à toute l’humanité !

Pendant que Pierre réfléchissait au sens de ce qu’il venait de voir, entendre et vivre, les événements vont s’enchaîner et s’accélérer. Il comprendra rapidement l’importance de cette vision, son caractère fondamental, fondateur et décisif, à cette étape de la vie de l’Eglise. Il y aura en effet, un avant et un après cette vision.

Il fallait « reformater le disque dur » et « reprendre le logiciel même », sur la base duquel fonctionnaient jusque-là, les chrétiens issus du judaïsme. C’est même carrément le plan de Dieu pour les hommes qui connaît ici, un nouveau développement, c’est un changement de cap. Pierre, lui, devait absolument et impérativement, comme leader, le savoir et l’accepter.

Pierre va aller de révélation en révélation ; il y est déjà bien exercé, ce qui fait qu’il intègre rapidement et laisse le plan de Dieu se dérouler majestueusement. A peine plongé dans ses pensées sur la vision que l’Esprit lui révèle que trois hommes sont à sa porte, et le cherchent.

Découvrons ici au passage une manière d’agir du Saint-Esprit, avec Pierre. Il ne lui donne pas tous les détails, mais juste ce qu’il lui faut, pour faire le pas suivant de la foi, juste de quoi s’assurer que ce sont bien des envoyés du Saint-Esprit, que la consigne était d’aller avec eux et que c’était urgent. Le Saint-Esprit se limite à ces trois informations.

  1. 3. Le sens de la vision

Pierre lui-même va expliquer le sens de sa vision, tel qu’il a compris et intégré définitivement, probablement dans la nuit. Comme il est dit, «Â la nuit porte conseil », il a effectivement été sage dans la gestion de la vision. Il prend en effet, la décision de loger ses visiteurs et leur demande de passer la nuit. Certainement durant cette nuit il va aller à la rencontre de Dieu et va ainsi, vite et bien comprendre, surtout, va intégrer le message de Dieu et saisir son enjeu.

On s’en rend compte dans son explication à Corneille et aux autres, au V.28 : « Vous savez qu’il est défendu à un juif de se lier avec un étranger ou d’entrer chez lui ; mais Dieu m’a appris à ne regarder aucun homme comme souillé et impur ».

Pierre a déjà appris, accepté et intégré, qu’il en est désormais ainsi, il n’y a pas à discuter avec Dieu, c’est décidé par devers Lui ! C’est de cette manière-là qu’il nous faut aussi recevoir les messages de Dieu, nous qualifierons cela : d’« obéissance simple ».

II. QUELLE APPLICATION EN FAIRE ?

1- La vision de Dieu et toi

Dieu révèle son secret à ses serviteurs les prophètes, selon le texte lu, du prophète Amos.

Or, nous savons que désormais, la loi de Dieu est inscrite dans nos cœurs, Jér.3133 et que nous faisons les fonctions d’ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous, selon 2Cor.520.

Par ailleurs, Pierre dit que nous sommes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin d’annoncer les vertus de Dieu, 1Pi.29.

Nous annonçons donc le message de Dieu au monde. Nous sommes ainsi, prophètes et sacrificateurs, dans la nouvelle alliance. Par conséquent, c’est à nous que Dieu affirme révéler son secret avant d’agir. Malheureusement, souvent nous n’entendons pas ou ne savons pas déchiffrer, parce que trop préoccupés, accaparés et chargés par autre chose que la communion avec Dieu. Le Saint-Esprit parle toujours à notre esprit, d’une manière ou d’une autre. Il nous revient d’être attentifs et d’apprendre à l’écouter et l’entendre. Il faut pour cela, prendre le temps et avoir la régularité dans nos rdv divins, être sérieux dans leur mise en œuvre.

De plus, Dieu se révèle à nous de manière toujours adaptée, cela doit nous rassurer. Mais a question est : « Avez-vous souvent la révélation de Dieu ? En attendez-vous ? ».

Pour les révélations avec Pierre (et il en avait beaucoup !), Dieu ne donnait pas beaucoup de détails, mais prenait soin de le laisser dans une situation où il est obligé de prendre des initiatives. Sa personnalité et son ministère s’y prêtaient et cela était bien pour son leadership ! En effet ici, il lui dit simplement : « trois hommes te demandent, descends et vas avec eux sans hésiter, car c’est moi qui les ai envoyés ». Pierre fait tout le reste. Imaginez Pierre en prière, puis, seul en pleine réflexion sur une vision si déconcertante. Il est aisé d’imaginer les phases psychologiques, matérielles, tactiques, logistiques et autres, ainsi que les initiatives par lesquelles passer, pour faire ce que l’Esprit lui demandait de faire.

Rappelons un autre épisode avec Pierre dans Act.1212. Là, l’Ange s’est contenté de sortir Pierre de la prison, et l’a laissé tout seul, à une heure indue, probablement entre les 3 et 4èmes veilles de la nuit, en pleine rue. Pierre se ressaisit aussitôt sans s’affoler, comprend vite ce qui se passe et prend la bonne décision, dès qu’il a compris que c’était la réalité et non un rêve !

C’était comme cela avec Pierre ! Et avec toi, ça se passe comment, le sais-tu ? Peut-être qu’avec toi, Dieu donne un peu plus de détails, et t’accompagne un peu plus loin sur le chemin de la révélation, pour te permettre de faire le bout de chemin restant, parce que tu es moins expérimenté ou que ta personnalité nécessite cela. Dans tous les cas, pas d’inquiétude, le Saint-Esprit sait jusqu’où aller avec chacun. Il est toujours là, tout près, même si parfois, il fait l’absent, pour t’apprendre à marcher par la foi. Vous pensez vraiment que l’Ange n’était pas dans les parages et qu’il s’en était vraiment allé ? Il peut bien disparaître sans aller loin, pour permettre à Pierre d’exercer sa foi. Il en est de même avec toi. L’Esprit est le divin psychopédagogue, qui sait comment faire avec chacun, faisons-lui totalement confiance.

Par ailleurs, une recommandation : ne te compare jamais à quelqu’un d’autre, pour exiger que Dieu te fasse telle ou révélation, comme il l’a fait avec telle personne. Vous n’avez pas la même expérience spirituelle, ni la même personnalité. Ne te compare qu’à toi-même, jamais à un autre, pour ces questions spirituelles.

Il est important pour toi, d’apprendre à savoir comment Dieu te parle, à toi personnellement, parce que Dieu sait comment il t’a fait et ce que tu es réellement. Il sait aussi ce qu’il veut faire de toi. Ainsi, il se révèle à toi en conséquence, de la manière la plus adaptée, crois-le ! En effet, « La grâce de Dieu nous précède toujours là où sa volonté nous conduit ».

2- Principe de vie : « Ce que Dieu a déclaré pur, ne le regarde pas comme souillé »

Par rapport à toi-même :

Sentiments de culpabilité : Aurais-tu du mal à te pardonner alors que Dieu t’a déclaré pur, lavé par le sang de Jésus ? Dieu te dit à partir de ces instants, d’accepter ce qu’il a fait pour toi, il te déclare que si tu confesses ton péché, il est juste et fidèle pour te pardonner et te purifier de toute iniquité, 1Jn.19. Alors, ne traîne plus ces sentiments de culpabilités qui te tyrannisent et te paralysent.

Exercice de dons spirituels : Peut-être que tu te regardes comme souillé et indigne au point que tu as du mal à voir un don spirituel en toi. Tu n’oses pas aspirer à un don spirituel, alors que Dieu déclare que tu peux et dois aspirer aux dons les meilleurs, selon 1Cor.1231. Dieu déclare que tu es rendu par lui assez pur, pour recevoir les dons du Saint-Esprit. Alors, cesse de te ruiner spirituellement en te regardant comme souillé. Tu es purifié !

Qu’en-est-il de ta timidité ? C’est aussi une forme de négation du principe de vie. En effet, Dieu déclare que tu as reçu un Esprit de force, d’amour et de sagesse, selon 2Tim.17. Alors que toi, qui es timide, tu déconsidères cet Esprit en toi, pour te regarder comme faible, incapable, et craintif. Désormais, Dieu te dit de bannir la crainte et la timidité de ton cœur et d’avancer dans la force, l’amour et la sagesse, que l’Esprit te donne.

Dans nos relations interpersonnelles et dans la gestion communautaire :

Comment ai-je tendance à regarder les autres, surtout ceux qui ne sont pas comme moi ? Comment est-ce que je considère celui qui a commis un péché « trop grave » à mes yeux ? En regardant une telle personne avec un œil accusateur ou pire, qui condamne, tu es en pleine négation du principe de vie, car Dieu a fait une déclaration concernant cette personne et il l’aime !

Mon frère, ma sœur, reviens de ta manière de fonctionner, jusque-là, pour regarder l’autre avec le regard de Dieu, c’est-à-dire, plein de compassion, d’amour et de tendresse. Il faut apprendre à l’accueillir dans ton cœur et dans la communauté, et être prévenant à son endroit. Dieu le voit comme un être créé à son image et objet de son amour, quel que soit sa couleur de peau, ses insuffisances à ton goût, sa situation sociale, professionnelle ou son étrangéité par rapport à tes normes. Ce que Dieu a déclaré pur, ne le regarde pas comme souillé.

Dans nos combats spirituels :

Ce principe, nous pouvons également l’appliquer aussi bien dans nos combats spirituels que dans toute notre approche de la réalité de notre vie, personnelle ou communautaire. A chacun de nous, de décliner cela dans chaque aspect de sa vie.

En effet, le regard de Dieu n’est pas le nôtre, et sa méthode nous déconcerte souvent. Acceptons ce qu’il dit. Il sait tout et a toujours raison.

La méthode utilisée par Dieu pour combattre par exemples : Jéricho avec Josué (Jos.63-16) ou les Madianites avec Gédéon (Jg.716-22) est déconcertante, pour l’être rationnel qu’est l’homme. Aucun Général ou Commandant en chef d’une armée n’utiliserait de telles méthodes de tactique ou de stratégie de guerre.

Ainsi, pour toute question à enjeu spirituel, ce que Dieu a déclaré comme bonne méthode, c’est ce bien qui est bon, il nous faut suivre cela et pas une autre méthode qui pourrait être de nature à nous rassurer parce que plus raisonnable à nos yeux !

Dans le domaine de l’évangélisation :

Souvenons-nous de Jonas, face à l’ordre que Dieu lui avait donné, d’aller évangéliser Ninive. Dieu a déclaré cette cible appropriée, mais Jonas voyait en Ninive, une ville rebelle qui ne méritait pas une telle grâce de Dieu. Nous connaissons la suite de l’histoire, Jonas a dû passer par la « case ventre du poisson » pour apprendre le principe de vie ! Alors n’obligeons pas Dieu à passer par cette case pour que nous retenions la leçon.

Donc dans l’évangélisation, les cibles, les outils, la stratégie, les moments, etc., ce que Dieu veut, peut nous paraître dérisoire, ou inadapté. Mais il faut savoir recevoir de Dieu sa révélation et obéir à ce qu’il dit, car il nous révèle bel et bien son secret, avant d’agir !

Rappelons-nous toujours, que l’obéissance vaut mieux que les sacrifices, 1Sam.1522.

Oui, frères et sœurs, pratiquons désormais l’obéissance simple, et obéissons à ce principe que le Seigneur a enseigné à Pierre en son temps, et à nous tous, ici, avec ce message : Ce que Dieu a déclaré pur, ne le regarde pas comme souillé.

Pierre avait compris qu’il ne fallait désormais plus qu’il considère un homme comme souillé. Et nous, quelle compréhension Dieu nous donne-t-il dans chaque situation où il nous accorde une révélation du même ordre et où il veut nous appliquer ce principe de vie ? A chacun d’être à l’écoute de la voix du Saint-Esprit, dans la soumission et un esprit d’obéissance.

AMEN ET QUE DIEU NOUS BENISSE TOUS !

Paul Poudiougo 25/02/2018

 

Eglise Evangélique Arménienne d'Issy-les-Moulineaux